Tourisme & Sorties

L’heure au noir

4 octobre 2010

Le dimanche d’avant, il y a un peu pas longtemps – n’importe quoi la cohérence temporelle ici, mais sois gentil, Ami, c’est à cause que je suis surchargée de travail en ce (long) moment – bref, avant, c’était la journée Portes Ouvertes à l’école des Chiens Guide d’Aveugle.

Nous nous mîmes donc en route, mon Homme, les Monstres et mes pieds de plomb vers l’école des chiens d’aveugles.

J’étais moyen motivée parce qu’une faction majoritaire de la famille avait fomenté le projet fou de nous transformer en famille d’accueil pour chiot guide d’aveugle.

Accueillir des chiots guide d’aveugle, c’est un peu le Sisyphe de la bonne cause : dès que le chiot est propre, il s’en va et il est remplacé par un autre chiot pas élevé auquel tu vas à nouveau t’attacher et qui va de nouveau te quitter.

À la place, je me suis donc portée volontaire pour une autre BA : devenir donneuse de voix, aka lectrice pour la bibliothèque sonore des déficients visuels. Là, je suis au maximum du stress, parce qu’avant d’être acceptée, il y a un casting voix, et avec ma veine, je vais être recalée avec 3 rouge et 1 bleu, parce qu’on ne perçoit pas bien mon univers…

Le moment fort de la journée, ce fut le « Parcours dans le noir », 20 minutes passées dans une grande salle, à explorer différents univers reconstituées, de la rue à la cuisine en passant par le parc, dans la plus totale obscurité mais guidés par un déficient visuel, en petit groupe de trois.

Juste avant de plonger dans le noir absolu, j’ai senti comme une boule de stress monter dans mon estomac, à l’idée que je n’allais pas pouvoir m’échapper de ce lieu sans l’usage de mes yeux.

Et puis, en plus de moi, mon groupe était constitué d’un couple que j’avais a priori deux bonnes raisons de détester, puisqu’ils se donnaient respectivement du Mamour et du Chihi, et que leur conversation était un condensé ininterrompu des plus affligeantes banalités.

Eh bien, après avoir passé 20 minutes dans le noir avec eux, direct j’aurais pu embrayer avec Mamour et Chichi sur les Chemins de Compostelle tellement je me sentais remplie d’amour universel.

On avait surmonté tellement de choses tous les trois, manqué de se faire écraser par une voiture, failli tombé du trottoir, évité de se brûler sur la plaque électrique…

Et puis, on dira ce qu’on voudra, quand on a mis la main aux fesses de quelqu’un dans le noir même sans le vouloir, on se sent tout de suite plus intime. « Mais parlez-vous, bon sang » nous disait notre guide pour éviter qu’on se percute tout le temps, et je te prie de croire qu’un Chichi et un Mamour dans l’obscurité, ça raconte nettement moins de conneries qu’en plein jour.

L’impression qui m’a frappé, c’est la sensation d’exiguïté, comme si le monde n’était qu’un immense mur hostile décidé à me sauter au visage. Alors en sortant, j’étais obsédée par cette idée : allumer pour me rendre compte de la taille réelle de ces lieux.

C’est là que j’ai réalisé que le déficient visuel, il ne peut pas, lui, allumer. Jamais. Dis, tu crois que je vais le réussir, mon casting voix ?

******

*********

 

EDIT du 11 février 2015 :

On me signale une initiative intéressante – et totalement gratuite ! – avec le site accessible.net, qui répertorie l’accessibilité des lieux pour des publics à besoin spécifique (personnes en situation de handicap moteur, mental, auditif, visuel… mais aussi seniors ou famille). Et si vous disposez d’un lieu « accessible », n’hésitez pas à l’inscrire gratuitement sur ce site, l’idée c’est de faire passer le message !

 

Ca, c’est le moment où j’ai touché les fesses de Chichi…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

32 Commentaires

  • Répondre Zinzoline 4 octobre 2010 at 20 h 19 min

    Expérience très intéressante par contre la photo, un peu osée :s

  • Répondre Mélisse 4 octobre 2010 at 21 h 05 min

    Quand j’étais ado Maman aidait des aveugles et s’était liée plus particulièrement avec l’une d’entre elles qui venait régulièrement déjeuner à la maison…. au bout d’un moment, 2 trucs « rigolos » : le chat de la maison avait très bien compris le truc et réculait pour ne pas se faire marcher dessus mais savait que si elle se trouvait seule à table (genre tout le monde répond au téléphone…) elle pouvait voler impunément… le 2e truc c’est qu’au bout de genre 1 an ou 2 on a percuté que notre « manie » de ne jamais remettre le PQ au même endroit pouvait ne pas être top (cela faisait 2 ans qu’elle allait toujours aux toilettes avec un paquet de kleenex…)

  • Répondre Mélisse 4 octobre 2010 at 21 h 08 min

    Par contre une fois elle est venue un week end avec nous au bord de la mer et j’avais décidé d’essayer de lui décrire les paysages, les rues, etc….. et bien c’est extrêmement compliqué, on manque de mots pour préciser les nuances, les proportions des objets les uns par rapport aux autres, bref quasi impossible….

  • Répondre Firemaman 4 octobre 2010 at 21 h 37 min

    Ca doit être une sacrée expérience. C’est étrange que tu dises d’avoir eu une impression d’exiguïté, ce n’est pas l’idée que l’on pourrait se faire.
    Je croise les doigts pour ton casting voix.

  • Répondre Camille 4 octobre 2010 at 22 h 10 min

    Je crois que je vois Chichi, sur la droite, là.

    Mais sinon, perdre la vue, ça doit etre, je pense, le truc le plus atroce qui soit. Je me suis souvent posé la question, comment je ferai, sans voir, sans jamais oser me lancer le défi « allez, je passe la journée dans le noir complet ».

    Tu vas le réussir, ton casting voix, t’as une trochouette voix, je trouve, moi.

  • Répondre Sekhmet 4 octobre 2010 at 22 h 13 min

    ça doit être une sacrée expérience en effet. Et doit pas mal faire relativiser …

  • Répondre laure K 5 octobre 2010 at 2 h 17 min

    quelle belle experience ! vraiment… j’éspère que la vie n’en sera que plus lumineuse !
    bize

  • Répondre electromenagere 5 octobre 2010 at 12 h 48 min

    Alors ce casting ?
    Très beau récit en tout cas !

  • Répondre helenablue 6 octobre 2010 at 7 h 54 min

    Dingue ce truc!
    Je trouve ça vraiment fort d’avoir fait cette expérience!
    Pour ta voix, je ne me fais aucun souci.
    La photo, elle touche en maudit, surtout après le texte, ça donne à réfléchir!

    Bises.
    Blue

  • Répondre anacoluthe 6 octobre 2010 at 10 h 01 min

    @Zinzoline : oui, j’ai un peu hésité avant de la mettre, j’avais peur de choquer certaines personnes sensibles…

  • Répondre anacoluthe 6 octobre 2010 at 10 h 07 min

    @Mélisse : tu sais qu’on nous a dit explicitement, que l’ordre était hyper important pour les aveugles ! Et aussi que – dans l’éducation des chiens guides – il est primordial que ces chiens ne soient pas chapardeurs… Ton bifteak qui disparait avant que tu le cuises, c’est bof…
    Intéressant ce que tu dis sur la difficulté à décrire, ça parait vertigineux, en effet… Mais j’ai vraiment compris que les autres sens sont exaspérés quand on ne voit pas, par exemple, le toucher passe aussi par les pieds aussi, pour ressentir – entre autre – les ronds qui annoncent le passage clouté…

  • Répondre anacoluthe 6 octobre 2010 at 10 h 10 min

    @Firemaman : ah oui, j’imagine que tu veux dire que le « vide » des rues doit paraître vertigineux, au contraire… Ca, je n’ai pas expérimenté, on était en lieu clos, mais disons que dans les maisons, on a besoin très vite de « border » l’espace, savoir où sont les murs, les placards, les meubles… et on a l’impression qu’il y en a beaucoup, des obstacles !

  • Répondre anacoluthe 6 octobre 2010 at 10 h 13 min

    @Camille ; oui, alors, je pense que ce n’est pas pareil, perdre la vue ou être aveugle de naissance… Parce qu’aveugle de naissance, vraiment, je pense qu’on développe une autre perception de la réalité, qui doit être finalement assez riche, et nous voyants ne soupçonnons sans doute même pas les potentialités de notre monde quand on l’envisage avec le toucher, l’oreille ou le nez… Mais perdre, ça, changer de référents, ça doit être terrible…
    (merci !)

  • Répondre anacoluthe 6 octobre 2010 at 10 h 23 min

    @Sekhmet : Oui, ça fait relativiser… et Mini-Monstre Premier a fait le parcours, je pense que ça lui a fait comprendre certains trucs (et aussi le fait qu’on doit penser à adapter notre monde aux déficients visuels… Elle s’est demandé comment on faisait la différence entre 2 boîtes de conserve, par exemple)

  • Répondre anacoluthe 6 octobre 2010 at 10 h 24 min

    @laure K : oui, c’était vraiment une expérience très forte, avec beaucoup d’émotions….

  • Répondre anacoluthe 6 octobre 2010 at 10 h 25 min

    @electromenagere : je ne sais pas encore, en fait ! Et merci !

  • Répondre anacoluthe 6 octobre 2010 at 10 h 26 min

    @helenablue : j’aimerais bien recommencer l’année prochaine et emmener d’autres gens, c’est une chouette expérience ! Pour la voix, je sais pas, je ne parle vraiment pas fort… on verra !

  • Répondre GlamGoofyGirl 6 octobre 2010 at 13 h 27 min

    Je crois que j’aurais fait une crise d’angoisse… Respect en tout cas !

  • Répondre MissBrownie 6 octobre 2010 at 16 h 56 min

    Sacrée expérience!

  • Répondre helenablue 6 octobre 2010 at 17 h 23 min

    Je veux bien être du prochain voyage! Fais moi signe en temps voulu, ok?

  • Répondre anacoluthe 6 octobre 2010 at 17 h 36 min

    @GlamGoofyGirl : écoute, moi qui suis pourtant une spécialiste patentée du sujet crise d’angoisse, je n’en ai pas fait, parce que pas le temps, il fallait bien avancer ! Et puis, je me suis abandonnée pleine de confiance entre les mains du guide (et la confiance, ça flingue l’angoisse !)

  • Répondre anacoluthe 6 octobre 2010 at 17 h 37 min

    @MissBrownie : et tout ça pas loin de chez toi (puisque que t’es pas loin de chez moi) !

  • Répondre anacoluthe 6 octobre 2010 at 17 h 38 min

    @helenablue : Go Go Go ! Enfin, je pense que c’est pas avant un an, t’as le temps de faire 6 allers retours au Québec d’ici là !

  • Répondre Aude Nectar 7 octobre 2010 at 16 h 59 min

    Tout ce noir, gloups.

  • Répondre anacoluthe 7 octobre 2010 at 18 h 22 min

    @Aude nectar : Mais en regardant bien, y’a une petite nuance de gris, non ? Ah non, en fait, t’as raison, ça fait gloups !

  • Répondre Frangine 7 octobre 2010 at 21 h 14 min

    Alors, ce casting voix?

  • Répondre dahoé 8 octobre 2010 at 9 h 24 min

    un billet vraiment extra ! la faction majoritaire de la famille a t-elle atteint son but ? allez-vous adopter un chiot ? et quid du casting voix ??

  • Répondre anacoluthe 8 octobre 2010 at 13 h 20 min

    @Frangine : non, mais je pense que c’est surtout en cas de vieillard cacochyme avec la voix tremblotante… Ca devrait aller (si je parle fort !)

  • Répondre anacoluthe 8 octobre 2010 at 13 h 21 min

    @dahoé : no way, déjà je tique à l’idée d’avoir un chien à moi, alors une succession de chiots sans fin…

  • Répondre liliba 13 octobre 2010 at 18 h 46 min

    Nous avons une fois fait un dîner dans un restaurant totalement noir, style mise en condition pour « voir » ce que ressentent les aveugles. Gros stress au début, même si je n’ai touché les fesses d’aucun chichi (dommage…), je suis ressortie avec un mal de crane pas possible parce que mon cerveau n’a pas pigé que ça ne servait à rien d’ouvrir en grand mes mirettes parce que de toute façon je ne verrai rien… Finalement, après voir renversé carafe d’eau, verres de vin et avoir mangé comme des cochons des trucs difficiles à identifier, on a tout de même fini par rigoler, mais bon, expérience tout de même très destabilisante !

  • Répondre anacoluthe 14 octobre 2010 at 18 h 26 min

    @liliba : ah oui, il y a un restau comme ça à Paris, et ils se sont délocalisés à Lille pendant Lille 3000, je rêvais de le faire ! Bon, d’après ce que tu dis, ça a l’air un peu troublant quand même…

  • Répondre Tu vois ? T’as une voix ? Alors c’est pour toi ! | la vie est une anacoluthe 6 juin 2013 at 14 h 31 min

    […] y a quelques mois, je vous racontais mon incroyable épopée dans le noir complet, 20 minutes pendant lesquelles j’avais failli me faire renverser par une voiture, me […]

  • Laisser un commentaire