Ecrit ! Humeurs Maman

Maman a eu 70 ans

29 août 2012

La vie est une pute borgne.

On vient à peine de venir à bout de ses traumas adolescentes, on a refermé avec difficulté – et 137 séances de psy hebdomadaires – le grand livre des griefs accumulés à l’égard de ses parents.

On est serein, enfin, en paix avec son passé.

Et alors, on se fait rattraper par son présent, un charmant bébé enfanté il y a 12 ans qui a décidé de muter en ado précoce. Portes qui claquent et pleurs sous la couette, les grandes heures de la geste adolescente s’ouvrent toujours, immuablement, dans ce mélange de cris et chuchotements.

C’est la période terrible, celle qui précède le drame aussi sûrement que l’ombre sous la porte et le quatuor de cordes dans le film noir. Et aussi sûrement que le destin vengeur du film noir, rien ni personne ne pourra faire dévier l’histoire de son terrible dénouement.

On assiste, spectateur de sa propre vie, à la mise en place de cette tragédie où il faudra bien jouer son mauvais rôle, celui du méchant, qui n’a rien compris, qui encaisse les coups et les reproches sans vaciller (idéalement !), celui qui fait rien qu’à creuser son cerveau vicieux pour enquiquiner la vie de la jeune héroïne innocente qui c’est juré n’a rien fait…

Bon, mais enfin on sait que contrairement au drame tout va bien se terminer, dans à peine, ohhhh, 4, 6 ou 10 ans, le jour où notre adolescent découvrira le pot aux roses. En fait, nous étions des parents géniaux qui ne voulions que son bonheur, mon dieu quelle méprise !

Et même un jour, notre bébé se dira « Maman a eu 70 ans ».

Comme moi, aujourd’hui.

La vie est une pute borgne.

On vient à peine de réaliser combien finalement on aimait ses parents qu’ils ont 70 ans. Alors même que maman n’est pas une femme de 70 ans. Non, ma maman, c’est une blonde au grand cœur qui fume comme un sapeur et cherche l’amour comme on l’espère à 20 ans, pour vieillir ensemble, sauf que vieillir, c’est maintenant.

Coincée entre son adolescent et sa maman de 70 ans, entre tous ces gens qui ont absolument décidé de vieillir bien plus vite qu’ils ne devraient, c’est à ce moment là qu’on réalise l’âge qu’on n’a pas dedans sa tête, et que pourtant on a, soi.

La vie est… enfin, oui, elle l’est, et tellement rapidement, la garce.

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

9 Commentaires

  • Répondre isa-monblogdemaman 29 août 2012 at 11 h 10 min

    C’est beau. Ca me parle. Même si parfois on oublie que voir ses parents vieillir peut être un cadeau.

  • Répondre Cilaïne 29 août 2012 at 12 h 08 min

    merci, je suis toute chair-poulée !
    je n’ai toujours pas pardonné, et c’est atroce de me dire que peut-être, dans 40 ans, je ne serai toujours pas pardonnée.

  • Répondre anacoluthe 29 août 2012 at 15 h 28 min

    @isa-monblogdemaman : oui, tu as raison, ne pas oublier qu’on a la chance des les voir vieillir…

  • Répondre anacoluthe 29 août 2012 at 15 h 33 min

    @Cilaïne : parfois, le chemin de pardonner est très difficile, si en face la personne ne nous a pas demandé pardon…
    je pense que notre génération sera plus encline à se remettre en cause face à ses enfants, parce qu’aujourd’hui, on se demande ce que c’est, être parent, on s’interroge sur nos pratiques… ce qui n’était pas forcément le cas de la génération d’avant !

  • Répondre sabine 29 août 2012 at 15 h 54 min

    je me suis fait cette réflexion il y a peu de temps. oui, ça passe…

  • Répondre Stelda 29 août 2012 at 23 h 09 min

    J’aime tes réflexions, légères et si justes, sans pathos mais qui nous remettent en question. Je n’ai plus de mère mais je crois que je ne l’ai pas encore réalisé, en fait. Ou bien je l’ai tellement bien accepté que pour moi elle est toujours là… Oui, un jour, nos enfants seront à notre place et ça, c’est parfois un peu flippant!

  • Répondre anacoluthe 30 août 2012 at 11 h 40 min

    @sabine : … ou ça casse ?!
    :-)

  • Répondre anacoluthe 30 août 2012 at 11 h 42 min

    @Stelda : merci… je crois qu’en fait, l’arrière-plan de ce billet, c’est le jour insupportable où moi non plus, je n’aurai plus de maman…

  • Répondre Ma vie, mon oeuvre, mes ongles… 12 octobre 2012 at 11 h 41 min

    […] pointillé au coton-tige, enseigné par sa fille de 11 ans, avant de se souvenir que, ah tiens oui, on n’a plus 11 ans depuis […]

  • Laisser un commentaire