Maman Tourisme & Sorties

Le meilleur de Barcelone avec enfants – Part One

9 novembre 2010

Le meilleur moyen de visiter Barcelone avec des enfants, c’est sans eux… ou du moins sans les miennes, championnes du monde toutes catégories de la chianterie… ou du moins par moments…

Visiter Barcelone avec mes enfants de 10 et 5 ans, c’est alterner les phases d’attendrissement devant leurs mèches blondes sous le vent – de concert avec les mamies espagnoles « Que bonita, que guapa ! » – et les phases d’exaspération intense, pendant lesquelles on en vient à trouver des circonstances atténuantes aux parents du Petit Poucet…

Autant te dire que les bons conseils que je vais te donner sont donc certifiés « les chieuses ont aimé », un label qui garantit que tes enfants normalement constitués et à peu près éduqués devraient apprécier…

Quelques petits détails pratiques pour commencer :

> Manger à Barcelone :
« Ouh toi, tu as faim… » me disait toujours mon papa quand je commençais à chouiner.
J’en ai tiré un enseignement que j’applique à mes descendants : ne jamais s’aventurer loin du foyer sans encas (gâteaux, tartines, frites mayo…)
La règle se vérifie d’autant plus à Barcelone que les restaurants fonctionnent en horaire décalé « à l’espagnol ». Soyez pré-vo-yants… ou achetez des glaces, disponibles à tous les coins de rue. Le menu enfant semble être un concept inexistant, ce qui peut poser problème en cas d’enfants peu aventureux (alléluia, ce n’est pas mon cas, même les fruits de mer, elles valident !)

> Se loger à Barcelone :
Une chambre d’hôtel avec des enfants, ce n’est jamais très pratique. A Barcelone, because restaurants (cf supra) la formule appartement me semble idéale. Hébergés pas une amie, nous ne sommes pas passés par ce site, mais il m’a l’air très bien.
L’astuce : plutôt que de louer dans le centre historique (Bario Gotico), je vous recommande fortement le quartier de Gracia (voir recherche avancée dans le site).
A 2 stations du centre – métro Girona – vous voilà au cœur d’un vrai quartier barcelonais préservé des touristes. Rentrer le soir vers 18-19H, prendre un pot au café du coin, flâner sur les placettes où les parents discutent pendant que les enfants jouent sur l’aire de jeux, acheter de quoi dîner au supermarché, et puis rentrer « à la maison » comme si vraiment vous habitiez ici… dépaysement garanti !
En plus, Gracia, c’est le quartier des bo-bio branché, avec quelques jolis magasins à la clé…

> Se déplacer à Barcelone :
Oubliez la voiture ! Barcelone se découvre à pied et en métro. On peut acheter des pass individuels pour plusieurs jours, mais je vous recommande plutôt le billet « 10 trajets » : utilisable par plusieurs personnes, idéal pour une famille.
Pour le soir – ou les grandes fatigues – les taxis sont un luxe abordable, 10 à 15 euros maxi pour traverser la ville…

Après les généralités, passons aux programmes des activités :

Une journée à Montjuic

Pour frapper fort le premier jour…

L’enfant chiant a la critique facile, même expatrié dans des lieux où plein de petits enfants pauvres rêveraient d’être, crois-moi (en plus d’être limite-limite, l’argument de l’enfant pauvre est totalement inopérant sur l’enfant chiant, il faut le savoir…)

La parade, c’est de frapper fort dès le premier jour. Traduction : lui en mettre plein les yeux !

Pour ce qui est des yeux, la journée à Montjuic devrait parfaitement remplir son office. Montjuic, c’est une colline qui borde Barcelone, face à la mer.

On y accède par le métro, puis le funiculaire : correspondance pour le funiculaire à la station Paral-lel, avec le même billet.

Mon conseil : au sortir du funiculaire, embrayer illico sur la montée en téléphérique vers le Castell de Montjuic, et… écouter le silence de l’enfant bouché bée face à l’immensité de l’océan, l’immensité du ciel, et de la ville qui les partage…

Compte tenu du prix du billet, un aller simple suffit ; on redescendra par les jolis jardins agrémentés de quelques jeux…

Ensuite, tu peux organiser ta journée sur la colline selon les préférences de tes enfants, voire les tiennes éventuellement…

> La fondation Miro :

En préparant ce voyage, j’avais lu que la fondation Miro est un des rares musées qui plaît aux enfants. C’est vrai ! Mais en l’occurrence, ce que mes filles ont préféré dans le musée Miro, ce n’est pas Miro… mais une exposition temporaire maintenant terminée, Sentiments electronics de Pipilotti Rist !

Moralité, ne zappez pas d’office l’expo temporaire, j’ai cru comprendre que ce musée avait toujours d’excellentes sélections.

Et courez (avec vos enfants) si la vidéaste suisse Pipilotti Rosi expose dans votre ville, on ressort l’âme et le regard lavés de ses installations visuelles époustouflantes de beauté et d’harmonie, dans lesquelles on s’immerge, allongé sur des coussins…

Petit voire grand détail : prévoir 1h de queue/des bonbons/des occupations avant de rentrer dans la fondation… On peut déjeuner à la cafétéria (choix limité…)

> Les jardins de la fondation Miro :

En préparant-bis, j’avais lu l’enthousiasme des parents sur ces jardins, auxquels on accède gratuitement, près de la fondation. Nous avons trouvé l’entrée, mais pas les sculptures… qu’on n’a pas vraiment cherché, irrésistiblement attirés par un escalier d’eau, qui descendait vers un jardin enchanté peuplé de chats sauvages, pour le plus grand bonheur des même-pas-chieuses.

1h de tranquillité à regarder le bleu du ciel, allongés sur la pierre chauffée par le soleil, dans la féerie hors du temps d’un théâtre grec surplombant Barcelone, 1h à écouter subjugués un joueur de Hang, improbable instrument totalement envoûtant… oui, 1h à ne rien faire mais à le faire si bien, ça se prend, sais-tu pas, quand on a des enfants.

Et peut-être bien que là est le secret pour visiter une ville agréablement avec des enfants, se poser, les laisser jouer et savourer, et peut-être même qu’il faudrait les remercier mais chut intérieurement de nous obliger à ralentir ainsi au lieu de courir dératés de visites en musées…

> Le Stade Olympique :

Si tu es pourvu de garçons – malheureux ! – ou d’un Papa très convaincant, tu peux monter en haut de la colline pour entrer dans le Stade Olympique, regarder la piste… et ressortir ! (de l’utilité d’être convaincant). Près du stade, un musée Olympique vient d’ouvrir pour satisfaire les curiosités frustrées.

> Le Poble Espanyol :

Kitsch à souhait, le village espagnol me semble être The place to be avec enfants. Créé pour l’exposition universelle de 1929, il rassemble tous les styles architecturaux espagnols en un seul lieu. Mais nous n’y sommes pas allés, parce que « kitsch à souhait », c’est précisément ce que mon homme – qui connaissait – en pensait… enfin, beaucoup moins kitsch que le Stade Olympique, si tu suis bien…

À noter, il semblerait qu’on puisse se restaurer au Poble, « avec différents restaurants régionaux typiques », le midi et aussi le soir.

> Les Fontaines Magiques (Font Magica) :

Dans le meilleur des mondes possibles, après une fin d’après-midi au Poble Espanyol, j’aurais embrayé sur le spectacle des fontaines magiques de Montjuic, son et lumière époustouflant à ne rater sous aucun prétexte…

Mais Dame Nature ne faillissant jamais à sa réputation de p***, j’ai enchaîné pas de Poble avec 40mn à attendre un spectacle qui ne vint jamais, puisque les fontaines étaient en réfection, et que personne n’avait jugé utile de mettre un panneau d’information à l’usage des quelques 680 touristes qui continuent à attendre chaque soir l’époustouflant spectacle.

Moralité Pangloss : renseigne-toi avant d’y aller, en plus, les horaires varient entre l’hiver et l’été.

> La fondation Mies Van der Rohe :

Dans le meilleur des mondes futur, je reviendrais ici mais sans enfants, et je visiterais ce lieu a priori sublime, dédié à l’architecture contemporaine. Parce que bizarrement, si mes enfants sont prêts à consacrer 3 heures à l’étude détaillée des cartes Auchan, pour ce qui est de l’architecture contemporaine, c’est 28 secondes chrono maxi de concentration…

Barcelone avec enfants, affaire à suivre ici….

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

22 Commentaires

  • Répondre electromenagere 9 novembre 2010 at 13 h 01 min

    Une de mes supers amies habitent à Barcelone et il me tarde vraiment d’aller la voir avec la marmaille, elle me manque, elle et sa ville !

    Sinon moi j’y étais allée avant les enfants, et on avait même fait un petit voyage à Ibiza totalement improvisée.

  • Répondre anacoluthe 9 novembre 2010 at 15 h 15 min

    @electromenagere : bénis soient les amis qui habitent ce genre d’endroits…
    Moi aussi, je connaissais « d’avant » (sans enfants) et c’est pas la même approche d’une ville !!

  • Répondre MissBrownie 9 novembre 2010 at 18 h 12 min

    J’adore ta phrase d’introduction 😀

  • Répondre anacoluthe 9 novembre 2010 at 18 h 19 min

    @MissBrownie : merci, je l’ai vraiment pensé très fort à certains moments… et plus du tout à d’autres (faut être parents pour comprendre le paradoxe, non ?!)

  • Répondre La vie (où est le) mode d'emploi (?) 9 novembre 2010 at 18 h 22 min

    Ton post m’a rappelé deux trucs de MON enfance à moi. Moi aussi, blondinette, à Barcelone, j’avais droit à des tas de mains d’adultes sur mes cheveux, comme jamais en France. Je suis encore blonde, mais ça n’a plus l’air d’épater personne, même à Barcelone. Tu crois que c’est parce qu’ils voient que c’est du teint ?
    Et puis, ton « argument de l’enfant pauvre inopérant sur l’enfant chiant », ça m’a rappelé que ma grand-mère, quand je finissais pas mon assiette, me parlait des « petits enfants qui meurent de faim », et je voyais pas comment le fait que moi je mange pourrait les soulager. Ca m’aurait plutôt coupé l’appétit de savoir qu’il y avait des enfants malheureux.

  • Répondre anacoluthe 9 novembre 2010 at 18 h 31 min

    @Le vie (où est le) mode d’emploi (?) : ah oui, main dans les cheveux façon « je caresse de l’or » on leur a fait le coup aussi (mais ils voient jamais d’enfants suédois à Barcelone ou quoi ??!)
    Ah mais moi aussi, on me disait ça, même qu’on me précisait « plein de petits chinois »… et puis après, on faisait des « opérations bol de riz » à l’école, et je comprenais pas bien pourquoi là, ça aidait les enfants chinois qu’on mange leur riz… (tu crois qu’on leur parle des enfants des ouvriers français au chômage, aux petits chinois, maintenant ?!)

  • Répondre printemps 9 novembre 2010 at 19 h 40 min

    Hi hi hi, les vacances urbano-culturelles avec les enfants… Je rigole, mais je ne me moque pas, einh, d’autant plus que je suis aussi absolument d’accord avec ta phrase d’amorce… Même l’Homme a souri en l’entendant… Alors nous, on a trouvé un concept avec nos monstres (uniquement testostéronés chez moi – ils auraient adoré le Stade Olympique eux…) l’été dernier en Toscane. Parce que quand ils ont sur qu’on allait visiter des musées et qu’ils ont répondu « Ah non, pas des tableaux ! », on s’est dit qu’on était mal partis. Vu que tout était réservé et qu’on en rêvait depuis des lustres, on a décrété que pendant ces vacances, il y aurait des moments où on allait FAIRE PLAISIR AUX ENFANTS (= piscine, jeux dans les parcs, gelatti tous les jours…) et des moments où on faisait PLAISIR AUX ADULTES = interdiction de se plaindre dans les musées de leur côté. Ok, j’avoue, ils étaient blindés de bonbons, jeux DS, mp3 remplis d’histoires, mais faut pas déconner non plus, ils ont 3 et 7 ans…, et c’est comme ça qu’ils ont tenu 2h30 aux musée des Offices de Florence, 1h30 à la Pinacothèque de Sienne, 1h30 devant les fresques de Fra Angelico etc etc. L’approche est peut-être discutable sur le plan déontologico-pédagogico-éducatif, mais au bout du compte, on a tous été contents de nos vacances, et c’est quand même là l’essentiel…

  • Répondre printemps 9 novembre 2010 at 19 h 56 min

    Ah oui et puis j’ai oublié de confirmer que les fontaines de Montjuic présentent effectivement un « son et lumière époustouflant à ne rater sous aucun prétexte… ». Nous on était allés à Barcelone dans notre précédente vie (= celle sans enfants) et on était tombés sur le spectacle des fontaines au hasard de nos pérégrinations. Dans mon souvenir (c’était il y aussi longtemps que ça??), c’était magique… Vous y retournerez sans vos chipies un jour et vous aussi en profiterez !

  • Répondre Camille 9 novembre 2010 at 23 h 25 min

    Alors attends, j’ai plusieurs trucs à te dire, mais déjà, limite, j’ai envie de faire des têtes blondes comme les tiennes pour y aller avec elles, en fait, à Barcelone, pour manger des glaces toute la journée. (Note ce que j’ai retenu, quoi.)

    Nan et aussi si Pipilotti Truc expose dans ma ville, je peux y aller sans enfant, hein, hein, hein?
    (Love sur toi, j’ai envie de retourner à Barcelone)(on y va?)

  • Répondre boljo 10 novembre 2010 at 4 h 25 min

    Entièrement d’accord avec toi. Nous avons commencé très tôt à voyager avec des enfants chiants, 3 blondinets qui avaient apprécié Barcelone, même la marche à pied et la Sagrada parce que des glaces à profusion et tapas à pas d’heures. Maintenant, ils ne sont plus si blonds et plus si petits, mais on n’arrive plus à les décramponner de nos basques même lorsqu’on les menace de musées et de sites historiques. Méfie-toi, l’enfant chiant se transforme en ado chiant, il mange encore plus et plus souvent, il râle plus fort et avec des arguments ou des borborygmes ça dépend des jours mais force est de constater qu’il a pris goût aux voyages.

  • Répondre Aude Nectar 10 novembre 2010 at 13 h 02 min

    Génial, on compte justement y retourner mais avec enfants cette fois, il vaut mieux louer un appart je vois, je garde ce billet de côté, merci !

  • Répondre anacoluthe 10 novembre 2010 at 15 h 48 min

    @printemps : ah mais je ne suis pas du tout contre une approche déontologico-pédagogico discutable (le coup de l’enfant pauvre, franchement, ça démontre qu’aucun argument ne m’arrête, shame on me…). On leur a dit ça, un temps pour les enfants, un temps pour les parents ! Et au final, elles sont adorables pendant le temps pour les enfants et chiantes pendant le temps pour les parents… Et voilà comment chez nous, ce sont les parents qui répètent « C’est vraiment trop injuste ! »
    Veinarde pour la Toscane, ça me tente bien aussi (avec ou sans enfants, je ne sais pas encore, du coup.. et si c’est « sans », on en fait quoi, pendant ce temps là ?!)

  • Répondre anacoluthe 10 novembre 2010 at 15 h 51 min

    @Camille : en même temps, si t’as des gosses, ça restreint sacrément ton propre budget glaces, faut l’avouer…
    Ah mais Pipilotti, fonce-y-seule (ou accompagnée)(c’est un très bon plan drague, aussi !)
    Pfff, tu sais que le jour où je suis revenue, j’ai eu un giga sentiment d’absurdité de vivre ici… et ça s’améliore pas franchement avec le mois de novembre…

  • Répondre anacoluthe 10 novembre 2010 at 15 h 58 min

    @boljo : on a comme des pressentiments sur le coup de l’ado chiant, parce que notre aînée (pré-ado) avait toujours faim pendant le séjour, et on s’est dit que le budget bouffe devait exploser avec un ado !
    Et elles ont aussi visiblement pris goût aux voyages, mais aux chouettes voyages : par ex, l’avion (Ryan Air) elles le trouvaient « trop nul » par rapport au long courrier qu’on avait pris pour aller aux Etats-Unis il y a 2 ans… !! (« et l’enfant pauvre, à ton avis, il en dirait quoi du Ryan air, hein ?!! » Pfffff…)

  • Répondre anacoluthe 10 novembre 2010 at 15 h 59 min

    @Aude Nectar : tant mieux si ça peut servir, c’est le but ! (affaire à suivre, je veux faire la Part Two…)

  • Répondre sabine 14 novembre 2010 at 12 h 50 min

    Ca donne envie mais moi aussi, je suis assez d’accord avec ta première phrase! C’est super complet, je vais voir la 2ème partie tout de suite!

  • Répondre anacoluthe 14 novembre 2010 at 18 h 03 min

    @sabine : ça me rassure, je ne suis pas la seule mama indigne à avoir ce genre de pensées !! Bon, en même temps, je suis contente, aussi, de pouvoir commencer à voyager avec mes enfants, parce que j’ai toujours quelques scrupules à les laisser aux bonnes âmes qui veulent bien s’en charger…

  • Répondre Cilaïne 15 novembre 2010 at 18 h 08 min

    Super intéressant, merci, ça me donne presqu’envie d’y retourner (la ville était totalement en travaux quand j’y suis allée, ça m’avait gêné tout ce bruit). Je cours lire la part two.

    (et sinon, le coup des « opérations bol de riz », j’en avais moi aussi dans mon école ! Dingue le choc que ça m’a fait de relire ça ici, alors que cette expression m’était totalement sortie de la tête)

  • Répondre anacoluthe 15 novembre 2010 at 18 h 23 min

    @Cilaïne : Merci ! Et pour ce qui est d’y retourner, je connais plusieurs personnes qui se font un break tous les ans ou presque à Barcelone (plutôt en demi-saison que l’été, trop-trop chaud l’été) pour faire le plein de soleil + good vibes…

    (une madeleine parfum de riz en somme…)

  • Répondre Le meilleur de Barcelone avec enfants – Part Two | la vie est une anacoluthe 26 février 2013 at 18 h 24 min

    […] dans Barcelone avec enfants Part One : […]

  • Répondre Vacances de rêve à Barcelone | la vie est une anacoluthe 23 octobre 2013 at 9 h 06 min

    […] quelques années, quand on était partis, tous les quatre en famille, tout là bas dans le Sud, à Barcelone la […]

  • Répondre Pauline 22 janvier 2014 at 11 h 00 min

    Barcelone quelle belle ville !! Nous y sommes allé l’année dernière et prevoyons d’y retourner cet été ! Avec mon mari et mon fils de 11 ans je ne pense pas pouvoir echapper à la visite du Camp Nou cette fois ci. N’ayant pas de famille sur barcelone nous avons loué un appartement via http://www.barcelonapoint.com/fr/, très interessant comme site on y a aussi pris les tickets pour parck aventura !

  • Laisser un commentaire