Humeurs

Pourquoi vacances et free-lance, ça rime pas, en vrai ?

9 juillet 2014

1- Parce qu’il faut arriver à payer ses congés (non) payés !

C’est un léger détail qu’on a tendance à oublier lorsqu’on s’installe à son compte : on ne « rentre » pas d’argent pendant ses vacances ! Le freelance dispose donc de 11 mois pour financer ses 12 mois de salaire, oups…

2- Parce qu’il faut impérativement boucler ses dossiers avant les vacances !

Je me souviens que quand j’étais salariée, « je pars en congés » était dans le top 3 des bonnes excuses du « oh oh, désolée, mais en fait j’aurai pas le temps de boucler ce dossier». Excuse irrecevable pour le freelance, sommé de respecter ses engagements de timing, sauf – éventuellement – en cas attaque nucléaire (mais alors avec abattement de 10% sur la facture !)
Et puis de toute façon :

3 – Parce qu’on fait appel aux freelances quand les salariés sont en vacances !

Etant donné le top 3 des bonnes excuses évoqué précédemment, il faut bien qu’il y ait des gens pour boucler les dossiers qui n’ont pas pu être bouclés – voire même pas ouverts ! – pour cause de attention-au-départ…
Moralité : décembre et août, c’est la haute saison pour certains freelances !

4 – Parce que c’est quoi, déjà les vacances ??

A force de bosser le soir, le week-end et les jours fériés, on observe chez certains sujets un léger trouble dans l’appréciation des différentes périodes : être on ou off, telle est la question du freelance.
Quand à la question de « poser » ses congés, hum hum… Franchement surréaliste d’arriver à organiser son planning 6 mois à l’avance quand on ne connaît même pas celui de la semaine d’après…

5 – Parce que « je pars mais je suis joignable », ça s’appelle pas des vacances. Ni des jours travaillés.

Partir avec son ordi, c’est parfait pour déculpabiliser. Mais ça marche jamais en vrai, la faute au dossier oublié, au wifi qui marche pas ce matin, au rosé qui tapait ce midi, à la motivation en panne cet aprem, et rebelotte le lendemain…

Et ceci explique aussi pourquoi je suis très très absente du blog en ce moment, même si je ne suis pas encore en vacances : il faut que je boucle les (super cools) dossiers qu’on m’a confiés cet été, si je ne veux pas culpabiliser pendant mes jours de VRAI repos…

 

****

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

14 Commentaires

  • Répondre damefofie 9 juillet 2014 at 10 h 43 min

    même combat ici…pffffff trop dur…la palme revient aux mois de septembre & octobre avec le début de mois qui ressemble à la fin du mois vu que le salaire tombe et comble direct le découvert….
    sans compter que j’ai eu la bonne idée de me surcharger de rdv l’année dernière et de me décharger cette année…= grosse galère pour payer l’augmentation de charges qui ne correspond donc plus aux rentrées actuelles….alllez haut les coeurs! on prend sa paire de rames et on baisse la tête, ça devrait passer…..
    bises copine

  • Répondre Au p'tit Bonheur 9 juillet 2014 at 10 h 57 min

    En lisant ton titre, je pensais qu’il serait question de bosser de chez soi AVEC des enfants en vacances. En fait non…

    Sans être free lance, une bonne partie de mon boulot se passe à la maison à faire des recherches. Autant dire qu’avec 4 nains en vacances à la maison, c’est mission impossible. Aujourd’hui j’en ai posé 3 au centre de loisirs, il m’en reste encore une. Une ça suffit déjà pour ne pas avancer…misère, misère….

  • Répondre Marylin 9 juillet 2014 at 11 h 29 min

    Et ouais !
    Je vois pas du tout de quoi tu parles ! ^^
    Bon bah oui, mais il y a aussi des avantages, hein… heu… :
    – pouvoir étendre le linge à 16h et comme ça il ne pourrit pas ?
    – garder un enfant malade en toute circonstance ?
    – accueillir les potes qui justement passaient par là et avaient grave envie d’un p’tit café au beau milieu de ta propal ?

    Bon, allez, j’abuse, mais honnêtement, je compatis.
    Courage !
    PS : Y’a aussi
    – se barrer 3h pour déjeuner parce qu’il fait beau et que f*ck, on n’a qu’une vie
    – partir en milieu d’après-midi pour éviter les bouchons (et continuer à bosser sur l’ordi dans la bagnole)
    – et mon favori : se poser une 1/2 journée et partir impromptu en amoureux en larguant veaux, vaches, cochons…

  • Répondre anacoluthe 9 juillet 2014 at 22 h 53 min

    @damefofie : ah oui, septembre-octobre c’est pas toujours évident quand on n’a pas facturé en août pour cause de vacances…

    (quand aux charges en décalé, m’en parle pas, c’est mon cauchemar, j’en peux plus, je voudrais des prélèvements en temps réel, qu’on me prenne beaucoup quand j’ai gagné beaucoup, pas beaucoup quand j’ai pas gagné beaucoup, et pas systématiquement en décalé : on me prend queutchi les années où ça marche, et un max les années de disette !!!)

  • Répondre anacoluthe 9 juillet 2014 at 22 h 58 min

    @Au p’tit bonheur : oui, bosser avec les enfants en vacances, c’est rock ! Ca m’arrive, mais à vrai dire, après quelques années où je bossais depuis la maison, j’ai pris un bureau (en zone franche, hé hé hé) donc dans mon cas, free ne veut pas dire at home.

    (ils ont quoi les enfants, 16 ou 17 semaines de vacances par an environ : au secours !!!!!)

  • Répondre anacoluthe 9 juillet 2014 at 23 h 03 min

    @Marylin : alors le linge, non, puisque je ne suis pas dans la catégorie « freelance à la maison » mais « freelance avec bureau loué », comme je le dis dans le com’ d’avant, mais ceci dit, c’est vrai qu’il y a cette énorme avantage de pouvoir organiser sa vie et ses journées de manière globale, ça simplifie vachement !

    En fait, au bout de quelques années, ça devient une manière de vivre très naturelle ; on a des choses à faire dans une journée, certaine pro, d’autres perso, et on ne compartimente pas, puisque tout est pour la même personne, soi-même !

  • Répondre liliba 9 juillet 2014 at 23 h 49 min

    Bureau dans mon salon pour moi et j’avoue ne pas être super productive quand la marmaille est à la maison… mais rien ne vaut le bonheur quotidien de la liberté !!!!

  • Répondre Stelda 10 juillet 2014 at 1 h 46 min

    Courage, dame Anacoluthe. Et surtout, pars sans ordi ni téléphone, sinon, ce ne sont pas des vacances…

  • Répondre MilaEve 14 juillet 2014 at 20 h 07 min

    Je me lance en free lance justement, l’aventure à la fois m’emballe (la liberté !), m’excite (je trouve ça très enrichissant) et me terrifie (est-ce que je vais pouvoir vivre correctement ?). Forcément, votre post me parle et en plus il aborde des aspects auxquels je n’avais pas pensé !
    Mais, rassurez-moi, globalement l’aventure vous satisfait ?

  • Répondre anacoluthe 21 juillet 2014 at 17 h 24 min

    @liliba : tout à fait d’accord, cette liberté, c’est le pied !
    Dans ton salon, mais ça va, tu as quand même de la place pour caser les dossiers ?? (c’est surtout ça qui me manquait quand je bossais chez moi, du coup c’était le bazar autour de moi… et dans ma tête pas cool !)

  • Répondre anacoluthe 21 juillet 2014 at 17 h 25 min

    @Stelda : hum, j’hésite, j’hésite à les emporter ou pas… cet été est particulièrement chargé (et je suis particulièrement fatiguée ;-( )

  • Répondre anacoluthe 21 juillet 2014 at 17 h 29 min

    @MilaEve : ah mais oui, bien sûr que globalement, je trouve ça génial !!!

    Après, je pense que ça convient à certaines personnes et à d’autres pas. Je dis souvent que la liberté est l’autre face de la responsabilité, donc il faut à la fois profiter de cette liberté, et arriver à rester léger face aux responsabilités (dont : est-ce que je vais arriver à en vivre ?!). Je crois qu’il y a un moment – enfin, quand ça marche, probablement – où on passe le cap du stress, on arrive à vivre comme les petits oiseaux du ciel, sans être « sur et certain »… en même temps, les salariées non plus ne sont pas « sûr et certain » aujourd’hui, à part les fonctionnaires !!

    Et en terme d’enrichissement, oui, extra, on peut toucher à plein de choses, changer de domaine : l’impression d’être maître de son destin, c’est génial !

    (j’espère que je t’ai rassuré…)

  • Répondre Liliba 21 juillet 2014 at 18 h 11 min

    J’ai juste un dossier banque et un autre gros classeur et tout le reste est dans l’ordi ! Je rêve d’une pièce à part, mais pas de sous pour faire des travaux… et j’aime bien être chez moi, tranquillou…

  • Répondre MilaEve 22 juillet 2014 at 10 h 16 min

    @anacoluthe Oui, je partage tout à fait ce que tu dis : gérer son niveau de stress au début. Pour l’instant, j’apprends à accepter de passer de moments de grands bonheurs à des moments de stress ou de panique 😉
    J’en profite dans un cas et dans l’autre j’apprends à repérer la peur et à la laisser circuler pour ne pas qu’elle m’envahisse !

  • Répondre à Marylin Annuler Répondre