Tourisme & Sorties

Un dimanche à l’école…

2 mai 2011

Ce serait une école, faite pour des élèves, des vrais, tous différents, et pas des numéros.

Une école humaniste où le projet de l’enfant compterait à peu près autant que ses notes qu’il n’aurait pas, tiens… Oh oui, à bas le 20/20, et si vraiment on voulait noter les progressions, les lettres suffiraient bien…

On aurait dit, les maths, le français, c’est bien, mais on peut aussi se développer autrement, créer, dessiner, construire, s’épanouir, et on n’est pas condamné à la médiocrité parce qu’on est dans une filière d’arts appliqués…

Et puis on aurait dit aussi que le bac « roulette russe » – toute ta vie jouée sur une semaine – c’est des conneries, alors on aurait inventé une évaluation à l’année, avec un jury de professeurs…

Cette école, elle existe, elle s’appelle Saint Luc à Tournai, et hier on l’a visité, à l’occasion des journées Portes Ouvertes du 1er mai.

En voyant les travaux ci-dessous – réalisés par des choupis de 14 ans, des élèves en classe de 3ème « volume » – mon homme et moi, on s’est regardé les larmes aux yeux, tellement on était contents de découvrir qu’elle existait, cette école idéale dont on aurait rêvé enfants…

On a posé un regard ému sur la chair de notre chair, à qui alléluia on allait pouvoir épargner les affres de la castration scolaire à la française, et là, Mini-Monstre Premier, future collégienne, nous a répondu :

« Même pas en rêve, ici c’est vieux, c’est moche, et ça pue le pipi »

Je crois qu’elle va nous en faire baver des ronds de chapeaux, Mini-Monstre : elle fera maths spé ou bien un BTS AM, puis elle terminera comptable ou prof de maths, et ça nous fera les pieds !

Les intérieurs ci-dessus sont entièrement réalisés en papier et carton, chaque pièce de la maison mesurant environ 10 cm de haut. Et sans trace de colle visible, of course… T’en connais beaucoup, toi, des élèves de 3ème aussi persévérants ?

Et ci-dessous, quelques illustrations, comment dire… jveux les mêmes à la maison !!!!

(illustrations réalisées par des élèves de 14 ans, je le rappelle…)

Pour info :

Si on connaît mieux l’Ecole Supérieure de Saint-Luc pour ses sections Beaux-Arts ou Architecture, on sait moins qu’elle accueille aussi les élèves dès la 5ème et jusqu’au bac, collège et lycée étant regroupés en Belgique sous le nom d’ « enseignement secondaire » de la classe 1 (notre 5ème) à la classe 6 (terminale).

Les élèves français sont plus que bienvenus – 75% des effectifs, on se demande pourquoi !! – avec possibilité de pensionnat sur place, ou d’aller-retour avec la France (20 mn de train depuis Lille seulement). Bien sûr, le bac belge – basé sur le principe du contrôle continu – est reconnu dans toute l’Europe.

Les admissions sont beaucoup plus faciles en classe de 5ème, 4ème, 3ème qu’après, où il y a un concours avec dossier artistique.

Et pour l’enseignement artistique – toujours replacé d’après ce que j’ai compris dans une perspective d’accomplissement de ses potentialités, de développement de la créativité en tenant compte des contraintes, de dépassement de soi, donc plus large que le pur « je dessine bien » – on peut le doser selon la voie choisie :

> 2/3 matières générales, 1/3 d’artistique en section « transition », avec possibilité de s’orienter vers un bac plus scientifique (= « espace ») ou littéraire (« image »).

Un bon compromis, car des classes d’un bon niveau, qui ne « ferment » pas les portes si on repasse dans le système français, mais avec un gros plus artistique et humaniste.

> Moitié-moitié, en filière « qualification », avec au choix illustration, volume, arts visuels. L’équivalent d’un bac A3 en France, sauf que là, ce ne sont pas du tout des voies de garage, mais des vrais choix, avec une exigence tant sur les matières générales que sur les matières artistiques, et une ouverture d’esprit qui à mon avis est un bagage bien supérieur à celui d’un bachelier français…

> 2/3 artistique, avec l’enseignement professionnel spécialisé dès la 3ème en « graphisme-publicité » ou « industrie graphique » ou « ébénisterie ». Et là encore, contrairement à notre bon vieux système d’exclusion à la française, ce n’est parce que tu te sers de tes mains qu’on considère que tu n’as pas de cerveau…

Et côté financier, selon les classes, le coût annuel va de 90€ à 500€ (voyage de classe compris) donc l’aspect financier n’est même pas rédhibitoire…

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

14 Commentaires

  • Répondre electromenagere 2 mai 2011 at 18 h 59 min

    Mon père a fait Saint Luc, dis à ta fille qu’en plus ça fait faire de beaux enfants ! 😀

  • Répondre sabine 2 mai 2011 at 21 h 59 min

    je ne savais pas qu’il accueillaient dès la 5e !

  • Répondre Camille 2 mai 2011 at 23 h 45 min

    Je.Veux.Retourner.A.l’ECole.

    Putain.

  • Répondre bergamote 3 mai 2011 at 8 h 43 min

    Enfin des élèves qui ne sont pas orientés par défaut… J’en ai rêvé pdt des années! Et je vais encore pester contre cette attitude franco française dans quelques mois…. Ton texte est très juste: « contrairement à notre bon vieux système d’exclusion à la française, ce n’est parce que tu te sers de tes mains qu’on considère que tu n’as pas de cerveau… » y en as qui se servent ni de leur cerveau ni de leurs mains dans les séries « classiques » des lycées chics!!
    Bref ceci dit, avec mes deux mains gauches j’aurais eu qqs difficultés dans cette école….

  • Répondre anacoluthe 3 mai 2011 at 10 h 30 min

    @electromenagere : ah oui ? Avant ou après le bac ? Enfin, tout s’explique, je comprends mieux pourquoi j’ai autant adoré sa maison et ses sublimissimes tableaux…

  • Répondre anacoluthe 3 mai 2011 at 10 h 31 min

    @sabine : je ne le savais pas il y a encore quelques mois, et puis j’ai rencontré une jeune ado qui y est rentré, et qui d’un coup s’est mis à aimer l’école !!

  • Répondre anacoluthe 3 mai 2011 at 10 h 31 min

    @Camille : ça t’aurait plu, sûr de sûr…

  • Répondre anacoluthe 3 mai 2011 at 10 h 37 min

    @Bergamote : on a un vrai problème avec l’école en France, mais ce n’est peut-être que le reflet de notre société de l’exclusion/élitisme…
    C’est vrai que cette école est forcément axée sur l’artistique, mais j’ai surtout apprécié l’idée derrière, l’envie d’apprendre, le dépassement de soi, le sens donné aux études, ça semble tellement manquer dans l’école française…

  • Répondre electromenagere 4 mai 2011 at 7 h 57 min

    Après le bac, il a fait archi d’intérieur. Je vais lui répéter ce que tu as dit, ça va lui faire plaisir 😉

  • Répondre Rebecca 6 mai 2011 at 10 h 50 min

    Ca a l’air top! Apprendre autrement…

  • Répondre anacoluthe 9 mai 2011 at 9 h 50 min

    @electromenagere : tu pourras lui dire aussi qu’il m’a fait comprendre qu’on pouvait mettre plusieurs tableaux par mur, en trouvant des harmonies (ce qui m’a ouvert des possibilités, vu qu’on a trop de tableaux et pas assez de murs !!)

  • Répondre anacoluthe 9 mai 2011 at 9 h 50 min

    @Rebecca : une autre école, j’en rêve…

  • Répondre smartie 14 octobre 2011 at 10 h 07 min

    Petit coup de gueule. C’est vrai que les écoles « belges » sont plutôt bonnes (enfin francophones car l’enseignement est régionalisé) mais l’afflux de français dans nos classes et auditoires commence à agacer. Car au nom de la liberté de circulation (Schengen), il y a, par exemple, jusqu’à 60% de français dans les auditoires de 1ère médecine. Tournai est majoritairement occupé par des français aussi. Un joli cadeau que vous font là vos cousins d’outre-Quievrain! Mais budgétairement insoutenable! D’ailleurs le niveau de l’enseignement a fortement baissé depuis quelques temps, faute de moyens. Allez donc voir du côté flamand, là, ils ont de gros moyens côté enseignement, et peu d’étrangers dans les auditoires.

  • Répondre anacoluthe 5 juin 2013 at 20 h 51 min

    @smartie : oups, désolée, je n’avais pas vu ton commentaire avant !

    Je comprends évidemment que – vu de votre côté – ça soit énervant de voir tous ces français débarquer dans le système belge… mais, je ne pensais pas qu’il y avait un problème budgétaire, je ne sais pas, j’imaginais des accords financiers entre les pays concernant les frais scolaires.
    Je préférerais sincèrement que nos écoles évoluent en s’inspirant des bonnes pratiques dans les autres pays d’Europe, plutôt que d’expatrier nos élèves, c’est un peu absurde !

    Côté flamand, oui, pourquoi pas, pas sûr qu’on y soit les bienvenus mais bon, le bilinguisme (voire trilinguisme puisque je crois que l’anglais est enseigné plus fréquemment dans les écoles flamandes), c’est une bonne chose !

  • Laisser un commentaire