Sponso and co

A 5 ans, je m’ai presque tué… et autres accidents domestiques

20 décembre 2010

Tu te souviens, l’autre jour, quand je te parlais de mon amour immodérée pour les plumes d’autruche ?

Eh bien j’ai oublié de te dire qu’il y a un truc que je n’aime pas du tout chez l’autruche : sa politique.

Oui, je sais, il y a des choses qu’on n’aime pas trop regarder en face. Exemple : les accidents de la vie courante. 3ème cause de mortalité en France, 19 000 décès par an, principalement des personnes de plus de 65 ans, mais aussi des enfants de moins de 15 ans.

Tout cela parce qu’un jour comme un autre, dans la maison lambda d’une famille comme la tienne ou la mienne – et sans que les trompettes de la mort n’aient annoncé quoi ce soit – il y a eu chute, suffocation, noyade, intoxication ou l’un ou l’autre de ces stupides accidents qu’on aurait pu éviter en s’informant avant sur la question de la prévention maison.

C’est pour ça que l’Inpes a créé www.prevention-maison.fr, un site qui permet à l’internaute de se promener dans une maison. Pièce par pièce, on découvre les dangers domestiques ainsi que des conseils pour améliorer la sécurité de son intérieur.

En fait, il y a deux sites à cette adresse : l’un centré sur les accidents domestiques (chutes des personnes âgées, accidents de bricolage, noyades en piscine…) et l’autre sur la pollution de l’air intérieur, un danger moins connu mais bien réel…

Quand on m’a demandé de parler de ce sujet, on m’a précisé que je ne devais pas hésiter à raconter des anecdotes personnelles…

À vrai dire, je n’ai pas hésité trop longtemps, étant donné que ma petite personne est quasi une Survivor de l’accident domestique because, en ma douce enfance, mes parents n’avaient pas la chance de pouvoir consulter le site de l’Inpes.

S’ils avaient pu, mes parents auraient ainsi sûrement appris qu’on ne doit JAMAIS laisser une rallonge électrique branchée, ce qui m’aurait évité d’en suçoter une à l’âge 14 mois, et de finir la bouche à demi carbonisée aux services des urgences…

Ils auraient aussi pu m’apprendre que mettre les doigts dans le chambranle de la porte d’entrée un jour de grand vent « pour voir ce que ça fait », c’était pas une très bonne idée vu que j’ai failli y perdre un doigt, même si j’y ai gagné une magnifique cicatrice sur l’index…

Ils auraient été alertés sur les risques de chutes si fréquents chez les enfants, et en particulier chez mon grand frère très désireux de ouéeee s’envoler Maman, en se jetant du haut des arbres…

Au oui, et puis si mes parents avaient eu Internet, un ordinateur, et le site www.prevention-maison.fr sous les yeux, ils auraient su qu’il vaut mieux ranger les produits ménagers en hauteur et pas sous l’évier, et qu’il faut les laisser dans leur bouteille à bouchon sécurisé plutôt que de les transférer dans une bouteille d’eau minérale, ce qui m’aurait éviter de me servir un petit verre d’eau de javel à 5 ans…

Oui, en ma douce enfance, mes parents n’avaient pas la chance de pouvoir consulter le site de l’Inpes, pas comme toi, espèce de veinard de parent 2010, alors tu vas me faire le plaisir d’aller consulter ça fissa !

Et puis toi non plus, n’hésites pas, si tu as une anecdote personnelle à nous raconter en commentaire, histoire de sensibiliser sur un danger en particulier…

Article sponsorisé

***

**************

****************************

Partage propulsé par Wikio

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

22 Commentaires

  • Répondre electromenagere 20 décembre 2010 at 14 h 33 min

    Dans les années 70, on savait élever les enfants ! On comprend pourquoi on est des super women maintenant ! :)

  • Répondre anacoluthe 20 décembre 2010 at 14 h 42 min

    @electromenagere : ouais, on n’est pas des chochottes ! Tiens, tu me fais penser que j’ai oublié de raconter qu’en pollution de l’air intérieur aussi, on est des Survivor : ah, le bon air vacances des seventies, quand nos parents fumaient comme des pompiers DANS LA VOITURE, et fenêtres fermées…

  • Répondre isa-monblogdemaman 20 décembre 2010 at 15 h 19 min

    Tu es une vraie warrior toi ! Je n’en reviens pas. Et je flippe un peu du coup quand même !

  • Répondre Mélisse 20 décembre 2010 at 15 h 28 min

    j’ai mis les doigts dans la prise à 6 ans… (et oui tout s’explique!)

  • Répondre MissBrownie 20 décembre 2010 at 15 h 44 min

    Euh… Il y a 18 ans, sous la surveillance de mon père, mon frère de 2 ans a été trainé dans les toilettes et a joué avec la bombe Air Wick des toilettes… Heureusement pas en pleine face mais il a eu de grosses cloques sur les mains…

    J’ai aussi connu un petit garçon qui a 5 ans est tombé de la mezzanine … trauma crânien avec séquelles…

  • Répondre anacoluthe 20 décembre 2010 at 17 h 59 min

    @isa-monblogdemaman : à vrai dire, c’est en rédigeant l’article que j’ai réalisé que oui, j’avais une bonne expérience de la chose…
    Et pour le flip, comme dirait mon frère à ma fille – qui a un peu peur de tout – « la peur est un réflexe salutaire et ancestral, il faut parfois l’écouter pour éviter le danger » !!

  • Répondre anacoluthe 20 décembre 2010 at 18 h 01 min

    @Mélisse : mes cousins « s’amusaient » à mettre des clous dans les prises, t’imagines ! Mais je pense que y’a un truc qui a changé dans les prises, c’était sans doute dangereux mais pas mortel, avant, non ?!

  • Répondre anacoluthe 20 décembre 2010 at 18 h 03 min

    @Miss Brownie : l’Air Wick, je n’y aurais pas pensé, tu vois !! Autant le Canard WC a un bouchon sécurisé (mais attention, pas les modèles achetés en hard discount, il me semble) autant les bombes, on ne pense pas à faire gaffe…
    Quant à la mezzanine, j’ai déjà entendu ça aussi… Les lits superposés, gaffe gaffe !!

  • Répondre Cilaïne 20 décembre 2010 at 18 h 14 min

    Voilà, ai visité toutes les pièces de la maison du site !
    C’est vrai que c’est flippant, ça va tellement vite, j’en ai froid dans le dos…
    Vers 4 ans, chez la « nounou », j’ai renversé mon bol de lait bouillant sur mes jambes…chaque semaine, à l’hosto, la peau de mes cuisses partait dans le bandage…(amis de la poesie, bonsoir). Mais bon, aucune cicatrice (enfin si mais pas du tout liées à cet accident là !)
    Ah et puis aussi à 3 ans je m’ai suicidé en avalant plein de médicaments de mon père (dans sa valise ouverte par terre en retour de déplacement – on s’en fout mais je dis ça pour que ça serve à faire gaffe). lavage d’estomac (amis de la poesie, re-bonsoir)

  • Répondre anacoluthe 20 décembre 2010 at 18 h 31 min

    @Cilaïne : par extension, avec la valise de ton papa, ça me fait penser que c’est vrai qu’il faut faire gaffe en vacances-j’oublie-tout-même-la-sécurité… on a tendance à relâcher l’attention, genre – oui – la trousse de médoc posée dans la chambre au lieu de la mettre en hauteur comme à la maison…
    (maintenant que tu me le dis, je me souviens que je me suis aussi brûlée avec du lait bouillant… enfin chaud, et sans doute pas bouillant, parce que j’ai pas fini à l’hosto)

  • Répondre Mélisse 20 décembre 2010 at 18 h 33 min

    nous sommes tous des warriors quelque part….

  • Répondre anacoluthe 20 décembre 2010 at 18 h 39 min

    @Mélisse : oui, visiblement, c’est fréquent, les accidents domestiques, en fait… mais malheureusement, quelquefois, il y a ce petit quelque chose qui va faire basculer du « souvenir d’enfance que raconte toujours Tata Jacqueline aux fêtes de famille » au drame familial…
    Et c’est pour ça qu’il faut essayer de prévenir le truc !!

    AH oui, j’ai oublié de mettre ça dans l’article :
    http://www.centres-antipoison.net/

    Le numéro des Centres anti-poison, différents selon les villes, c’est pratique, hem hem ! (à afficher sur le frigo, parce que dans l’urgence, on a moyen envie de chercher !)

  • Répondre bergamote 20 décembre 2010 at 23 h 56 min

    Petits messages sympa tout ça ! Bon, moi je suis une mega peureuse! Pas trop warrior. Seul exploit à mon tableau avoir débranché le fer à repasser au niveau de la rallonge et non de la prise! Résultat: intérieur de la main gauche brûlé et tjs des cicatrices! Je vais des demain regarder ces sites!
    Tiens j’y pense avant le site pour sensibliser mes berga girls j’ai acheté dans la collection des Imagiers celui des Bobos! Une vraie collection d’horreur domestiques, ma petite Suzette est traumatisée par ce bouquin, j’te dis pas les questions!

  • Répondre anacoluthe 21 décembre 2010 at 13 h 19 min

    @bergamote : c’est pas évident, hein ! Il faut à la fois avoir peur pour être prudent… et pas trop pour ne pas être stressé en permanence ! C’est toute l’histoire de l’éducation, ça, non ?

  • Répondre printemps 21 décembre 2010 at 19 h 22 min

    alors c’est parti pour la ‘tite histoire qui va montrer à quoi il faut faire attention… Donc chez moi c’est Tea Party All Day Long. Matin, midi, goûter, soir, nuit, je bois du thé tout le temps (séquelle de ma vie irlandaise) … Ma cuisine est une annexe de Mariage Frères. Il y a maintenant 2 ans, je me prépare un mug. Bouillant donc. Je pose mon thé sur le bord de la table, je me retourne pour poser la bouilloire sur son socle et quand je me retourne de nouveau vers la table, Terreur numéro 2 de 18 mois à l’époque était en train d’attirer vers lui le « truc que Maman a toujours dans les mains et qui doit être vachement bien » vers lui. Je n’ai pas eu le temps de le retenir et il s’est renversé le thé sur l’épaule. Par miracle le visage n’a pas été touché. Comme j’avais suivi un stage « Apprendre à porter secours » (les fonctionnaires de l’Education Nationale savent de quoi je parle…) je savais quoi faire (sous la douche à eau à température ambiante pendant 15 mn au moins, puis compresses et Biafine). On a ensuite atterri aux urgences de l’hopital militaire Percy (spécialisées dans les grands brûlés et juste à côté de chez nous) pile quand la peau partait en lambeaux. Après 24 h de flippe (greffe ou pas greffe?), finalement on s’en est tiré pour 3 semaines de bandages à changer régulièrement à l’hosto et aujourd’hui Terreur numéro 2 a une microscopique cicatrice sur le bras.
    Je n’ai pas arrêté de boire du thé, mais je pose systématiquement les mugs et autres théières bien au milieu de la table et plus sur le bord…
    Depuis plus personne ne s’est brûlé à la maison (mais par contre Terreur numéro 2 a fait des roulés boulés dans les escaliers, mais ça c’est une autre histoire…)

  • Répondre anacoluthe 22 décembre 2010 at 10 h 32 min

    @printemps : brrr, je ferai attention où je pose ma tasse de thé, désormais… C’est bien, là, ton stage « Apprendre à porter secours ». Il paraît qu’aux Etats-Unis, ils font tous des stage dans le style au College (où entre autres, ils apprennent le massage cardiaque) et que du coup, une grande partie de la population sait faire les premiers gestes de secours… ce qui n’est pas franchement le cas des français !

  • Répondre sabine 22 décembre 2010 at 14 h 53 min

    ah!!moi aussi j’ai testé le petit verre d’eau de javel!!

  • Répondre anacoluthe 22 décembre 2010 at 16 h 13 min

    @sabine : et faut être honnête, c’est pas fameux fameux… (enfin, ça ressort vite, en fait)

  • Répondre La vie (où est le) mode d'emploi (?) 6 janvier 2011 at 19 h 01 min

    Rigolo les coïncidences sur ce post. « Quand j’avais 5 ans, je m’ai tué » : j’avais beaucoup aimé ce bouquin, et tout ce qu’a écrit Howard Buten, d’ailleurs. J’ai vu ses pestacles plein de fois, et je l’ai même interviewé sur son enfance…
    Et puis cette campagne de prévention des accidents de la vie courante, j’ai corrigé plein de trucs qui s’y rapportent (plaquettes, etc.).
    Voilà un sponsoring bien utile.

  • Répondre anacoluthe 7 janvier 2011 at 10 h 27 min

    @la vie (où est le) mode d’emploi : Ah oui, t’as bossé sur ce dossier, chouette, sujet important, en effet !
    Et accessoirement, ça devait être sympa, d’interviewer Buten, dis !

  • Répondre boljo 13 janvier 2011 at 0 h 13 min

    Je l’avais raté ce sponso/article. Trois gamins, les miens, dont un et moi, on est des « survivors » d’accidents domestiques ou autres, la faute à pas de chance d’abord et puis grâce à Madame la Chance nous sommes encore en vie.
    Particulièrement le petit dernier qui a expérimenté différents modes de, je meurs puis je reviens à la vie pour s’en tirer finalement avec une méga dyslexie qui finalement est un moindre mal et puis ça nous occupe bien pour les devoirs et puis aussi, ça occupe les profs…

    Je vous épargne les accidents les moins graves et les détails, je vais mettre des tirets on ira plus vite (le je concerne le petit dernier, ce petit démon qui a bien failli avoir raison de ma raison) :
    – Je tente un saut de la fenêtre du premier étage (18 mois).
    – J’escalade la table basse après avoir préalablement posé le camion trotteur dessus, sinon c’est pas drôle (2 ans).
    – Je finis par tomber du premier étage, pas le même, dans… du béton… frais, c’est plus drôle.
    – Je dévale les escaliers du premier étage.
    – J’avale un cache de punaise, je m’étouffe, je bleuis, je syncope, je meurs.
    – Je me noie dans une piscine (privée, bien sûr).
    – Je fous le feu à la nappe, je me brûle, ouf la maison n’a rien eu.
    J’en oublie, ce sont les plus marquants, non n’appelez pas la DDASS tout de suite, il n’était pas tout le temps avec moi.
    Quelques années de psy, pour rééduquer son niveau de conscience du danger et quelques autres pour que j’arrête de l’avoir en permanence dans mon champ de vision et de me réveiller la nuit en hurlant.
    Maintenant ça va, il nous reste les difficultés d’apprentissage mais c’est une autre histoire.

  • Répondre anacoluthe 13 janvier 2011 at 23 h 07 min

    @boljo : oh mon Dieu, mais c’est incroyable cette succession de cascades !
    Ma préférée, c’est quand même « je tombe du premier étage dans du béton frais » c’est tellement, tellement… hallucinant !
    Je ne sais plus à quelle jeune mère j’expliquais que la peur était un sentiment qui naissait en même temps que l’enfant, mais qu’en général, on arrive à se raisonner avec le temps, mais j’imagine que dans ton cas, ça doit être très difficile…

  • Laisser un commentaire