Humeurs

Et si on faisait un barbecue avant l’apocalypse, les amis ?

8 juin 2012

Le vrai pays du barbecue n’est pas celui qu’on croit, en méditerranée toujours ensoleillée. Le vrai pays du barbecue est ici, latitude nord, tout près de Lille. Les Lillois ont un rapport maniaco-hystérique au charbon de bois et à tous ses plaisirs.

J’en ai été très étonnée quand je me suis installée dans cette région. Sitôt la belle saison arrivée, et Dieu sait qu’en général on la guette au moins un mois avant qu’elle ne se décide à commencer (et cette lente montée du désir d’été explique d’ailleurs en partie la barbecue hystérie), sitôt arrivée, donc, les week-end se déroulent toujours de la même façon :

Vendredi soir, Météo France l’a confirmé, il fait beau ce week-end. Le décor est prêt pour le premier acte, le soir-même : « Vous ne viendriez pas prendre l’apéro au jardin, puisqu’il fait beau ? »

De l’apéro au barbecue improvisé il n’y a qu’un pas, d’autant que chaque Lillois a dans son congélo quelques merguez congelées lors du dernier barbecue annulé, ce fameux dimanche où Météo France s’était planté en beauté « Mais magne, Gérard, rentre le parasol, il va s’envoler… »

Le samedi matin, les choses s’organisent pour la revanche. Un week-end ensoleillé, c’est 4 barbecue potentiels, il faut aller se ravitailler. Les sacs de charbon de bois s’entassent directement devant les étals du boucher (soyons pragmatiques, s’est dit le commerçant, il faudra bien les faire griller, toutes ces chipos qu’on veut écouler). Les chips sont là aussi, près de la caisse, et même la salade de riz pour les plus empotés des barbecueteurs acharnés. On en profitera jusqu’au dimanche soir, tard, parce que demain, il y a le lundi, le patron, les soucis…

Bien sûr, la chose n’est possible que parce que la majorité des habitants de la métropole Lilloise habitent des maisons avec un jardin, ou au moins une cour. Mais au-delà de ça, je crois que l’aspiration barbecuesque colle aussi parfaitement à la mentalité de ces gens : faire un barbuc’, c’est un plaisir à saisir, maintenant ou jamais, maintenant comme si c’était le dernier, parce qu’on ne sait pas de quoi demain sera fait. Alors buvons, mes amis, buvons, rions, mangeons.

Je me souviens avoir compris – un peu, à peine – l’esprit carnavaleux, quand j’ai appris que les pêcheurs de Dunkerque faisaient le Carnaval avant de partir pour leur pêche au long cours. Quand peut-être on ne va pas revenir, on fait la fête avec ses amis comme aux derniers jours de sa vie, avec excès, mais excès de vie, de fragile, magnifique, chimérique et fantasque vie.

Il y a de ça dans la manière dont on célèbre ici l’art de l’instant ensoleillé : réjouissons-nous amis, le ciel nous offre un jour sans pluie, il est temps de se réunir pour en profiter, ensemble, jusqu’au bout de la nuit.

Oui, faire griller une chipolata, c’est un peu notre vanité-vanitas-vanitatum à nous autres, les Lillois…

Soupe de melon de ma composition, en vue de ma reconversion en blogueuse cuisine...

 

**************

***

(et d’où qu’il a été inventé le premier concept Store exclusivement consacré au barbecue et que s’apelorio pompeusement « Esprit Barbecue » (es tu là ?!) hein, d’où ? Chez nous ! Si c’est pas une preuve que ma démonstration est modestement géniale…)

 

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

11 Commentaires

  • Répondre Ness 8 juin 2012 at 10 h 39 min

    C’est touchant, c’est beau et vivant et ça pourrait peut-être même devenir aussi culte qu’une chanson genre « les lacs du Connemara » (ma détestation de Sardou mise à part) si c’était mis en musique :)

  • Répondre l'expat de biarritz 8 juin 2012 at 11 h 32 min

    Je décèle un soupçon de mauvaise foi au départ (moqueux d’gens !) mais ça m’a presque rendue nostalgique tant tout ceci est vrai.
    Sur ce, je te laisse, faut que j’aille acheter du charbon de bois, j’ai des chipos dans le congélo* 😉

    (*) et là je me demande pourquoi j’en ai dans le congélo alors qu’ici on n’annule pas les barbeuques ?… C’est fou ce qu’on peut reproduire ce qu’on a vécu dans notre enfance.

  • Répondre anacoluthe 8 juin 2012 at 11 h 56 min

    @Ness : ah ah, les lacs du Connemara, c’est le compliment le plus… incroyable qu’on m’ait jamais fait ! (ça me rappelle une copine à qui ses parents avaient offerts comme cadeau d’anniversaire pour ses 12 ou 13 ans… une place pour un concert de Sardou !! Bon, les parents étaient fans, mais elle moyen moyen…)

  • Répondre anacoluthe 8 juin 2012 at 11 h 58 min

    @l’expat de biarritz : mais exactement, comme tout ce qui touche au nord, je suis très ambivalente, à la fois moqueuse quand je me place dans ma position de « non-nordiste d’origine », et puis finalement un peu touchée, parce qu’à force, je le suis un peu devenue, nordiste…

    Nan, t’as des chipos dans le congélo ?!

  • Répondre dansons la capucine 8 juin 2012 at 12 h 57 min

    c’est carrément ça! D’ailleurs ça fait 2 fois qu’on reporte le barbeuc’ entre voisins, pffff!
    Et le store Esprit Barbecue il est juste en face de Chronodrive, où tu peux acheter le charbon, les merguez, les chipos, l’apéro et tout!
    Si ça c’est pas de l’implantation réfléchie!

  • Répondre anacoluthe 8 juin 2012 at 14 h 25 min

    @dansons la capucine : avec la météo pourrie de ce printemps, on atteint pas le nombre syndical de barbecue, cette année !
    (ah bon, c’est là, Esprit Barbecue ? Je connais pas, on m’en a juste parlé… bien vu, en effet !)

  • Répondre sabine 8 juin 2012 at 15 h 13 min

    très bien vu!

    ici on est pas de grands adeptes mais par contre on aime manger dehors 😉

  • Répondre sabine 8 juin 2012 at 15 h 14 min

    (sinon moi je tuerais pr une andouillette grillée au barbecue)

  • Répondre anacoluthe 8 juin 2012 at 16 h 15 min

    @sabine : tu m’ouvres une chouette perspective, le beau temps, un barbec’… et une andouillette (jamais goûté cuit comme ça, dingue !)

  • Répondre bergamote 10 juin 2012 at 21 h 08 min

    Mais ici aussi, c’est comme ça! Tu peux rentrer ton linge et fermer tes fenêtres si Lolo Romechko (et son brushing) annonce le soleil pour le WE. Pas la peine de chercher chipos et merguez dans tous les bons bouchers du coin! Ahhhrr les odeurs de saucisse grillées à 22 h quand tu es tranquille dans le jardin à prendre une tisane! (ça faut un peu prof à la retraite, pardon!). Mes voisins ne savent pas que l’on peut mettre autre chose que de la chipo sur leur grill!

  • Répondre anacoluthe 11 juin 2012 at 15 h 15 min

    @bergamote : tu vois, nous, on n’est pas ennuyé par ce problème logistique du linge qui sèche dehors. Parce qu’il PEUT PLEUVOIR, on sait pas quand, mais à tout moment, potentiellement… Donc aucun risque qu’on mette quelque chose à sécher dehors à part une chippo sur un barbec !

  • Répondre à sabine Annuler Répondre