Tourisme & Sorties

Six pieds sous terre

21 juin 2016

casques

Mon samedi après-midi, l’autre jour, c’était la mine. Et ceci n’est pas une expression : j’étais à la mine pour de vrai.

A la mine de Lewarde, dans le Nord. Et la fosse Delloye, où se trouve le Centre historique minier de Lewarde, était en encore en exploitation jusqu’en 1971. C’est dire si cette mémoire est encore vivace dans la région…

Je n’étais pas fière quand a enfilé nos casques jaunes de mineurs et qu’on est monté dans cet ascenseur même pas en apesanteur qui nous a emmené dans les galeries. 480 mètres sous terre, c’est ça la profondeur des mines.

Pas fière non plus quand notre guide nous a expliqué les conditions de travail des mineurs : les galeries consolidées par du bois de sapin, qui présente l’avantage d’être léger, et de « chanter » quand il craquer et s’effondre, prévenant le mineur de la catastrophe imminente.

mine

Les coups de grisou, si redoutés, si redoutables par les incendies qu’ils provoquent, et contre lesquels les ingénieurs ont inventé les « stop grisou », des bacs plein d’eau placés en position instable, pour tenter d’arrêter l’inéluctable progression des flammes dans les galeries. En 1974, ce sont 42 mineurs qui sont tués à Liévain par un coup de grisou. 22 encore en 1985 à Forbach, mais pas les 2 000 autres mineurs alors sous terre, grâce au « stop grisou » justement.

Et puis les poussières, toute la journée à respirer de la silice jusqu’au plus profond de ses poumons à s’en rendre malade, et ces masques dont le filtre s’encrassait si vite qu’ils devenaient inutilisables en 1 heure à peine. Quand on avait des masques, puisque longtemps l’équipement des gueules noires – payé de leur poche – s’est résumé à une veste, un foulard, des espadrilles et un dérisoire casque en cuir, la barette.

Et puis le bruit des machines, assourdissant – nous l’avons expérimenté et c’était difficilement supportable, pour quelques secondes seulement pourtant et en se bouchant les oreilles – les machines pour creuser les veines, les machines pour transporter le charbon, toute la journée…

Je n’étais pas fière, six pieds sous terre, et en même temps, j’ai trouvé cela émouvant et passionnant à la fois, de comprendre concrètement ce que fut la vie de ces milliers de mineurs du Nord, pendant près de 3 siècles… et de comprendre pourquoi, aujourd’hui encore, on peut dire de quelque chose de particulièrement éprouvant que « c’est la mine »…

********

Merci au Centre minier de m’avoir invitée avec quelques blogueuses lilloises à ce chouette après-midi en famille (avec mon bébé de 15 ans ^^) et tribute to Audrey de l’indispensable site Mother in Lille pour avoir permis cette visite (Pssst, Audrey distille aussi ses bons plans de sortie en famille sur France 3 tous les lundis matins, et elle assure comme une pro !)
Et spécial thanks à ma photographe de fille à qui on doit les clichés de ce billet (sauf explosifs et mes pieds)…

exlosifs

Bon à savoir :
Le centre historique minier de Lewarde est une sortie kids-friendly.
D’ailleurs, cet été, les médiateurs culturels du Centre proposent aux enfants de 6 à 11 ans des ateliers pour découvrir la mine de façon ludique : mercredi 13 juillet, ce seront les jeux olympiques de la mine ! Et mercredi 24 août, avec « Disparation à la mine », les enfants devront mener l’enquête pour retrouver Luvette, lampiste à la fosse Deloye !

Autre rendez-vous à ne pas rater : une Murder Party grandeur nature dans les galeries de la mine, samedi 29 octobre 2016, une aventure à suspense pour toute la famille !

Infos pratiques :
Sur le site chm-lewarde.com
Centre ouvert tous les jours (sauf mois de janvier, 1er mai et 25 décembre)

carreau

co

shoes

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

2 Commentaires

  • Répondre Battista 27 juin 2016 at 11 h 31 min

    Quelle jolie découverte! Je n’ai jamais aller à ce genre d’lieu, mais ça doit être une belle expérience à vivre! ^o^

    • Répondre anacoluthe 25 août 2016 at 11 h 21 min

      Oui, c’est à faire, très intéressant comme expérience !

    Laisser un commentaire