Humeurs

Panique au supermarché

12 octobre 2015

villa-paula

 

Faire ses courses au supermarché, c’est la nouvelle aventure humaine contemporaine.

Du moins la mienne, vu que cela fait au moins le 4ème billet que j’écris à ce sujet.

Les autres humains contemporains font leur course au drive, sauf qu’au drive, on ne trouve pas les biscuits « tu sais, ceux fourrés à la vanille de Madagascar » qui sont indispensables à la survie de mes filles.

Du coup, pour leur survie à elle, c’est aventure pour moi. Et cette semaine, c’était carrément Koh Lanta.
Quand je suis arrivée samedi vers 18h, le supermarché était plongé dans le noir. Panne de secteur. A l’intérieur, les clients erraient fantomatiques façon Barry Lindon, les boîtes de choucroute garnie tenant lieu de festin et les portables de bougies.

La bande-son, elle, surprenait en ces lieux : le silence absolu. Oubliées la musique, les promos, les annonces au micro que d’habitude on entend sans les écouter. Seul, récurrent, le prénom d’un petit garçon de 5 ans régulièrement appelé par sa Maman, semé de loin en loin comme des petits cailloux à suivre pour retrouver sa mère dans l’hyper hostile : « Paul, je suis là… Paul, par ici… Paul, viens… »

J’en étais aux 2/3 de mes courses, tentant vainement de distinguer dans la pénombre les biscuits fourrés à la vanille de ceux « tu sais fourrés à la vanille de Madagascar », lorsque la voix des annonces micro surgit IRL, dans les allées du supermarché : « Vite, vite, Madame, il faut rejoindre la sortie au plus vite, les caisses n’ont plus beaucoup de batterie, elle vont s’éteindre ».

Pire que Koh Lanta : 24h chrono. Soit dans mon cas, 24 secondes chrono pour arracher au rayon frais de quoi faire vivre ma famille pendant une semaine.

Dans ma tête, le tic-tac enclenché paralysait tous mes sinapses : jambon cru ou jambon cuit ? Côtes de porc ou filet de bœuf ? Fromage ou dessert ? Devant ces choix cornéliens, j’ai fait ce que n’importe quel être humain contemporain en situation de panique aurait fait – et notamment n’importe quelle être humaine en situation de panique chez Zara : j’ai tout pris.

Parvenu à la caisse sous les « vite vite », il me restait une dernière épreuve à franchir pour espérer payer mes courses dans le chrono imparti : échapper à la « relecture » de ma zapette (si, vous savez, cet appareil qui permet de scanner individuellement ses achats au fur et à mesure).

Lorsque la caissière m’annonça tremblante « C’est bon, pas de relecture », l’émotion était palpable : j’avais conquis le graal, mon caddie pour la semaine, plein de jambon cru, de jambon cuit et de biscuits fourrés à la vanille de Madagascar.

Au moment précis où je finissais de remplir mon coffre avec les sacs de course, la lumière jaillit soudain dans le supermarché, illuminant les rayons désertés et les caissières esseulées.

Fiat luxe : celui de la lumière sur un supermarché d’hiver.

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Non mais c’est quoi cette photo qui n’a rien à voir, me direz-vous ? Et je vous répondrai que c’est quand même plus joli d’illustrer avec un cliché de l’époustouflant petit-déjeuner de la non moins époustouflante Villa Paula, maison d’hôte ultra-design près de Lille, qu’avec une photo en rapport avec un supermarché. Genre, au hasard, celle-là (bob gracieusement offert par la Maison Cochonou sur les routes du Tour de France !!) :

cochonou

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

4 Commentaires

  • Répondre Amiral Dourakine 14 octobre 2015 at 8 h 43 min

    Moi je proposerais au directeur de de super-marché de munir ses caddy de cornes de brume et de cloches pour que les clients puissent faire leur courses à l’oreille. Ca créerait une petite atmosphère Jack London, où soir d’hiver sur l’Escaut, à faire pleurer Verhaeren.

  • Répondre anacoluthe 22 octobre 2015 at 17 h 11 min

    @Amiral Dourakine : si ça peut augmenter son CA, un directeur du supermarché sera partant pour des cornes de brume, des cloches, un caddie rose fluo ou tigré !

  • Répondre Confidences de maman 3 novembre 2015 at 12 h 05 min

    Ah la la ça devait être bizarre :-) !
    J’avoue que je suis une grande adepte des drive !

  • Répondre anacoluthe 5 novembre 2015 at 0 h 13 min

    @Confidences de maman : j’imagine que si on y a ses habitudes, c’est pratique (moi je chercher les produits pendant des plombes… avant de découvrir qu’ils ne les vendent pas, en général !!)

  • Répondre à Amiral Dourakine Annuler Répondre