Cuisine

Gloubi-Danette (billet mélangé)

21 septembre 2010

Longtemps je me suis moquée de maman, insomniaque du vêtement quand il fallait qu’elle retourne à Paris, elle l’ex-so chic parisienne, pourtant traumatisée à l’idée de résoudre LA question : « Jésus Marie Joseph, qu’est-ce que je vais bien pouvoir mettre ? »

Sous le Pont Mirabeau coule la Seine, cette pute, qui nous fait retomber tout pareil dans les mêmes errements que nos ascendants : « Qu’est-ce que je vais pouvoir mettre Chez Danette en plein cœur au secours de Paris ? » m’a donc hanté bien avant que d’y aller…

Et puis, chaussée de mes bottes rouges de 7 lieux pointure 42, je partis vaille que vaillante jeudi dernier prendre mon TGV, heureuse de ne rien branler de la journée maintenant que le plus dur – choisir mes vêtements – était passé.

Que nenni vilenies, car Chez Danette, on a bossé et d’arrache pied : 4 verrines et 2 salades composées, on a fabriqué !

Alors, contrairement à annoncé, je n’étais pas avec Laure K. – bloquée in extremis par un fameux boulot et je comprends – mais avec une copine appelée au débotté. Avec ma copine qu’on appellera Chacha, on s’est connues pendant nos études.

Sauf que contrairement à moi, Chacha est l’auteur d’une brillante thèse dont j’oublie systématiquement le sujet, ce qui est toujours signe de qualité pour une thèse digne de ce nom, c’est-à-dire pointue.

Ce jour-là, j’ai cru qu’était enfin venue l’heure de ma revanche manuelle sur Chacha l’intellectuelle : manque de pot de Danette, cette fille est aussi brillante en équeutage de fraises qu’en grec ancien.

Et aussi calée en parfums de Danette qu’en guerres puniques.

Autant te dire que notre binôme  a assuré comme des malades au moment de l’atelier culinaire animé par le chef Ilan Waiche, surtout quand il a fallu « enrichir » notre pot de Danette vanille avec du chocolat blanc fondu. Et comme dirait Chacha « c’est vrai que la Danette, à la base, c’est un peu pauvre… »

En revanche, on a pas du tout assuré-ssumé la prise de photo souvenir sur pot de Danette géante avec cuillère de 2 mètres, genti-perfidement proposée par le staff Danette.

À un moment, vers la fin du déjeuner, je me suis dit que je pourrais peut-être tenter le topping de roquefort sur Danette chocolat-noisette, mais heureusement, l’adorable Responsable Danette Petit Format m’en a empêché.

Oui, j’ai découvert que chez Danette, il y a une Responsable Produit par format, et tant pis pour toi si tu as fait un DESS Petit Format et que tu découvres après coup que, en fait, c’est la grosse barquette qui t’intéresse, il fallait y penser avant…

Pour finir ce billet grand n’importe quoi, je te signale que toi, tes enfants et tes grands parents – parce que Danette, c’est pour tous les gourmands de 7 à 77 ans – vous pouvez vous aussi aller passer un bon moment Chez Danette, goûter les nouveaux parfums assis au bar, réaliser des recettes express avec Ilan le Maestro, et découvrir l’histoire assez marrante de cette marque mythique.

Chez Danette, 14-16 rue Jean-Jacques Rousseau 74001 Paris, jusqu’au 28 septembre.

Le 1/4 d'heure warholien de Danette, c'est maintenant !

Nos verrines Danette, avant...

... et nos verrines prêtes-à-manger !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

32 Commentaires

  • Répondre bergamote 21 septembre 2010 at 11 h 43 min

    Mais non mais non, c’est pas n’importe quoi ce billet….. je me suis bien marrée,
    1- pour la tenue à préparer pour la journée, moi ça m’aurait donné des sueurs froides vu l’état de mon dressing hors fashion. Alors t’as mis quoi?
    2- pour la copine qui ELLE a fait sa THESE, je connais, et m’incline devant tous ceux et toutes celles qui ont résisté à cette démence. Moi pas….
    3- pour la créativité de la maison danette….. le DESS Grosse Barquette!!! non mais.. quelle classification du personnel!! ça fait classe sur la carte de visite!!
    Bon j’espère que vous vous êtes bien marrées!!

  • Répondre anacoluthe 21 septembre 2010 at 11 h 51 min

    @Bergamote : j’ai mis un pull à l’envers. C’est ma dernière lubie, le pull à l’envers (ça mériterait un billet !)
    Bien sûr, c’est une extrapolation perso pour le Dess grosse barquette, en fait, ils sont plutôt assez cool, les gens de Danette.
    Et pour la marade, ça oui, on s’est bien amusées !!

  • Répondre Mélisse 21 septembre 2010 at 13 h 16 min

    Hum je ne suis pas sûre d’être qualifiée quelle que soit la taille de la barquette…¨
    Par contre, s’il te plaît, pour l’amour de ta copine je te supplie à genoux de mémoriser à minima le sujet de sa thèse (le titre, ok, je veux bien comprendre…) mais au moins le sujet !!!!
    (cri du coeur et des tripes d’une récente docteur… dont 0,01% de l’entourage sait vaguement de quoi parle le machin qui lui a pris tant de temps et l’a rendue infréquentable….)

  • Répondre anacoluthe 21 septembre 2010 at 14 h 01 min

    @Mélisse : écoute, je ne voudrais pas trop m’avancer, mais je crois bien que sa thèse porte sur « les chevaliers paysans de l’an mille au lac de Paladru ». Enfin, tu connais la chanson, quoi !
    PS. Sincères félicitations et avec toute mon admiration (c’était quoi, le sujet ?)

  • Répondre Cilaïne 21 septembre 2010 at 15 h 29 min

    Ah carrément, ils vous ont fait le coup de l’atelier cuisine !
    Sympa, j’irai peut-être en famille, on verra.
    Le monde des « chef-de-produits », c’est un monde à part, et à part entière.
    Une fois j’ai fait un stage dans les éviers, ben mon voisin de bureau était « chef-de-produit » Ouaoua (WC quoi !). Il faut organiser les tests produits, analyser les panels, et tout et tout…mais ce qui m’a le plus impressionné c’est la capacité du mec, au bout du compte, à quand même se prendre au sérieux ! Comme quoi….

  • Répondre dahoé 21 septembre 2010 at 15 h 31 min

    j’ai adoré  » en plein coeur au secours » de Paris et « que nenni vilenies » (oui, c’est parce que j’aime bien les rimes en « i », je trouve ça sexy, les rimes en « i » … »aujourd’hui / j’ai rencontré gilbert melki / on l’a fait sur le tapis » par exemple, je trouve que ça sonne grave bien comme phrase .)
    super billet qui donne très envie de manger de la danette (avec un ami /allongé sur un tapis, donc . )
    bisous !

  • Répondre anacoluthe 21 septembre 2010 at 15 h 52 min

    @Cilaïne : « un stage dans les éviers » mais qu’est-ce-que c’est donc que ceci ?
    Ah mais moi, j’aime bien que les gens me parlent de leur métier ! On apprend toujours des trucs, et je trouve ça plutôt réconfortant, quand ils aiment (même si moi j’aimerais pas toujours !)

  • Répondre anacoluthe 21 septembre 2010 at 15 h 54 min

    @Dahoé : Voui, Dahoi, je comprends ce que tu dis, ici, sur le sexy du iiiiiiii, rebaptisons Danette en Danni, ce sera grisant sur le tapis avec Gilbert Melki (et Edouard son ami dont je serais la mie…)

  • Répondre Cilaïne 21 septembre 2010 at 16 h 45 min

    AHAHA , Melki sur le tapis, je me roule en boule de rire (même si ce n’est pas forcément lui que j’aurai choisi !)
    Le stage dans les éviers c’était un stage en marketing dans une entreprise qui faisait entre autres des éviers (et aussi des WC, donc)

    Toi tu es une personne vraiment très positive, mais moi, affreuse cynique overdésabusée (par le monde du travail j’entend), je suis toujours très suspecte sur là où se situe la frontière entre « je suis passionné par mon boulot cool » et « je fais comme si j’étais passionné par mon boulot de m…e, pour qu’on pense qu’il est cool »….
    Mon psy aurait dit que le simple de fait de se passionner pour un boulot peut suffire à le rendre cool, mais sur ce coup-là, il a très clairement échoué dans mon cas !
    Bref, je préfère l’option humble du « j’ai conscience d’avoir un boulot de m…., mais qui peut parfois me faire vivre des instants passionnants » – humilité dont est très souvent incapable la population des chef-de-produit, parce qu’on ne leur a pas appris ça en prépa et suite ….(Melisse ?)
    Tout ceci m’ayant épuisé, je file faire une petite sieste dans les « handi-ladies »

  • Répondre Cilaïne 21 septembre 2010 at 16 h 49 min

    et j’ajoute après relecture que tout mon blabla est évidemment très relatif et très enfant gâté puisque j’ai la chance de ne pas travailler sur une chaîne de mise en boîte de sardines…..par exemple.

  • Répondre anacoluthe 21 septembre 2010 at 17 h 00 min

    @Cilaïne : « vraiment très positive » je ne suis pas sûre que ce soit la meilleure manière de me définir ! Je comprends mieux ce que tu veux dire quand tu parles de ce petit jeu de société qui consiste à faire croire que notre boulot est vraiment top palpitant et hyper important… du genre superviseur de la ligne B12 d’emboutissage des sardines en boîte par conditionnement de 8 ! Et rassure-toi, je me suis déjà retrouvée dans des boulots qui me gavaient…
    Mais ce que je voulais dire, c’est que souvent intéressant de se placer dans la position d’interroger les gens sur leur vie et leurs envies, sur un plan pro ou perso, d’ailleurs… Enfin, moi, j’aime bien, mais c’est peut-être pour ça que j’ai choisi mon métier (un métier vraiment top palpitant et hyper important, of course)

  • Répondre dahoé 21 septembre 2010 at 17 h 55 min

    surtout qu’édouard B., si tu le prononces à l’anglaise, ça fait édouard bi … ça marche à mort !

  • Répondre GlamGoofyGirl 21 septembre 2010 at 18 h 37 min

    Ahhh, la thèse… perso, j’ai lâché l’affaire au bout de 3 ans (du coup mon vocabulaire s’en ressent…). Mais qui sait, peut-être qu’un jour j’y reviendrai.
    Sinon, je te rassure, même lorsque je suis loin de Paris, j’ai des angoisses de « j’ai rien à mettre ». C’est un problème géographiquement hyper mobile.

  • Répondre MissBrownie 21 septembre 2010 at 20 h 57 min

    Oh! On dirait un tiramisu aux fruits rouges!

  • Répondre Camille 21 septembre 2010 at 21 h 45 min

    Y’a des petits-beurre.

    c’est tout.

    (ma préférée, c’est vanille)

  • Répondre Mélisse 21 septembre 2010 at 22 h 11 min

    @ Cilaine : la notion d’humilité dans les cours de marketing c’est très variable selon les institutions et les enseignants, par contre l’humilité dans le monde de la recherche c’est limpide = le thésard petit scarabé rampe et le mandarin se la pète en lui marchant dessus (moi j’avais une boss adorable, une imense chance)
    @ Anacoluthe : je te réponds en privé

  • Répondre laure K 22 septembre 2010 at 3 h 18 min

    :-0

    Olala ! ce que je n’ ai pas râté !! la « FLower Power Mousse « , t’aurais dû leur suggèrer !

    :-)

    bize

  • Répondre electromenagere 22 septembre 2010 at 9 h 31 min

    La cops qui a fait sa thèse, rien que d’y penser j’ai des sueurs froides. En plus la mienne, elle a pas la télé et quand je lui parle toute fière d’une émission de France Inter, elle me répond qu’il serait peut être temps que je passe à France Culture ! 😀

  • Répondre anacoluthe 22 septembre 2010 at 9 h 53 min

    @Dahoé : tu crois qu’il le prendra bien si je l’appelle Bibi dans l’intimité ?!

  • Répondre anacoluthe 22 septembre 2010 at 9 h 55 min

    @GlamGoodfyGirl : argh, au bout de 3 ans, mais ça valait pas le coup de tenir encore un peu ? (dit la fille qui n’a jamais levé le petit doigt pour en faire une !)
    Analyse très pertinente : c’est géographiquement hyper mobile, le stress du rien à se mettre, avec quand même une prédominance pour la localisation juste devant son placard…

  • Répondre anacoluthe 22 septembre 2010 at 9 h 58 min

    @MissBrownie : en fait, il s’agit d’un tartare de fraises en verrines, mais j’en reparlerai soon…

  • Répondre anacoluthe 22 septembre 2010 at 10 h 00 min

    @Camille : ah mais j’ai pensé à toi ! On a fait une recette hyper simple : dans une coupe (ou verrine) tu superposes une couche de compote, puis une couche de Danette – VANILLE, par ex. – puis des petits beurre émiettés au dessus. Ca s’appelle un Danette-Camille (enfin, je crois…)

  • Répondre anacoluthe 22 septembre 2010 at 10 h 02 min

    @Mélisse : oui, c’est fou de se dire que dans ce monde de culture & connaissance qu’est l’université, les rapports humains aussi (ou plus ?) violents que dans le monde de l’entreprise…
    J’ai vu : waoua !

  • Répondre anacoluthe 22 septembre 2010 at 10 h 04 min

    @laure K : mais c’était pour la bonne cause que t’étais pas là… Flower power mousse, genre Danette à la violette ? Ca prendrait pas, je crois… (dommage !)

  • Répondre anacoluthe 22 septembre 2010 at 10 h 06 min

    @electromenagère : ah bon, parce que tu n’écoutes pas France Culture, TOI ? :-)
    Mais c’est fou, on a toutes une copine qui a passé sa thèse ou quoi… Mais pourquoi j’ai pas un copain plombier, plutôt, c’est beaucoup plus utile ! (Chacha, tu t’y connais en tuyauterie, ou bien ?)

  • Répondre sosso 22 septembre 2010 at 10 h 38 min

    tu me donnes faim et il n’est que 10h38… soupir…

  • Répondre anacoluthe 22 septembre 2010 at 11 h 40 min

    @sosso : courage, la pause café approche…

    EDIT IMPORTANT : « Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas, les gars ! »

  • Répondre GlamGoofyGirl 22 septembre 2010 at 13 h 26 min

    Voui je sais bien, mais j’ai fait la bêtise de travailler su le même sujet pendant ma maîtrise + dea + thèse… Du coup à un moment donné ça a fait burp. Et pis faut dire aussi que la vie d’étudiante fauchée ça va un moment aussi hein. Je voulais plus de paillettes…trop ingrat, le travail universitaire…

  • Répondre anacoluthe 22 septembre 2010 at 13 h 51 min

    @GlamGoofyGirl : Conclusion, Messieurs de la Sorbonne, il faut glamouriser le Grand Amphi, les étudiants réclament des paillettes ! (mais attends, elle était glam’, Sophie Marceau, dans l’Etudiante ?!)
    Non, mais je comprends, en vrai…

  • Répondre La crème des desserts… 24 septembre 2010 at 19 h 21 min

    […] qu’Ilan, le Danette Chef Oui Chef (et auteur du livre), m’avait montré le mauvais exemple à Paris en me faisant réaliser son Tartare de Fraises à la gélatine sans gélatine, et en […]

  • Répondre Frangine 7 octobre 2010 at 20 h 52 min

    Quand tu dis pull a l’envers, c’est devant/derrière ou inside/out? C’est vrai quoi, tu pourrais être précise. Comment veux-tu que je me sape dans le vent avec si peu de détails? En même temps, pour mon trek dans le Dolpo la semaine prochaine, ca va pas faire une différence énorme…

  • Répondre anacoluthe 8 octobre 2010 at 13 h 24 min

    @Frangine : tu risques d’être dans le vent, mais pas pour les mêmes raisons… !
    C’est devant-derrière, parce que ça fait un joli décolleté dans le dos…

  • Répondre à dahoé Annuler Répondre