Tourisme & Sorties

Expos à Lille, le grand match

20 janvier 2011

En ce moment* à Lille, c’est un peu la battle des Anciens contre les Modernes, avec deux expos-événements :

> A ma gauche, Môsieur Degas himself , mais en version sculpteur.

> Et à ma droite, 60 œuvres de la collection d’art contemporain de la Saatchi Gallery from London, réunies autour du thème de la « Route de la soie ».

*Mon Surmoi scrutateur tenait à préciser que l’emploi de l’expression « en ce moment » est total usurpé, vu que ces deux expos sont finies ou presque… Voilà ce que c’est que de mettre 3 semaines à écrire ses billets…

Ne reculant devant aucun sacrifice, ma petite famille a renoncé à deux après-midi de glandouille pour aller tester en situation les it-expos du moment.

C’est ainsi que je suis en mesure de vous dévoiler les résultats de ce grand match, arbitrés par deux juges intraitables : Mini-Monstre Premier et Mini-Monstre en Second.

Degas Sculpteur

Degas, en fait, c’était un grand sensible : vexé comme un pou que le public n’ait pas aimé sa Petite Danseuse de 14 ans, il décrète en 1881 que si c’est comme ça, je montrerai plus jamais mes sculptures et na (sic ou presque).

Pourtant, dans son coin, Degas continue à faire des sculptures en cire, qui lui servent d’études préparatoires pour ses peintures. A sa mort, en 1917, ses amis retrouvent ces modelages dans son atelier et décident – pour les sauver – de les éditer en bronze.

Donc en fait, c’est des brouillons, ces trucs. Des brouillons de danseuses et de chevaux. Eh ben, qu’est ce que ce serait si c’était abouti, dis ?!

Alors, a priori, danse + cheval, je pensais que c’était carton plein assuré auprès de mes filles. Tout faux, parce que dès la 3ème danseuse et le 2ème poney (sic pour de vrai), les Monstres m’ont fait une overdose de bronze.

Pfff, ils sont tous pareils, c’est nul Maman…

A croire que pour mes filles, Arabesque et demi plié, c’est ballet blanc et blanc ballet…

Un accessit quand même pour cette belle idée muséographique : quelques boîtes disséminées dans l’exposition, avec, dans chaque boîte, la reproduction d’un des bronzes. Lequel ? A vous de trouver, mais seulement en les touchant. Et les expériences en aveugle, ça plaît beaucoup aux Monstres depuis un certain jour.

L’expo Degas a lieu au musée de la Piscine à Roubaix jusqu’au hem hem 16 janvier, mais sinon, on peut retrouver ses œuvres à Orsay.

Il n’empêche que le Musée de La Piscine, c’est un lieu inspirant, faudra que je vous en reparle un jour de février.

La Route de la Soie

Bougez avec la Poste, nous, à Lille, on l’a pris au premier degré, et on a transformé un ancien Tri Postal en haut lieu de la culture, accueillant en ce moment 60 pièces de la prestigieuse collection de la Saatchi Gallery, rien que ça.

Fan de Marco Polo, passe ta route de la Soie, le titre de l’expo, c’est juste pour délimiter la zone géographique des artistes, de l’Inde à la Chine en passant par le Moyen-Orient.

A priori, le problème de l’art contemporain avec enfants, c’est que l’art contemporain, tu comprends rien. Enfin surtout toi, parce que moi, bien sûr…

Sauf que là, The accessit muséographique, c’est qu’il y a des animateurs à tee-shirt rouge disséminés dans l’expo, et qu’on te prévient dès l’entrée que tu peux leur poser toutes les questions que tu veux.

Fallait pas leur dire deux fois, aux Monstres. On a passé l’expo à pister les tee rouges et à leur poser des questions alambiquées. Ils nous répondaient avec beaucoup de patience, et avec beaucoup d’accents, ce qui conférait illico un certain brio à leurs réponses.

Il faut avouer que « Parce que le vide c’est le plein, le vide c’est la vie, et inversement » susurré avec un accent pakistano-batave, ça fait beaucoup plus sens que prononcé avec un accent ch’ti.

Au delà de ça, je pense que les Monstres ont beaucoup apprécié les « expériences » proposées par cette expo. C’est-à-dire ? Suis-moi, je te montre :

> Old Persons Home, Sun Yuan & Peng Yu.

Old Persons Home, ce sont 13 vieux monsieurs réalisés en taille réelle – et ultra réalistes – installés dans 13 fauteuils roulants.

Chaque fauteuil est équipé de capteurs infra-rouge qui lui permettent de se déplacer dans la pièce sans entrer en collision avec les autres fauteuils, ou avec les visiteurs.

Car oui, on déambule entre les vieux monsieurs, comme si on était à la maison de retraite, sauf que – bizarrement – j’ai jamais vu autant de gens rendre visite à des vieux séniles dans une maison de retraite et se passionner pour leurs fauteuils roulants…

C’est plus ça qui m’a frappé, au delà du message politique annoncé, chaque vieille personne représentant un personnage historique politisé. Et j’ai réalisé ça en observant les Monstres, d’habitude un peu craintives face aux personnes très âgées, s’amuser à s’approcher d’elles et ayant envie des les toucher…

Qu’est-ce qu’on disait l’autre jour sur le faux et le vrai ?

> Love It, Bite It ! Liu Wei

Imagine une pièce de 15 mètres par 20, remplie de monuments miniatures apocalyptiques, du genre le congrès américain ou le siège de l’Onu à demi écroulés… Un peu flippant, non ?

Et là, tu lis sur un panneau que tous ces monuments ont été minutieusement réalisés en… pâte à mâcher pour chiens ! Aussitôt Mini-Monstre en Second s’exclame : « Ah oui, Maman, je comprends maintenant pourquoi les chiens sont interdits dans l’exposition, ils auraient tout mangé, sinon… »

L’art contemporain avec enfants, ça prend tout de suite une autre dimension….

> Ghost, Kader Attia

Il aura fallu 4 jours et l’aide de 70 étudiants des Beaux-Arts à Kader Attia pour réaliser cette performance éphèmère : mouler à même le corps 560 sculptures en aluminium, 560 hommes et femmes en prières, tournés vers un même mur.

La disposition est primordiale dans cette œuvre : en fin de parcours, au détour d’un mur, sans être prévenu, tu pénètres dans cette immense pièce et tu vois une foule, de dos et à genoux. L’effet de masse est saisissant, et la surprise aussi, car on met du temps à comprendre en quoi sont ces sculptures.

C’est en se retournant que le choc est plus fort. Car vu de face, le vide fait sens (accent pakistano-batave recommandé). Vu de face, il y a ce trou béant, à la place de la tête.

Un tel effet avec du simple papier alu, voilà qui a offert d’immenses perspectives à Mini-Monstre en Second, qui se contentait pour le moment de papier découpé pour élaborer des créations frénétiques et nocturnes, dont nous admettons que c’est très joli, ma chérie mais IL EST L’HEURE DE DORMIR !

Mon petit doigt pakistano-batave m’a dit qu’une partie de ces sculptures éphémères et très fragiles serait néanmoins présentée à Beaubourg, à bon entendeur…

> Like Everydays Series, Shadi Ghadivian

Tu seras une femme, ma fille. Mais heureusement pour toi, tu ne seras pas une femme née à Téhéran. Et toi, au moins, on pourra te prendre en photo sans être menacé de prison à vie.

Alors que Shadi Ghadivian, pour contourner la censure, s’est amusé – et il y a des cas où il faut bien du courage pour s’amuser – à photographier ces « femmes » le visage couvert de leurs attributs tellement « féminins » : le fer à repasser, le gant de vaisselle ou la passoire…

Et sinon, t’as fait les soldes chez Zadig & Voltaire, toi ?

> Chinese Offspring, Zhang Dali

« Ah non, mais là, c’est vraiment n’importe quoi, qu’est ce qui faut pas voir… »

En fait, voilà ce que j’ai aimé en regardant ces 15 sculptures à taille humaine suspendues par les pieds, représentant le calvaire des travailleurs nomades chinois :

Je les ai observés en audio-bougonnage live, pendant que des retraités commentaient les œuvres à côté de moi. Et un retraité dans une expo d’Art Contemporain, ça laisse parler son cœur autant qu’un Mini-Monstre, sauf que ça râle beaucoup plus.

Sinon, c’est devant cette œuvre que j’ai eu une révélation : je crois que j’abuse un peu trop des effets photos d’Hipstamatic, ça devient lassant, non ? Courage, on a presque fini, les amis…

> Sculptures et tableau de Zhang Huan

Le truc incroyable de ces deux œuvres de Zhang Huan, ce n’est pas qu’elles ont été entièrement réalisées en cendres de bâtons d’encens afin de célébrer la révélation spirituelle de l’artiste.

Non, le truc incroyable de ces œuvres, pour les Monstres et moi, c’est qu’un monsieur nous a mitraillés avec son appareil photo pendant qu’on les regardait, et qu’il nous ensuite annoncé que ces clichés de nous allaient peut-être figurer dans une exposition à l’automne qui aura pour thème « les Lillois ».

Je crois que c’est là que les Monstres ont décidé que, vraiment, l’Art Contemporain, c’est trop bien…

L’exposition au Tri Postal est prolongée jusqu’au 23 janvier, et au delà de cette limite, vous pourrez toujours vous consoler en allant voir les œuvres à la Saatchi Gallery à Londres.

Et si vous insistez, je veux bien vous prêter les Monstres pour le week-end.

Je leur ai fait réviser l’accent pakistano-batave. Un tee rouge et hop, vos guides seront prêtes pour vous guider dans les méandres des merveilles de l’Art Contemporain…

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

25 Commentaires

  • Répondre MissBrownie 20 janvier 2011 at 12 h 22 min

    Tu aurais du prendre Chupa avec toi … La pauvre, elle a une maman hermétique à l’art …

  • Répondre georges 20 janvier 2011 at 13 h 55 min

    merci !
    très intéressant tout ça…aussi bien Degas que l’art contemporain …

  • Répondre electromenagere 20 janvier 2011 at 14 h 46 min

    Deux endroits que j’aime vraiment à Lille ! Et l’art contemporain c’est chouette pour les enfants, ils s’interrogent en général beaucoup plus que quand on leur propose de l’art plus « classique »

  • Répondre Cilaïne 20 janvier 2011 at 16 h 15 min

    Et alors, recrudescence de terreurs nocturnes après ça ? ou pas ?
    (le coup des Ghost, de Kader Attia, me terrifie)

  • Répondre anacoluthe 20 janvier 2011 at 22 h 38 min

    @Miss Brownie : alors que Chupa adore ça, elle, l’art, non ? OK, la prochaine fois je l’emmène !!

  • Répondre anacoluthe 20 janvier 2011 at 22 h 40 min

    @Georges : merci pour le merci, etr welcome on board, Georges !

  • Répondre anacoluthe 20 janvier 2011 at 22 h 42 min

    @electro : ah ouais, moi aussi, j’adore ces les lieux… mais je sais pas si t’as vu le Tri Postal nouvelle version, ils viennent de le rénover pour la route de la soie, justement, c’est un peu moin border line et un peu plus musée, dans l’esprit… Mais il nous reste la Gare Saint Sauveur pour le côté « grande salle roots » !
    Oui, c’est vrai que les enfants accrochent bien avec l’art contemporain…

  • Répondre anacoluthe 20 janvier 2011 at 22 h 45 min

    @Cilaine : même pas, non, aucun cauchemar à signaler…

    Faut pas, en vrai les Ghosts sont très très beaux, ça donne une impression de sérénité, pas de peur… A voir au centre Pompidou, ce ne sera peut-être pas pareil avec moins de sculptures…

  • Répondre Camille 21 janvier 2011 at 0 h 21 min

    Il était beau, le pakistano-moldave?

  • Répondre electromenagere 21 janvier 2011 at 14 h 23 min

    non je crois pas avoir vu la nouvelle version mais la dernière fois j’ai vu la gare saint sauveur et c’est chouette surtout la terrasse à l’extérieur avec musique. Il me manque ces endroits :)

  • Répondre Rebecca 21 janvier 2011 at 19 h 08 min

    Rolala… Ca fait combien de temps que je n’ai pas mis les pieds dans un musée, dans une galerie… TROP longtemps. Si j’avais pris des résolutions, il eut fallu que je pense à celle-ci!
    Merci en tout cas.

  • Répondre anacoluthe 23 janvier 2011 at 18 h 48 min

    @Camille : pas mal, mais moins bien que le spanish-british… Si ça se trouve, je fantasme total sur leurs origines, ils avaient juste un accent « culturel ». Mais si, je suis sûre que tu vois de quoi je parle !

  • Répondre anacoluthe 23 janvier 2011 at 18 h 50 min

    @electromenagere : justement, on est allé hier devant la gare saint Sauveur (dans le parc de jeux) et ça m’a donné envie d’y retourner. Ils te manquent ?! Ben viens-zy voir, tchotte !

  • Répondre anacoluthe 23 janvier 2011 at 18 h 51 min

    @Rebecca : ça fait du bien de voir du beau je trouve… et puis c’est une des rares activités culturelles facilement accessibles avec enfants !

  • Répondre GlamGoofyGirl 23 janvier 2011 at 20 h 24 min

    Hello !

    C’est bon ce petit shoot culturel !
    Mais tu me ferais presque culpabiliser, moi qui me suis dégonflée à la dernière minute hier alors qu’on avait prévu d’aller (enfin) voir l’expo Basquiat. L’heure et demi d’attente sous la pluie a eu raison de ma motivation et on a fini par un resto + ciné… Mais c’était sympa quand même :)

  • Répondre laure 24 janvier 2011 at 12 h 09 min

    voilà du billet ! va donc voir chez notre amie Blue qui en a fait un aussi long que le tien sur cette expo… c’est dire l’ampleur et sa force !

    Oui je crois que les gamins percutent plus car les installations sont faites pour réveiller les questionnements ( non que Degas ne soit pas passionnant masi quand même … rien à voir dans la démarche )

    Là aussi où on se rend compte que la brutalité des oeuvres ( rapport aux commentaires des retraités ) ne renvoie en miroir que la brutalité des sociétés sacrifiant les corps, et l’espace vital number one qu’ets notre propre sphère corporelle.

    A ce sujet, ta sphère corporelle se porte bien ? :-)
    combien de mois maintenant ?

  • Répondre anacoluthe 24 janvier 2011 at 21 h 32 min

    @GlamGoofyGirl : 1h30 d’attente, moi aussi, je me serais dégonflée !! On a eu de la chance, pour ces deux expos, on est arrivés avant et après l’heure de pointe… commencer une expo avec enfants par une heure de queue, c’est perdu d’avance, ils vont détester !

  • Répondre anacoluthe 24 janvier 2011 at 21 h 35 min

    @laure : oui, oui, j’ai vu et commenté le chouette billet chez Blue !

    Je pense que ce qui parle aussi aux enfants, c’est la variété des formes et des matériaux employés…

    Oui, en fait, ce n’est pas l’œuvre qui est violente, mais ce dont elle parle, mais on s’en prend souvent aux messagers des mauvaises nouvelles, comme si c’était leur faute !

    (rassure-moi, tu ne crois pas VRAIMENT que je suis enceinte, dis ?!)

  • Répondre bergamote 25 janvier 2011 at 23 h 52 min

    Bravo, chapeau! Belle expérience avec les enfants. Ça me donne des idées…. Sauf que nous question expo on a la fête de l’asperge et Toro e Salsa! Et puis c’est tout! Question éveil culturel, on est un peu limité.
    Sinon, j’espère que tu as vu Benjamin Biolay chez Taratata, un 15 septembre d’enfer!
    Sinon 2, je ne quitte tjs pas mes bouillottes tellement j’ai froid! La tienne te tiens tjs compagnie? Oui, quand on la met sur le ventre on a l’impression d’être enceinte, trop drôle!

  • Répondre laure 26 janvier 2011 at 15 h 40 min

    mais SI, si je le croyais ! … qu’est ce que c’était en fait alors …!!? une blague ! hôhôhô !

  • Répondre bergamote 26 janvier 2011 at 21 h 28 min

    @ laure: la photo était trompeuse, j’y ai cru aussi, notre Ana est une sacrée farceuse!

  • Répondre anacoluthe 27 janvier 2011 at 10 h 54 min

    @Bergamote : comment, tu veux dire que tu boycottes LA fête de l’asperge, cet événement que le monde entier vous envie ?!!

    Argh, naaaan, j’ai pas vu Benjamin Biolay… Peut-être que je peux le revoir sur internet ?

    Quand à la bouillotte, le froid s’est un peu calmé ici, je ne m’en sers plus que la nuit…

  • Répondre anacoluthe 27 janvier 2011 at 10 h 55 min

    @laure : oui, la photo était trompeuse… et c’est justement en me regardant dans la glace que j’ai eu l’idée de faire ce billet sur ma « grossesse de bouillotte », parce que ce n’était que ça, donc… !

  • Répondre sabine 27 janvier 2011 at 14 h 30 min

    La Piscine a Roubaix c’est fabuli-isme ! Voilà c’est tout ton billet m’a épuisée 😉

  • Répondre anacoluthe 28 janvier 2011 at 12 h 20 min

    @Sabine : oui, chouette endroit hein ! J’y aime tout, le cadre, les collections, le restau, la boutique… et les filles y ont fait des ateliers super chouettes ! Il y a des endroits qui apaisent et donnent de l’énergie, ça en fait partie…

  • Laisser un commentaire