Tourisme & Sorties

Les 10 commandements du Bradeux Heureux

8 septembre 2010

J’aurai pu te parler de la fête de la bière ou bien du cassoulet, du carnaval de Nice, de celui de Rio, mais voilà, le hasard, ma destinée et un wagon de métro ont voulu que je croise un jour le regard de mon Homme ce Héros, qu’il m’entraîne aussitôt – le traître – dans sa bonne ville de Lille, que j’y reste, et qu’alors je sois – en ces lieux, et pour toi – l’hôtesse désignée pour te guider à travers les méandres insensés de…

The Famous and Uncomparable Braderie de Lille

sous vos applaudissements

Alors, comment survivre à la braderie de Lille sans mourir étouffé sous un tas de moules ou une tonne de bonnets péruviens ? C’est tout de suite, c’est maintenant, en suivant les 10 commandements du Bradeux Heureux :

1/ Ton calendrier tu guetteras

Pour programmer ta virée à la Braderie de Lille, c’est pas compliqué : elle a TOUJOURS lieu le 1er week-end de septembre. Mauvaise nouvelle : c’était il y a 3 jours, tu l’as loupé. Bonne nouvelle : c’était il y a 3 jours, je peux donc te raconter. Bonne nouvelle bis, on sait déjà que la Braderie de Lille 2011 sera le 3 et le 4 septembre. Et la 2012 le 1er et le 2 septembre. Tu t’entraînes pour me donner la 2013 ?


2/ Tes enfants tu oublieras

Si tu as avide d’expériences extrêmes, pas besoin de t’envoler vers Katmandu avec ton baby dans la soute : un billet de TGV, une poussette, et direction la Braderie de Lille ! Une demi-heure avec une poussette sur la Grand Place de Lille pendant la Braderie, ça vaut tous les grand-huit du monde en termes de sensations, et tous les ashrams d’Inde en matière de remise en question.

Mais comment ai-je pu être assez inconscient pour entraîner la chair de ma chair dans une telle cohue ? Et combien d’heures va-t-il me falloir pour atteindre l’autre bout de la Grand Place sans qu’on étouffe mon baby ?

Bref, l’enfant qui ne marche pas, à la Braderie, on oublie. Et l’enfant qui marche mais jsuis-trop-fatigué-Papa-tu-me-portes, lui aussi, on l’oublie chez ses grands-parents le temps d’un week-end. A la Braderie, on marche, on marche, et on marche.

3/ En oignon tu t’habilleras

« Il fait toujours beau à la Braderie » parole de Lillois. Le même Lillois qui te dit sans ciller qu’ « il fait toujours beau dans le Nord ». Donc il fait toujours beau à la Braderie sauf quand il fait froid. Et qu’il pleut.

Et même quand il fait toujours beau pour de vrai, il peut faire été au soleil et automne à l’ombre. La parade, c’est la stratégie de l’oignon, les 4 saisons sur toi, tee-shirt d’été, pull d’hiver, et imper d’automne en bandoulière.

4/ En métro tu te déplaceras

Foi de St Thomas – qui l’a vu crois-moi – on ne rentre pas en voiture dans Lille ce week-end là ! L’astuce d’Anacoluthe, c’est de se garer le long du trajet du tramway qui relie Lille à Roubaix et Tourcoing et puis de le prendre, ce tramway : 10 mn plus tard, te voilà au cœur de la ville ! Dans Lille, deux options : se déplacer à pied ou en métro. À noter : Transpole Lille propose un Pass Braderie.

5/ La Grand Place tu éviteras

La Grand Place et Lille, c’est un peu comme d’Arvor avec son Poivre : on peut faire sans, mais ça manque un peu de saveur… Et pourtant, pendant la Braderie, sorry mais oublie, sauf si tu as une passion sans bornes pour les bonnets péruviens et les jouets taiwanais. Eh oui, malheureusement, la fête s’y est éloignée du vide-grenier initial pour virer foire à neuneu.

Le bon spot pour brader vrai, c’est en sortant de la station « mairie de Lille », avec un échantillon représentatif de toutes les catégories de vendeurs, pro, semi-pro ou amateurs. Sinon, on me signale que le Vieux-Lille – haut lieu de la mode griffé – est le meilleur spot si tu recherches des vêtements bradés.

6/ De moules tu te régaleras… avec modération

La Braderie et les moules, c’est un peu comme d’Arvor avec son poivre, sauf que trop de poivre dans les moules, beurk. Ce week-end-là, tous les restaurateurs – et même les non restaurateurs – t’en proposent à chaque coin de rue. Mieux vaut aimer les moules, donc, mais pas trop quand même : car trouver des moules nettoyées nickel et servies chaudes, en casserole, et non en barquette-plastique, ça revient à chercher une aiguille sur la Grand Place pendant la Braderie. La tradition a du bon, mais c’est pas toujours bon !

7/ La perle rare tu chercheras mais par la surprise aussi te prendre tu te laisseras (na ya !)

Chaque année, avant de commencer à brader, question rituelle : « on cherche quoi, cette fois ? » Oui, crois-moi, pour ne pas virer givré devant ces dizaines de milliers de tentations étalés sous tes yeux, mieux vaut se fixer des objectifs précis : je veux 6 verres à pied en cristal, un joli porte-savon, une lampe pour le salon et des jouets pour les enfants. Chercher, ça donne du sens à ta quête.

Mais la Braderie, ce sont aussi de jolies rencontres du hasard : tu ne le connaissais pas, tu ne l’attendais pas, et pourtant, ce tableau t’était destiné. Tu vas partir avec lui, et vous vivrez ensemble pendant de longues années, toujours émus en souvenir de cette première rencontre sur un trottoir, entre un passage clouté et une poubelle. Et même que pour certaines, cette année, la rencontre du hasard a peut-être été un beau célibataire en soldes…

8/ Avec un caddie tu te promèneras

Imagine la scène : tu viens de vivre une rencontre du hasard avec une sublime horloge en fonte à rien-que-ça euros. Entre le coup de cœur et la raison – 40 minutes à porter de la fonte jusqu’au métro – tu balances. Rewind : ce matin, tu es parti avec ton petit caddie de marché, parfait pour entasser tes trouvailles. Un bradeux heureux est un bradeux prévoyant.

À savoir, pour les coups de cœur meubles, on s’arrange généralement avec les marchands, pour une livraison ultérieure…

9/ À l’English Church tu goûteras

Marcher, ça creuse : pour éviter le Braderie Burn Out, toutes les deux heures, la pause s’impose. Après la moule moyen chaude, tu vas enfin te régaler avec un English Tea Time, installé sur le trottoir de la rue Watteau, à L’English Chuch. Tea avec un nuage de lait, carrot ou ginger cake, scones and co, le tout home made, et à prix plus qu’abordable, yummy !

10/ Au Remballage des affaires tu feras

17H le dimanche, tu viens tout juste de goûter à l’English Church, il est temps d’aller faire tes dernières affaires pendant le remballage. Le remballage, c’est une faille spatio-temporelle pendant laquelle tout objet perd 30% minimum de sa valeur : après 4 jours de campement dans la rue pour garder sa place et 2 jours et 2 nuits de braderie, le marchand est légèrement découragé à l’idée de tout remballer dans son G7 et de se taper 9H de route sous la pluie.

Il est donc psychologiquement assez disposé à brader encore plus ses prix si tu lui fais la faveur de remporter chez toi ce p***** de bordel de service 24 pièces en porcelaine bleue très cassable en G7. Il en veut 25 euros dernier prix ? Ca tombe bien : il te reste justement 19 euros 50 en petite monnaie dans la poche. Oui, à la Braderie, tu as TOUJOURS de la monnaie dans la poche, mais JAMAIS tout à fait assez, et c’est comme ça que – par le plus grand des hasards voulus – tu trouves un accord avec le marchand…

Alors, à l’année prochaine pour ta Grande Première, et souviens-toi : comme à la Samaritaine, on trouve tout à la Braderie de Lille !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

25 Commentaires

  • Répondre electromenagere 8 septembre 2010 at 12 h 42 min

    Alors moi la braderie de Lille, je l’ai toujours connu étudiante et c’est pas le même trip : partir en bande, boire, perdre ses potes, boire, retrouver ses potes, boire, vomir dans les moules et ramener l’objet le plus kitsch a mettre dans sa piaule étudiante. La braderie de Lille, c’ets un peu le spring break de l’étudiant lillois.

  • Répondre Mélisse 8 septembre 2010 at 12 h 53 min

    Ah tu retournes le couteau dans la plaie ! ça fait facile 4/5 ans que je veux la faire et que de sordides et fourbes agendas de rentrée m’en empêchent ! d’ici à 2013 je remplirais mon caddie de marché, cochonne qui s’en dédit !

  • Répondre Anacoluthe 8 septembre 2010 at 12 h 54 min

    @l’electro : le spring break lillois, ah ah ! C’est vrai que je n’ai pas signalé cette autre utilisation potentielle, mais là, 3 commandements auraient suffi : boire, vomir et ne pas conduire !

  • Répondre annick 8 septembre 2010 at 13 h 06 min

    j’y ai été une fois, du temps où je digérais encore les moules, j’ai bien aimé. peut-être y retournerai-je un jour?

  • Répondre anacoluthe 8 septembre 2010 at 14 h 02 min

    @Mélisse : OK, pari pris, Cochonne qui s’en dédit pas, et d’ici-là, ça te laisse 3 ans pour apprendre par cœur les 10 commandements du Bradeux Heureux !

  • Répondre anacoluthe 8 septembre 2010 at 14 h 04 min

    @annick : hem, en cas d’indisposition chronique aux moules, je comprends que ça puisse perdre un peu de son charme. Remarque, cette année, on a déniché un restaurateur qui ne servait PAS DE MOULES mais des steaks frites. Y’a un créneau sur les allergiques aux fruits de mer, à mon avis !

  • Répondre MissBrownie 8 septembre 2010 at 16 h 23 min

    😀 J’adore ton billet !
    Enfin bon cette année, comme de nombreux lillois, j’ai fui la braderie …

  • Répondre anacoluthe 8 septembre 2010 at 16 h 29 min

    MissBrownie : Merci la Miss ! Je ne suis que Lilloise d’adoption, c’est pour ça que – à part enceinte – je ne l’ai jamais fui… même en poussette, j’ai tenté le coup (et c’est pour ça que je dis qu’il ne faut JAMAIS la faire en poussette !)
    Mais sérieusement, tu ne trouves pas qu’on trouve toujours des chouettes trucs à la braderie ??!

  • Répondre bergamote 8 septembre 2010 at 18 h 31 min

    Je n’ai jamais fréquenté le grand Nord, et je fuis la foule, mais la pause thé avec le nuage de lait et les gâteaux faits maison, je suis cap!

    Ton billet est super, tes photos drolissimes, ya quand même des trucs que je dealerais bien , par exemple, la vespa verte (le célibataire je sais pas!!). Et comment on fait pour donner cet aspect « bordure déchirée » aux photos? j’adore!!!

  • Répondre Anacoluthe 8 septembre 2010 at 19 h 00 min

    @Berga : merci pour la complimentation !! Les gâteaux étaient effectivement très bons, et le célibataire (à qui j’ai parlé dans un but purement informatif!) plutôt pas mal !!
    La Vespa, forcément, mais en fait c’était un Lambretta… de la manufacture de Troyes ! 1953, 2 000€. D’autres questions ?!
    Ah oui, les photos : c’est une appli-photo IPhone : Hippstamatic !

  • Répondre sabine 8 septembre 2010 at 23 h 28 min

    l’année prochaine je la gais avec toi!! ça fait dix ans que je ne l’ai pas faite. Je suis assez d’acc’ avec electro pour la version « étudiant » de la braderie. Enfin, à l’époque je la vivais un peu comme ça, avec la bouteille de Jenlain à 10 francs!

  • Répondre anacoluthe 9 septembre 2010 at 9 h 35 min

    @sabine : mais tout à fait « gaisons »-là ensemble l’année prochaine, Sabine !! Faudrait juste (2ème commandement) que tu sèmes un ou deux petits poucets avant de venir, pour que tu puisses boire au moins une Jenlain tranquille !

  • Répondre dahoé 9 septembre 2010 at 10 h 03 min

    eh super le reportage et les photos (très chouettes) !! maintenant je VEUX voir tes trouvailles installées in situ … c’est vrai, ça donne quoi après, à la maison ? tu nous fais quelques p’tites photos en + ?
    bon, j’aimerai bien la faire cette braderie un jour, moi qui aime tant fouiner …

  • Répondre anacoluthe 9 septembre 2010 at 10 h 45 min

    @Dahoé : ah mais je n’ai pas acheté tout ce que j’ai photographié, je me serais ruinée !! Mais le « Safari photos » c’est aussi un moyen agréable de faire la braderie…
    En vrai, on a acheté des habits pour les poupées des filles (à 20 centimes pièce !), une chaise haute ancienne en bois pour les poupées (bis), le tableau de la pin up (bien plus chouette en vrai qu’en photo) et… des surprises, je vais faire un billet dessus !
    Welcome next year pour faire la Braderie ! En fait, le Nord, c’est LA terre des braderies, y’en a toute l’année, chaque ville a la sienne…

  • Répondre Firemaman 9 septembre 2010 at 10 h 47 min

    J’aime pas les moules, mais le gouter english, je suis pour !
    J’espère bien que tu as acheté cette merveille de tableau de jeune fille post pubère, ou ce beau soleil vintage (pratique en plus tu peux voir à qui tu grilleras la priorité à droite).
    Au fait tu as réussi à atteindre tes objectifs bradesques ?

  • Répondre anacoluthe 9 septembre 2010 at 11 h 03 min

    @Firemaman : oui, oui, pendant le remballage justement, j’ai bien acheté ma jolie petite pin-up, beaucoup moins verdâtre en vrai (merci le filtre vert…) adorable dans ma salle de bain…
    Et le miroir soleil – un grand classique ! – ça fait quelques temps que je me dis que ça peut être intéressant, mais où le mettre chez moi, that is THE question ?
    C’était des objectifs à titre indicatifs, pas mes vrais objectifs de l’année (parce que « habits de poupée », notre vrai objectif kids, c’était un peu naze !!)

  • Répondre ema 9 septembre 2010 at 12 h 51 min

    bordelo
    encore loupé
    mais samedi, y a saint-mandé.
    et y a de la gosse de riche, là-bas
    alors le vide-grenier est un délice marxiste !

  • Répondre anacoluthe 9 septembre 2010 at 14 h 28 min

    @ema : redistribution des richesses, j’avais jamais vu les choses comme ça, mais ça se tient ! On a aussi de la Braderie en banlieue friquée, ici, t’as raison, je devrais y aller (Saint Mandé, je connais, je dois avoir des goûts de riche, j’aime bien !)

  • Répondre Cilaïne 9 septembre 2010 at 14 h 59 min

    Ah, ça me donne envie…..
    Mais depuis que j’en fais comme « vendeuse », je me laisse bcp moins tenter comme « acheteuse » : c’est tellement pénibe à trier-emballer-déballer à 5h30 du mat, avec le pros qui farfouille dans tes cartons !
    Et sinon, je crois bien que je reconnais ma boss sur l’une de tes photos….je vais lui demander l’air de rien si elle y était !

  • Répondre anacoluthe 9 septembre 2010 at 15 h 19 min

    @Cilaïne : ah mais c’est l’étape 2 ! Je me dis qu’il faut absolument que je fasse une braderie en tant que vendeuse, trop trop trop de choses, l’avoir me tue (enfin, sauf quand j’achète…)… Il paraît qu’il faut faire ça avec des potes pour l’ambiance ! Mais je veux bien croire que c’est épuisant…
    Tu as reconnu ta boss ?! Moi qui étais toute fière d’avoir réussi à faire des photos de foule à la braderie sans gens identifiable !!

  • Répondre liliba 10 septembre 2010 at 18 h 08 min

    Tes photos sont superbes !
    Des années que nous ne l’avons pas faite, cette fameuse braderie ! Trop de monde, trop de vendeurs de cochonneries et trop de crétins qui te marchent sur les pieds… Je brade dans ma banlieue, c’est plus tranquille et au moins je n’ai pas peur de perdre la marmaille…

  • Répondre anacoluthe 13 septembre 2010 at 10 h 21 min

    @liliba : merci ! Décidément, la Braderie n’a pas bonne presse chez les Lillois, mais sincèrement, derrière la mairie, c’est un coin cool… pour ce qui est des (nombreuses) autres Braderies autour de Lille, je n’en ai jamais vraiment fait, mais ça me tente !

  • Répondre Aude Nectar 15 septembre 2010 at 10 h 35 min

    Mythique, j’aimerais en être, mais tu as raison, avec les enfants qui chouinent et touchent à tout au bout de 5 minutes, c’est moins serein.

  • Répondre anacoluthe 15 septembre 2010 at 11 h 47 min

    @Aude Nectar : avec des grands (+ de 5 ans, je dirais) c’est jouable ! Surtout avec la carotte de « on va te trouver plein de jouets » (et il y a vraiment des bonnes affaires dans ce domaine…)

  • Répondre Mode : la tendance SOUS-officier 22 septembre 2010 at 16 h 37 min

    […] te souviens qu’on trouve tout à la Braderie de Lille […]

  • Laisser un commentaire