Culture Tourisme & Sorties Vu !

Zep revisite les collections du Palais des Beaux arts de Lille…

22 mars 2016

Zep

C’est l’histoire d’un petit garçon qui n’aimait pas visiter les musées, et qui 40 ans plus tard nous fait revisiter le 3ème musée de France !

« Dans les musées, on ne pouvait pas parler, on ne pouvait pas rire, ça m’impressionnait beaucoup… » voilà pour les souvenirs d’enfance du digne papa de Titeuf, que j’ai eu la chance de rencontrer avec quelques blogueurs lillois lors du vernissage de la 3ème édition de l’Open Muséum.

On comprend mieux du coup le parti-pris « à hauteur d’enfant » de Zep, lorsque le Palais des Beaux-Arts lui a proposé d’être l’invité de l’opus 2016 de l’Open Museum, cet événement hybride entre une expo originale et une relecture des collections permanentes.

« Lorsque j’ai vu la façade du Palais des Beaux-Arts, j’ai eu très peur devant l’ampleur des lieux. Mais à l’intérieur, c’était pire ! Il y a déjà tellement d’œuvres ici, je ne me voyais pas en rajouter… » D’où ce dispositif où les interventions de Zep se glissent subrepticement entre les œuvres, voire sur les œuvres, je ne vous dis que ça – allez, si, je ne résiste pas au plaisir de spoiler : ne ratez pas la projection hilarante sur la statue antique d’un Apollon plus si Apollon que ça une fois que Zep est passé par là…

zep-statue

Crédit-photo : @huitiemepassager

« Zep est très fort pour rendre accessible à tous des choses qui ne le sont pas d’habitude » nous explique Bruno Girveau, directeur du PBA de Lille « et c’est exactement ce que nous voulons faire au Palais des Beaux-Arts : rendre nos collections accessibles à tous, même à ceux qui ne viennent pas habituellement au musée. » Pari réussi avec les éditions précédentes de l’Open Museum, qui a attiré 70% de primo-visiteurs l’année dernière, du jamais vu dans un musée de Province (contrairement aux musées parisiens où beaucoup de visiteurs viennent pour la 1ère fois, touristes étrangers obligent).

Et comme on apprend au détour de la visite que cet éminent historien de l’art est également un inconditionnel de BD en général et de Gaston Lagaffe en particulier, ceci explique le pourquoi du choix d’un dessinateur comme invité.

Et Zep, lui, est-ce qu’il aime plus les musées depuis qu’il est devenu adulte ? « J’aime beaucoup le musée d’Orsay » m’explique-t-il « cette période où la photo arrive, et où les peintres doivent ré-inventer leur art, se transformer en artistes en fait. Chez les peintres flamands comme on le voit ici, c’est autre chose : on est dans la performance technique, dans la transmission de génération en génération – à travers les ateliers – d’un savoir artisanal exceptionnel. Je suis admiratif de leur travail, et de la manière dont certains arrivent malgré tout à faire passer un peu de dimension personnelle à travers ces tableaux très codifiés.»

Mais le peintre flamand que Zep admire en particulier, c’est Jérôme Bosch (ce qui m’étonne à moitié : il y a un côté « cartoonesque » chez Bosch, limite Gotlieb, non ?!). Vous pourrez d’ailleurs admirer à l’Open Museum une version de Zep du « concert dans l’œuf » en contrepoint du tableau original de Bosch.

En tout cas, on souhaite à l’Open Museum de réaliser sa belle ambition : faire venir les enfants au musée ! Objectif qui semble-t-il devrait être atteint, si l’on en croit l’hystérie déclenché par Zep lors du vernissage des enfants, qui lui ont tous réclamé des dessins (bien meilleure idée que la mienne, qui lui ai réclamé un selfie, quelle banalité ^-^).

« J’ai adoré les explications des enfants-guides qui avaient été formé pour expliquer les collections à leurs camarades » m’a confié Zep « Ils leur ont dit qu’à cette époque, on pouvait être moche, petit et loucher, mais être magnifique sur un portrait en tableau. Un peu comme Photoshop, ont conclu les enfants ! »

Une remarque tout à fait dans la veine des projections réalisées par Zep, à mi-chemin entre l’humour et le décryptage pictural. Extraits : « Au 16è siècle, 300 ans avant l’invention du smartphone, pour faire un selfie, on passait chez le peintre. ‘Je suis un ancien client, vous faites les retouches ?’ » ou encore « Même dans les sujets religieux, on pouvait peindre des nus. Mais si le clergé tolérait la ‘nature humaine’, il valait mieux que celle-ci soit la plus discrète possible… d’où les zizis minuscules. »

Bref, vous n’avez aucune excuse pour sécher le cours accéléré d’histoire de l’art dispensé par le Professeur Zep alias Philippe Chappuis :

Je ne veux entendre aucun « J’ai pas le temps », puisque c’est jusqu’au 31 octobre 2016 !

Et encore moins de « J’ai pas d’argent », puisque le Palais des Beaux-Arts a exceptionnellement décidé d’étendre à tous les moins de 18 ans la gratuité habituellement réservée aux moins de 12 ans, et ce pendant toute la durée de l’Open Museum : quand on vous disait qu’il était Open, ce Museum !

Zep-dessin

Open Museum #3 – Zep au Palais des Beaux-Arts de Lille – 18 mars au 31 octobre 2016

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

2 Commentaires

  • Répondre Mothertrotter 8 avril 2016 at 11 h 06 min

    ça me donne envie d’y aller. Mais est-ce que ça sera adapté à mon plus jeune de tout juste 4 ans?

  • Répondre anacoluthe 29 avril 2016 at 22 h 48 min

    @Mothertrotter : oups, je suis un peu à la bourre dans mes réponses, non ?! 4 ans, c’est peut-être un peu jeune, mais les projections sur les statues risquent de l’amuser…

  • Laisser un commentaire