Lu !

Le bonheur, ça s’apprend aux enfants ?!

14 juin 2016

C’est surprenant, n’est-ce pas ? On apprend à nos enfants tout un tas de truc, faire du vélo ou des divisions à 2 chiffres, mais on ne leur enseigne pas à fabriquer du bonheur, un truc bien plus utile au quotidien, pourtant.

Alors qu’une des grandes découvertes des neurosciences, c’est que le bonheur, ça se construit, ça se cultive, et qu’on peut accroître ce sentiment de plénitude, de réalisation de soi, de confiance en ses talents, d’harmonie dans les relations, bref, toutes ces petites choses qui rendent palpable l’insaisissable bon air du bonheur.

thepandafamily-un

 

Et vous savez quoi, il n’est jamais trop tôt pour prendre ces bonnes habitudes ! Qui plus est quand on a des enfants hypersensibles, comme le sont les petits zèbres ou les enfants cyclothymiques, souvent enclins à voir la vie côté obscur…

Et c’est là qu’intervient la Panda Family et sa MISSION Super pouvoirs : le tome 2 d’une série de livreactivités qui initient très concrètement les enfants au bonheur. Comment ? Grâce à un mélange d’histoires à rebondissement, d’activités à faire tout seul, et d’activités en famille.

Les deux auteurs Laure Girardot et Fabrice Guieysse – eux mêmes coachs – se sont appuyés sur les travaux de Howard Gardner et sa belle théorie des intelligences multiples, dont le postulat est que chacun de nous est doté d’une forme d’intelligence et de talents qui lui sont propres.

(Le collège de ma fille aînée avait mis en place un ambitieux programme basé sur cette théorie, avec adaptations des apprentissages, et j’avais pu apprécier la puissance de cette idée qui inverse la donne : tout à coup, chaque élève est doué, chacun peut trouver sa voie, et chaque enfant est intelligent.)

thepandafamily-deux

 

Avec The Panda Family, les enfants découvrent donc à travers une histoire romancée qu’ils sont tous doués – et ils peuvent tester leur forme d’intelligence dans le livre ! – et que ces talents vont les aider à réaliser leur rêve.

Ils découvrent aussi le pouvoir des émotions, comment les identifier, les accepter, et les transformer. Là encore, des petites activités très pratiques – le jeu des 8 émotions, les cartes Pandaswitch – permettent aux plus jeunes de s’initier mine de rien au principe de la psychologie positive .

Cerise sur le gâteau, les enfants pourront proposer à leurs parents des activités à réaliser en famille comme les rendez-vous secrets du bonheur : les petits aussi peuvent nous apprendre des choses, fierté pour eux !

Bref, je ne peux que vous conseiller ces petits ouvrages très bien faits, parfaits pour les enfants entre 6 et 10 ans. Ceci dit, ma fille de 11 ans s’est aussi laissé prendre au jeu. J’ai laissé traîné mine de rien le livre, et elle a fait le test des intelligences multiples… un premier pas pour une petite fille qui réapprend doucement à avoir confiance en ses capacités !

The Panda Family – Tome 2 Mission Super Pouvoir –– Editions DaoCom – 14€
Disponibles dans de nombreux points de vente en France, Belgique, Suisse.

Ce livre m’a été offert en service presse

thepandafamily-trois

 

thepandafamily-quatre

388528famillehellocoton

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

6 Commentaires

  • Répondre Mary Leviandier 15 juin 2016 at 11 h 13 min

    C’est une très chouette idée que ce livre pour valoriser nos petites têtes blondes, mais comme toi, je pense qu’il plairait à ma pré-ado 😉

    • Répondre anacoluthe 15 juin 2016 at 19 h 05 min

      Oui, ça devrait lui plaire ! Le tome 1 a l’air bien aussi : je crois que c’est plutôt axé sur comment définir ses rêves (dans le sens : qu’est-ce qu’on veut faire de sa vie), et je trouve que c’est une excellent idée pour les enfants : savoir où on veut aller, c’est déjà faire la moitié du chemin !

  • Répondre Eulalie 15 juin 2016 at 14 h 21 min

    Quelle belle idée ! C’est vraiment top, ce programme lancé dans le collèe de ta fille ! Je trouve que le cllège est une période où il est parfois difficile d’exister si on n’est pas dans le groupe des « populaires », si on ne suit pas la mode, etc. Alors je ne peux qu’encourager ce genre d’initiatives, qui, si elles avaient existé quand j’étais ado, m’auraient sans doute aidée à prendre confiance en moi !

    • Répondre anacoluthe 15 juin 2016 at 19 h 10 min

      Oui, justement, j’en ai reparlé avec ma fille qui est lycéenne maintenant, et elle en garde vraiment un bon souvenir. Elle m’a dit « tout à coup, tu te dis ‘mon intelligence à moi, c’est ça’ ça fait beaucoup de bien ! » Y’a plus « les forts en maths » d’un côté, et les nazes de l’autre 😉
      (par exemple, il y a une forme d’intelligence qui est la « corporelle kinesthésique », celle des sportifs)

      Et le collège avait vraiment bien joué le jeu : conférence à tous les parents pour nous expliquer le principe, j’étais sortie convaincue ! Puis test auprès des enfants, et dans chaque matière, les profs proposaient différentes approches selon les types d’intelligence… Et ils leur avaient aussi donné des conseils pour faire leurs devoirs selon leur forme d’intelligence.

  • Répondre Princesse Pia 16 juin 2016 at 21 h 20 min

    Je trouve que c’est une très bonne démarche. On a tendance à toujours vouloir espérer plus, c’est bien aussi de valoriser les acquis, les talents.

    • Répondre anacoluthe 27 juin 2016 at 12 h 13 min

      Oui, et c’est apparemment la clé de la confiance en soi… Ce serait bien si on pratiquait plus cela à l’école, valoriser les réussites plutôt que les échecs !

    Laisser un commentaire