Cuisine Humeurs

Le glaneur

11 juillet 2010

Dimanche après-midi dans un village de France.

Repus après le repas de ma belle-mère – ma belle-mère du sud-ouest aimant nourrir, que dis-je gaver, toute sa maisonnée – nous post-déjeunons sur l’herbe à demi-endormis.

Soudain, un cri : « Papa a disparu ! »

J’ouvre un œil et m’avise que oui, voilà quelque temps que je n’ai pas vu le père de mes enfants. Tour de la maison, du grenier à la cave, rien. Questions, interrogatoires des beaux-frères, des belles sœurs, rien.

C’est à ce moment-là que je m’aperçois que sa voiture n’est plus là. Sa voiture, que dis-je notre voiture, avec les sièges enfants, les poupées de mes filles, la petite laine du soir et les bouteilles d’eau.

Mon Homme a disparu en plein après-midi sans que personne ne le voit.

Très XXIème siècle, j’empoigne mon téléphone, numéro préféré, il va répondre et puis alors, je saurais.

Sauf qu’il ne répond pas.

La panique me gagne, car je sais que voilà, l’instant T est venu, dimanche d’un mois de juillet, mon Homme s’est avisé que sa femme était chiante et ses filles gavantes, il a plié bagage, sans même y réfléchir, il a pris la voiture, démarré et roulé, loin d’ici pour toujours, et plus jamais mes filles ne reverront leur père.

Un homme de 40 ans abandonne sa famille à son sort éplorée, diront demain les titres.

15 minutes plus tard, une voiture en approche.

À l’intérieur, un homme, tiens, ah bon, c’est le mien. Il sort, bras encombrés de sacs qu’il vient sitôt montrer.

Un homme de 40 ans est parti glaner dans les champs 3 sacs de petits pois frais pour nourrir sa famille, ne diront pas les titres, et je m’en félicite.

Et puis, dès le soir-même, cet homme de 40 ans, fils d’une mère du sud-ouest, écossa ces petits pois, ajouta des navets, des carottes, des oignons, et fit à sa famille ce que depuis l’enfance chez lui on appelait « les petits pois chez soi ».

Ami citadin, peut-être ignores-tu que la loi t’autorise à glaner post-récolte tout ce que le tracteur dans les champs a laissé. Voilà en tout cas quelque chose qu’on n’ignore pas quand on a, comme mon homme, grandi juste à côté des champs.

Petits pôa fondants, et carottes croquantes, et puis de la laitue... Mmmm

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

27 Commentaires

  • Répondre Camille 11 juillet 2010 at 22 h 40 min

    j’aime pas les petits pois, ni les carottes, en fait, mais je m’en fiche, j’irai chercher des courgettes après la récolte du tracteur, la prochaine fois.
    (ne me demande pas où, je n’en sais encore rien)

  • Répondre Anacoluthe 11 juillet 2010 at 23 h 01 min

    @Camille : la courgette, je pense que ça peut au moins t’emmener jusqu’en Sicile (mais à ta place, je me renseignerais au préalable sur la loi sicilienne…)

  • Répondre sabine 12 juillet 2010 at 7 h 52 min

    je faisais aussi avec ma grand mère qui habitait pas loin de Bonduelle, tous les paysans du coin cultivaient des légumes, et les petits pois étaient mes préférés.
    Bon, je neveux pas faire ma rabat joie (de petits pois) mais c’est quand même plus cool de demander l’autorisation au paysan pour glaner le champs! Car il y a toujours des abus, comme des gars qui se servent directement dans le silo d’oignons ou de carottes, comme ça arrive tous les ans à mon cousin. Je sais , je suis chiante! 😉

  • Répondre anacoluthe 12 juillet 2010 at 9 h 08 min

    @sabine : ah ben là aussi, c’est pour Bonduelle, du coup petits pois vraiment petits, excellents ! Oui, faut pas abuser ! On a vu hier une nana qui piquait du foin dans un champ, mais au lieu de prendre ce qui était au sol, elle dépiautait une meule pas encore rentrée, carrément ! « Mais tu le ferais au supermarché, de te servir comme ça ?! » qu’on avait envie de lui dire !
    Mais là, dans notre cas, c’est un voisin qu’il connaît, qui avait fini de récolter, et il a glané sur un bord (tout plein d’herbes piquantes et coupantes, en plus, quel héros prêt à tout !)

  • Répondre dahoé 12 juillet 2010 at 10 h 37 min

    quel homme, mais quel homme ! en plus, moi j’adore les petit pois maison ! chez nous on ne met pas de navets mais de petits artichauts poivrades , c’est très bon aussi … cette anecdote me rappelle mes dimanches après midis d’automne lorsque j’étais enfant ! nous nous livrions à des séances de  » grapillage  » effrénées ( ça consiste à récolter à la sauvette le raisin muscat qu’il reste dans les vignes à la fin des vendanges) ! que de bons souvenirs !

  • Répondre anacoluthe 12 juillet 2010 at 10 h 51 min

    @Dahoé : des artichauts poivrades dans les petits pois, ça m’intéresse, ça, comme toute recette du sud ! (j’ai enfin trouvé la recette des artichauts à la barigoule – enfin, je mixe plusieurs recettes – excellent)
    Ah oui, je n’y avais jamais pensé, mais évidemment que ça doit être pareil avec les raisin, mais à vrai dire je pensais que le raisin à vin ne se mangeait pas trop en raisin de table…

  • Répondre Marcelle 12 juillet 2010 at 10 h 52 min

    Ah bah, nous on le fait avant la récolte.

    Mais ça vient de là, les coups de chevrotine??!

  • Répondre anacoluthe 12 juillet 2010 at 10 h 56 min

    @Marcelle : Mais sauvageonne que tu es, tu n’as donc aucune morale °-)

    (et inconsciente aussi, car souvent l’agriculteur est chasseur, méfiance)

  • Répondre Tocwim 12 juillet 2010 at 11 h 15 min

    A voir le très très beaux film documentaire d’Agnès Varda : « Les Glaneurs et la Glaneuses »
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Glaneurs_et_la_Glaneuse
    Que du bonheur…

  • Répondre anacoluthe 12 juillet 2010 at 11 h 24 min

    Tocwim : je ne l’ai pas vu (mais comment on peut voir ça, c’est sorti en 2000, y’a un DVD ?) (et euh… tu l’as ?!!) (et t’as les plages d’Agnès, par hasard ??!) (100 balles ? Un mars ?)

    C’est joli, ce qu’ils disent sur WIKi, que le documentariste est glaneur d’images…

  • Répondre Tailleur d'Images 12 juillet 2010 at 13 h 37 min

    des champs de petits pois ?? ^^ je me demande bien à quoi ça peut bien ressembler…

  • Répondre anacoluthe 12 juillet 2010 at 14 h 50 min

    @Tailleur d’images : oui alors, pour tout ce qui concerne les animaux, les fruits, les légumes, les fleurs, les plantes… prière de se rapprocher de mon homme (pour les vêtements, les bouquins ou les trucs un tant soit peu techniques, c’est moi !)

  • Répondre Tocwim 12 juillet 2010 at 16 h 28 min

    Et il est toujours possible de glaner quelques fautes dans mes commentaires… 😉

  • Répondre anacoluthe 12 juillet 2010 at 16 h 38 min

    @Tocwim : alors ça, c’est fort aimable de ta part (et pour le Mars et les 100 balles, c’est non négociable, donc ?!)

    Je sais pas si c’est autorisé, de glaner sur Internet (glanDer sur Internent, c’est interdit au bureau, en tout cas). Est-ce que c’est possible des trucs non autorisés sur Daily Motion… ?

  • Répondre Cilaïne 12 juillet 2010 at 17 h 47 min

    En dehors du fait de nous prouver, ENCORE une fois, que ton Homme est adorable (et que, quand-même, il mériterait bien un petit « n°3-ne-jamais-dire-jamais »), ce récit m’éclate par ton départ au quart de tour vers l’explicaciòn romantico-dramatique de sa dispariciòn : très très bien vu (et écrit) !

  • Répondre anacoluthe 12 juillet 2010 at 17 h 58 min

    @Cilaïne : il est adorable… sauf quand il est chiant (tout pareil pour moi) (et pour les enfants).
    Si on me promettait-jurait que LE 3ème (avec option garçon garantie) serait aussi coool que les 3 derniers bébés que j’ai vus, je ne dis pas, mais on ne me promet rien…
    En fait, j’ai un peu mais pas trop paniqué, car c’est un peu sa spécialité (pas adorable pour le coup !) de se volatiser sans crier gare, de préférence au milieu de la foule…
    (et merci merci merci !)

  • Répondre Tocwim 12 juillet 2010 at 18 h 46 min

    Pour le mars et 100 balles, c’est encore possible… à voir.

    Juste qu’il faut donner des définitions précises.

    Pour le mars pas de problème j’imagine très bien.

    Mais 100 balles, je me demande toujours combien cela fait ?
    100 balles pour moi, autrefois, c’était 1 Franc.
    Cela s’est il transformé en 1 euros ?

  • Répondre laure K 13 juillet 2010 at 1 h 02 min

    y en a qui se régale !!

  • Répondre anacoluthe 13 juillet 2010 at 12 h 12 min

    @Tocwim : bien, alors j’ai une théorie extrêmement précise sur la conversion du 100 balles en monnaie moderne : je pense qu’on disait « t’as pas 100 balles » comme on aurait dit « t’as pas une clope »
    D’où conversion : 100 balles = 1 clope. (ça fait combien en euros, d’après le cours actuel du tabac ??)

  • Répondre anacoluthe 13 juillet 2010 at 12 h 13 min

    @laure k : c’est à dire qu’on en a mangé pendant 3 jours, quand même…

  • Répondre La vie (où est le) mode d'emploi (?) 14 juillet 2010 at 16 h 54 min

    Quel bon homme. Ca aurait été dommage qu’il disparaisse, avec ses petits pois !

  • Répondre Montre-moi ce que tu manges… 14 juillet 2010 at 22 h 40 min

    […] j’avais oubliée de vous prévenir qu’après 3 jours de « Petits pois chez soi » à tous les repas, ça peut dégénérer, niveau bouffe, chez […]

  • Répondre anacoluthe 14 juillet 2010 at 22 h 46 min

    @La vie (où est le) mode d’emploi : t’as raison, j’avais pas pensé à cette éventualité, qu’il se barre APRES avoir ramassé les petits pois, quelle déception… (parce que les petits pois en boîte, y’a pas, c’est moins bon…)

  • Répondre bergamote 16 juillet 2010 at 16 h 59 min

    Chère Anacoluthe,
    Me voici de retour et du coup je lis tes petits billets rédigés pendant mes 5 jours de vacances annuels (c’est pas beau ça! 5 jours!).
    Bref, ce petit texte me fait bien rire, car moi qui habite dans la campagne du sud ouest je ne savais même pas « glaner » se pratiquait! Moi je vais acheter mes petits pois frais au Bon Marché, pas celui de Fonelle, mais le mien, qui vend des légumes divins en pleine campagne! C’est mon plaisir du vendredi et du mardi (et du mercredi, etc……..) enfin suis un peu accro aux légumes, faute de Zara et autres à moins de 50 km. Heureusement mes deux filles (pas Monstres du tout sur la question) adorent éplucher, équetter, écosser toute la marchandise et la manger surtout!

  • Répondre anacoluthe 16 juillet 2010 at 17 h 23 min

    @bergamote : seulement 5 jours ! (j’ai honte de dire que ce soir, je suis en vacances pour un mois…)
    Non, mais, la plupart du temps, moi aussi je me fournis en légumes au Bon Marché (samedi, lundi ou jeudi) et je fais participer les troupes à l’écossage des petits pois… faut pas être pressée – vu leur rythme – mais je me dis que c’est du temps investi pour leur capital santé plus tard !
    T’es dans le sud-ouest ? Mais, on vient de décider de passer dans le sud-ouest à la fin des vacances, du côté de Carcassonne. T’es loin ??

  • Répondre bergamote 17 juillet 2010 at 0 h 16 min

    Nous habitons à coté de Dax, ville thermale où on peut croiser des personnes âgées en peignoir et claquettes toute la journée, et dépourvue selon moi de tout intérêt culturel à part les torros (olé! faut aimer!) et la salsa (faut danser, re olé!).

    Après un passage en Normandie (première mutation de jeune prof!) nous sommes revenus vers nos familles……et l’océan. L’accès annuel et sans limitation à la plage me motive à vivre loin de l’agitation de la ville….ainsi que les multiples producteurs de merveilleuses choses (fruits, légumes, viande, poissons)…….ainsi que le boulot à 5 min à vélo sans emboutellage……ainsi que la chouette école- collège des filles!

    Vous allez à Carcassonne, c’est chouette, la Cité est magnifique les filles vont adorer! Plongée dans l’histoire garantie. Vous pourrez manger du cassoulet (en plein été un vrai effort de cycliste du Tour de France!). Nous sommes environ à 3- 4 heures de là.

  • Répondre à laure K Annuler Répondre