Ecrit !

Fall

4 décembre 2014

home-automne

Elle disait que c’était sa saison préférée.

Oh moi aussi, j’ai bien essayé, de savourer le thé brûlant, les feuilles dorées, les flammes, la maille, le foyer.

Mais voilà. C’est la saison d’après la parenthèse enchantée, les nuits plus longues, la brume qui monte, la pluie sans fin. C’est le temps des rhumes, des maladies, du réveil la nuit, parce que c’est toujours la nuit qu’on est malade, la nuit qu’on vomit, la nuit qui s’étire à l’infini, et qu’on se sent si seul à attendre le jour.

C’est le temps des morts, et le temps des naissances, la mienne, celle de mes enfants, et cette part de mort qu’il y a dans chaque vie, les contractions la nuit la peur le sang et cet enfant qui jamais ne naîtra.

Le froid, la nuit, la mort… comme eux, il y a des millions d’années, je suis cette petite chose, par l’automne apeurée, que même les flammes ne sauraient réchauffer.

****

Bon, comme d’habitude, les gars, pas de panique : je ne suis pas totalement ce que j’écris, je le suis un instant, et comme tous les instants il passe… Mais entre temps, je saisis au vol.

Je saisis, j’écris, et je me dis que peut-être, cela vous parlera de ce que parfois, vous aussi, vous êtes, pour un instant seulement : seul dans la longue nuit…

feuilles-automne

 

****

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

10 Commentaires

  • Répondre coralieb 4 décembre 2014 at 12 h 26 min

    Ton texte trouve écho en moi. Belle plume mélancolique. Biz.

  • Répondre anacoluthe 4 décembre 2014 at 13 h 20 min

    @coralieb : merci <3
    et même les grands plaids n’y suffisent pas parfois hein 😉

    (je suis sûre qu’on est beaucoup à se sentir tristounet en ce moment, en fait !!)

  • Répondre isa-monblogdemaman 4 décembre 2014 at 13 h 22 min

    Cet automne qui déjà ressemble à un long hiver (pas de panique, je ne suis pas ce que j’écris. Je le suis un moment furtif sitôt chassé par celui d’après).

  • Répondre Marylin 4 décembre 2014 at 19 h 23 min

    Un écho amplifié chez, même.
    Mais heureusement, ça passe comme tu dis.
    Et dans ces cas-là, un peu de relaxation, de respiration, de pesanteur… Pourtant, c’est dans ton rayon ces derniers temps aussi, non ?
    Enfin, c’est ce qui marche le mieux pour moi…
    ++ sous la grisaille parisienne

  • Répondre anacoluthe 5 décembre 2014 at 15 h 28 min

    @isa-monblogdeman : ouais, y’a des années comme ça qui donnent envie de dire « annus horribilis » (enfin, surtout si on est Reine d’Angleterre 😉

    Mais sinon, détail technique, j’ai jamais compris pourquoi décembre était un mois d’automne, l’hiver ça devrait être « décembre-janvier-février », non ?

  • Répondre anacoluthe 5 décembre 2014 at 15 h 31 min

    @Marylin : précisément, j’avais un peu levé le pied sur la méditation ces derniers temps because planning chargé, et bim !
    J’ai repris depuis (billet écrit mi-novembre, en fait) et ça va mieux depuis…

    Mais bon, de là à « aimer » cette saison, y’a une grosse marge qui n’arrivera jamais, à mon avis !!

  • Répondre Albane 7 décembre 2014 at 23 h 55 min

    Ton article me fait froid dans le dos (c’était le but, non ?). Mais c’est juste, ces trois mois d’hiver, cette mort sombre et triste de la nature nous glace chaque année. Quelle joie alors de voir renaître le printemps !

  • Répondre anacoluthe 9 décembre 2014 at 16 h 13 min

    @Albane : oh ben non, je dirais pas que mon objectif est de faire froid dans le dos aux lecteurs, quand même 😉

    (je suis pas sûre d’avoir un objectif, c’est plutôt que ça vient, alors je l’écris, c’est comme une nécessité !!)

    Oui, ce cycle des saisons me frappe de plus en plus, on comprend toute la symbolique qui y est attaché depuis l’antiquité…

  • Répondre Amiral Dourakine 18 décembre 2014 at 19 h 23 min

    Et les longues nuits en mer, quand l’aube ne viendra jamais, quand la mer grossit, et que l’on croit entendre les brisants quelque part sous le vent…..

  • Répondre anacoluthe 21 décembre 2014 at 19 h 46 min

    @Amiral Dourakine : je n’y avais jamais pensé, mais maintenant que vous en parlez, je n’ose même pas imaginer ce que doivent être les nuits d’hiver en mer, brrrr….

  • Répondre à isa-monblogdemaman Annuler Répondre