Déco Déco & Conso Humeurs

24 heures en 2011

5 janvier 2012

Le 31 décembre dernier, l’année écoulée s’est dit que ce serait bien qu’on n’ait absolument aucun regret de l’abandonner : alors, 2011 nous a concocté à ma famille et moi le plus pourri des jours de l’année.

Chronologie de notre méga compil’ d’ennuis :

9h30, j’arrive chez le coiffeur pile à l’heure. 10h15, mon coiffeur arrive pile en retard et me prend finalement à 10h45. Vlan, 1h15 dans les dents.

11h15, je sors. Lavée, coupée, brushée. Très bien coiffée. Pour deux heures.

Car à 14h15, tout en haut de  l’échafaudage de mon salon, j’attaque le décapage de la dernière des 4 portes en bois mouluré de 3 mètres de haut de la pièce. Vlan, 2h de paille de fer dans les cheveux, les yeux, le nez. Ah ça, j’en ai bien profité de mes 15 jours de vacances à faire des travaux. Toujours pas finis, merci.

Il y a 2 moments où on regrette les 4 mètres sous plafond. Quand il faut chauffer. Et quand il faut repeindre.

16h30, SMS de ma belle-sœur, vue 7 jours avant : « Vous allez rire, j’ai trouvé des poux dans les cheveux de ma fille ». 16h31, je ne ris pas. 16h33, je cours à la pharmacie acheter de l’anti-poux. En habits de chantier. Avec un bonnet, une écharpe et des lunettes noires (oui parce qu'avec des lunettes en écaille, je suis trop facilement repérable). Bref, incognito. 16h40, c’est fou le nombre de gens qui hante les rayons d’une pharmacie un 31 décembre à la recherche d’Alkazeitzer. 16h42, mon anonymat bat de l’aile. Qu’est-ce que ce sera quand je serai passée dans Femina… (Teasing !)

17H02, retour à la maison. En même temps que les souris mutantes. Et cette fois-ci, elles ne se cachent même plus : elles sont trois à se balader peinards sur le plan de travail. 17h03, je ne ris toujours pas. 17h04, je cours à la droguerie. 17H30, je sors de la droguerie avec une boîte d’appâts empoisonnés, deux pièges collants, et une prise révolutionnaire émettant des ultrasons qui rendent les rongeurs hystériques. 17h40, je rentre dans la droguerie pour rendre la prise révolutionnaire émettant des ultrasons qui rendent les rongeurs hystériques, car je viens de réaliser qu’en plus des 3 souris mutantes, je suis également en possession d’un lapin priapique et d’un cochon d’Inde échevelé, tous deux déjà suffisamment hystériques à mon goût.

18h01, je mets les Monstres à tremper dans le bain avec leur shampoing anti-poux. 18h04, je défais les draps, housses de couettes, taies d’oreiller des Monstres, asperge leurs 7 doudoux respectifs d’anti-poux, remets des draps, housses de couettes et taies d’oreiller propres. 18h20, je lance une machine de draps, housses de couettes et taies d’oreiller sales.

Histoire d'amour contrariée entre une palette à enduire et un peigne à poux...

18h25, appel de bonnes âmes qui nous proposent de passer boire une coupe à 19h. 18h30, rinçage du shampoing anti-poux. 18h35, un peu d’eau s’écoule du joint situé sous la baignoire, sous les carrelages, donc. 18h37, un peu beaucoup d’eau s’écoule, 18h39, beaucoup beaucoup d’eau s’écoule, 18h41, la salle de bain est officiellement déclarée « inondée ». Je ne ris toujours pas. 18h42, évacuation des Monstres de la zone sinistrée « et démerdez-vous bordel, Papa et Maman sont occupés à hurler ».

18h45, on coupe l’eau. 18h46, on réalise qu’une machine pleine de draps et de poux était en route. 18h47, pfffff, argh, hiiiiii. 18h49, on se défoule en défonçant la trappe de contrôle au pied de la baignoire. 18h50, on a découvert une nappe phréatique dans notre salle de bain. Je ne ris toujours pas.

18h55, on appelle les bonnes âmes « Ca vous dit de faire une pré-soirée chez nous ? Au fait, apportez votre aspirateur de chantier qui aspire l’eau qu’on rigole ! ». Nous avoir comme amis, c’est un sacerdoce.

19h20, nappe phréatique asséchée. Plus le temps de se doucher. 19h25, allez, on va chez vous en habits de chantier et pas lavés, pour la boire, cette coupe de champ’ ?! Nous avoir comme amis, sacerdoce bis.

Et encore, on a pour nous « l’unité de lieu du Centre Ville » dans ce drame domestique : on habiterait à Paris, une semaine que ça nous aurait pris embouteillages-compris pour vivre toutes ces péripéties !

Alors, je sais pas si c’est lié ou pas, mais les « bonne année et surtout la santé » ça me dit pas du tout, cette année… J’ai comme un affreux pressentiment : 2012 sera une p*** borgne.

Oui, parce que le 31 décembre à 00h00, je me suis dit « au moins, ça me va faire un billet facile, cette histoire », sauf qu’en vrai, ça m’a pris 5 jours pour l’écrire.

2012, année de la loose, j’ai perdu mon Mojo

Sous le carrelage, la plage (et la mer...)

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

14 Commentaires

  • Répondre sabine 5 janvier 2012 at 23 h 21 min

    alors pas de poux?? c’est ça qui me fait flipper à mort!! et ces putes de souris aussi.
    et Femina, quand????

    bon je te souhaite une bonne année ou pas? 😉

  • Répondre Sosso 5 janvier 2012 at 23 h 47 min

    Comme l’a dit un grand philosophe: mauvais départ ne signifie pas arrivée foireuse!
    Oui, j’etais rebelle à 15 ans, fan de Cut Killer!

    Et sinon, bonne année!

  • Répondre anacoluthe 6 janvier 2012 at 12 h 21 min

    @Sabine : moi aussi, ça me fait tellement flipper, les poux, que je leur fais un shampooing AVANT même d’en avoir repéré… je me suis déjà fait avoir trop de fois de « non non, j’ai pas vu de poux » et invasion 2 semaines plus tard !

    Femina… je sais pas encore (faudrait que je fasse un billet, d’ailleurs) a priori dans le mois qui vient (Femina paraît le samedi avec la Voix du Nord)

    En tout cas, moi, je te souhaite une bonne année… mais pour moi, j’y crois pas trop !

  • Répondre anacoluthe 6 janvier 2012 at 12 h 23 min

    @Sosso : ah bon, il a dit ça, Cut Killer ? Moi – dans ma période rebelle – j’étais fan de Kurt Cobain, et on peut dire que sa fin était plutôt foireuse…
    ouep, bonne année à toi !

  • Répondre printemps 8 janvier 2012 at 14 h 31 min

    Moi j’aurais bien aimé avoir une photo de ta coupe de cheveux le soir du réveillon après toutes tes péripéties… J’imagine qu’elle résumait parfaitement ta journée !
    Excellente année 2012 quand même, qui n’a pas pu démarrer aussi mal qu’elle a fini !

  • Répondre anacoluthe 9 janvier 2012 at 10 h 56 min

    @printemps : tu sais, sous l’angle de mes cheveux, je vis chaque année l’année de la loose tellement ils sont difficiles à coiffer ! (pour faire autre chose qu’une queue de cheval, je veux dire)
    En tout cas, merci et bonne année à toi, meilleure que la mienne (si, elle a très très mal démarré…)

  • Répondre thenewme 10 janvier 2012 at 15 h 04 min

    Pourquoi se lancer dans des travaux après être allée chez le coiffeur? C’est pas un peu maso?

  • Répondre anacoluthe 10 janvier 2012 at 15 h 37 min

    @thenewme : c’est un problème de concordance des agendas ! Quand j’ai pris le RDV, j’avais pas imaginé que les travaux ne seraient pas finis alors que les vacances le seraient bientôt (et que donc je n’aurais qu’une envie : tenter d’en finir avec les travaux avant que les vacances ne finissent !)

  • Répondre Cilaïne 10 janvier 2012 at 16 h 31 min

    Ah oui…quand-même…c’était du lourd cette journée….
    Sinon tes portes sont magnifiques, même non encore finies !
    Et puis Bonne Année kémême hein, la santé et tout et tout, à toi, les mini-monstres et Monsieur ton mari !

  • Répondre anacoluthe 10 janvier 2012 at 17 h 31 min

    @Cilaïne : et encore, t’en vois qu’un quart, des portes, là ! Moui, ça a du cachet, c’est pour ça qu’on les laisse… mais ça prend une place dingue !
    Merci tout plein et plein de bonnes choses à toi et à ta famille aussi !

  • Répondre Suzy 25 janvier 2012 at 19 h 28 min

    2012, année de la loose ? Noooon…
    Moi, je me répète comme un mantra : 2012, année du flouze… On peut toujours rêver, hein ! :o) Allez, bonne année !

    NB : et… JE CONFIRME QUE JE NE SUIS PAS UN SPAMMEUR…

  • Répondre anacoluthe 26 janvier 2012 at 10 h 32 min

    @Suzy : et alors, bilan flouze après un mois : ça marche les mantras ?!
    (t’as trouvé les petits flacons, sinon ?)

  • Répondre Bling Bim 23 février 2012 at 19 h 40 min

    […] ces temps de restriction budgétaire (merci les travaux) j’ai pris trois mesures d’austérité à application […]

  • Répondre Procrastination et tarte aux pâtissons | la vie est une anacoluthe 26 février 2013 at 18 h 27 min

    […] ma décharge, je dois gérer en même temps mes carrières d’ouvrier en bâtiment, maman, infirmière et blogueuse. Ah, et parfois aussi, je […]

  • Répondre à Suzy Annuler Répondre