Tourisme & Sorties Vu !

L’équipe du Petit Journal en plein travail

19 octobre 2012

***

**************

Quelle tête de linotte, j’ai oublié de faire un vœu l’autre jour, à la Gare Saint Sauveur, lors de mon PDPM, Premier Discours de Premier Ministre. C’est dommage, j’aurais bien aimé qu’il soit exaucé, mon souhait « Dieux de la Finance et Saints Patrons, préservez-nous de la crise »…

Mais j’avais la tête ailleurs, donc. J’étais trop occupée à jouer à « ce sera toi qui sera Yann Barthès ».

Parce que oui, on pouvait distinguer les micros du Petit Journal parmi les journalistes présents, nombreux évidemment, en ce dimanche 7 octobre dans la grande salle de la Gare Saint-Sauveur. Comment ça, « nombreux évidemment » ? Qué « Saint-Sauveur » ? De quoi, pourquoi, ne me dites pas que vous n’êtes pas au courant de THE événement ?

Non mais attendez, c’est une opportunité qu’on ne peut saisir qu’une fois tous les 3 ans, nous les Lillois, de pouvoir se prendre le melon à la Parisienne, et vas-y qu’on est le centre du monde, et qu’on balance de l’adresse sans même préciser la ville*, Lille what else quoi, et… vous n’êtes même pas au courant ?!

Donc, Dimanche 7 octobre 2012, dans le haut lieu de la branchitude lilloise – aka une gare de marchandise désaffectée (c’est le Glam’ façon Lille, ça !) – c’était l’inauguration de Lille 3000, édition « Fantastic ».

Lille 3000 a germé après le formidable engouement de la population et le succès touristique de l’année 2004, lorsque Lille a été capitale européenne de la culture. On s’est dit qu’il fallait remettre ça périodiquement, avec une grande fiesta sur plusieurs mois, et tout un tas d’événements culturels et artistiques répartis à travers la métropole.

Du coup, inauguration-événement. Du coup, présence de Monsieur le Premier Ministre, accompagné s’il-vous-plaît par Madame la Ministre de la Culture et Monsieur le Ministre de la Ville, et reçu en grande pompe par notre maire Martine Aubry.

Du coup, nombreux journalistes, dont ceux du Petit Journal, on y arrive…

Et alors moi, pendant les 40 minutes de discours avant de boire une bière (l’inverse serait plus charitable pour l’auditoire), je me suis prise pour la Reporter du Petit Journal.

Devant moi, sur le côté, la première équipe de 3 personnes, deux techniciens qui cherchent un adaptateur secteur qui fonctionne et un journaliste, qu’on voit souvent en mode déconneur à l’antenne, mais là, en plein travail, c’était concentration maximale, doigts sur les lèvres et yeux plissés façon « je passe le Grand Oral de Sciences Po’ ».

Juste derrière moi, la deuxième équipe, version féminine, avec la journaliste qui donnait ses indications ultra précises à sa camérawoman sur les plans qu’elle souhaitait.

Et au centre, donc, moi, la 3ème équipe auto-proclamée du Petit Journal, deux yeux en guise de caméra et les oreilles pour micro.

A la fin des discours, j’étais très fière de moi, j’avais trouvé 3 angles :

> petit-a, les officiels rangés en rang d’oignon derrière l’orateur avec les yeux dans le très-très vague (j’en ai même vu un qui dormait en loucédé)

> petit-b, la diction parfois hésitante (m’est avis que les orateurs, eux, n’avaient pas attendu la fin des discours pour tester la bière Fantastic)

> et petit-c, le contraste de tonalité entre les deux discours qui se sont succédés : Martine Aubry, qui, comme c’est souvent le cas (je l’ai remarqué vu qu’il s’agissait de mon EDDM, Enième Discours du Maire) semblait s’adresser vraiment aux gens présents dans la salle. Normal, elle doit en connaître la plupart, et on était 300 à tout casser.

Du coup, le contraste était hyper étrange quand Jean-Marc Ayrault est monté au micro comme le boxeur sur le ring, le verbe haut, les points levés, galvanisant la foule façon meeting de Bercy.

Je ne dis pas que je n’ai pas aimé, au contraire, son charisme – si, si, si, j’insiste ! – et son propos volontariste sur le rôle de la culture en temps de crise m’ont plutôt embarqués, mais comment dire… c’était un discours pour les caméras plutôt que pour nous, quoi.

Et alors, Résultat du travail acharné de ces trois euh deux équipes ? Eh bien, dans l’édition du Petit Journal du lundi 8 octobre 2012, de tous les discours, on a vu… un plan ! 40 minutes pour une seule seconde, bonjour le ratio ! C’est là qu’on comprend que fabriquer le Petit Journal, ça doit être moins marrant que de le regarder…

Bon, ils ont quand même trouvé d’autres angles pour amortir leur aller-retour Paris-Lille, rassurez-vous, on a eu un running gag « Martine Aubry ne sourit pas », une guest Star « Madame Ayrault », et de l’enquête de terrain, avec la vraie-fausse voiture immatriculée 59, qui s’est révélée être la voiture 75 du Premier Ministre maquillée en locale pour faire plus écolo…

Mais quel boulot ingrat, toutes ces heures probablement passées à se coltiner des événements interminables pour en retirer quelques secondes de sourire…

Non, décidément, je renonce à ma brillante carrière de Yann Barthès…

 

 

*véridique ! Dans la plupart des mails presse que je reçois, les lieux des événements sont balancés sans adresse. Et sans précision de ville of course. La France égale Paris point, la Province, c’est… so Province !

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

8 Commentaires

  • Répondre lutecewoman 19 octobre 2012 at 9 h 49 min

    C’est quand tu veux pour une visite au lutece’s. La bière est-elle aussi bonne que le nom le promet ? « Fantastic », qui a déjà entendu Dora le prononcer des centaines de fois ne peut plus le lire sans regarder si chipper est dans les parages. Tu vois Chipper ? Alors dis-lui : yann barthès arrête de chiper ! (ter)

  • Répondre anacoluthe 19 octobre 2012 at 14 h 56 min

    @lutecewoman : pour la bière, je n’en ai bu qu’une gorgée (ce n’était pas la mienne) et elle était étrange, aromatisée à un truc mais je n’ai pas réussi à déterminer quoi… c’était un buffet ambiance fête foraine, avec barbe à papa et bombec’, rigolo…

    Do-do-do-do-dora, merci tu m’as mis l’air en tête !!

  • Répondre La vie en presque rose 31 octobre 2012 at 14 h 59 min

    Tu sais quoi ? Moi qui habite à 1,5 km de Paris, qui travaille dedans (Paris), j’en arrive quand même à trouver les Parisiens puants d’autocentrisme.
    Bon, à part ça, moi aussi, je l’ai publiée, ma chronique « ongles » 😉

  • Répondre Rebecca 2 novembre 2012 at 23 h 35 min

    Ha… Moi la provinciale, comme je te comprends… :) Oui, le ratio trucs filmés, trucs exploités est toujours hallucinant!
    (Sinon, je me lasse vraiment du Petit Journal… peut-être suis-je trop dure)

  • Répondre anacoluthe 5 novembre 2012 at 11 h 14 min

    @La vie en presque rose : oh, je vais aller voir ça, alors (je suis au ralenti pendant les vacances…)

  • Répondre anacoluthe 5 novembre 2012 at 11 h 21 min

    @Rebecca : ah non, je ne me suis pas encore lassée du Petit Journal (que je ne vois pas tous les jours, en même temps) mais déjà lassée de certaines nouveautés du Grand Journal, genre Sophie & Sophie les 2 réceptionnistes hyper agressives…

  • Répondre bayouchka 15 novembre 2012 at 21 h 36 min

    Suis d’accord sur les 2 réceptionnistes un peu pitbull sur les bord, mais le pire c’est quand même « la question de la fin », j’arrive pas à rentrer dedans ? j’ai loupé qqchose ou quoi ?

  • Répondre anacoluthe 17 novembre 2012 at 19 h 56 min

    @bayouchka : ah oui, la question de la fin, ça me fait rire une fois sur 12… mais ça fait rire Mini-Monstre en Second à tous les coups. Parfait pour les CE2, donc !

  • Répondre à lutecewoman Annuler Répondre