Maman

Ras le bol de ton enfant relou ? Echange-le !

29 juillet 2015

kids-550

Il faut bien remédier aux inconséquences de Dame Nature, qui n’a pas prévu de Service Après Vente pour les enfants relous, n’en déplaise à leurs grands frères et sœurs qui rêveraient de les reporter « au magasin ».

Quant à un éventuel mode d’emploi livré avec l’enfant pénible, il a probablement été rédigé par le psychopathe serbo-croate qui rédige les manuels de montage Ikéa.

Heureusement que le Parent est un être de Lumière, brillant, inventif et plein de ressources, à défaut de patience.

Alors, quand les parents d’un enfant fatiguant parlent de leur ras le bol avec des amis parents d’un enfant relou, que se disent-ils ? « Echangeons-les pour les vacances, ça nous en fera. Des vacances. »

Et voilà comment je me retrouve pendant quelques jours en possession d’une ado pénible, ayant envie de rien et peur de tout. Pendant qu’à l’autre bout de la France, ses parents se coltinent ma pré-ado relou, prompte à faire des crises sur à peu près tout.

Voilà voilà voilà.

Eh ben c’est formidable cette histoire ! Parce que l’enfant pénible est pénible, certes. Mais ce n’est pas le tien, et ça change tout !

Oh bien sûr, en adulte responsable, tu fais ton possible pour qu’il se sente bien, tu le rassures comme tu peux, tu le taquines pour détendre l’atmosphère, tu l’écoutes (enfin, pendant la coupure pub à la télé), tu lui donnes quelques astuces à base d’huiles essentielles et de respiration abdominale (et maintenant il faut aller se coucher). Mais mais mais CE N’EST PAS TON ENFANT !

Tu es libéré de ce poids énorme de la responsabilité parentale, et de ce poids encore plus écrasant de la culpabilité ; tu n’as pas derrière toi des années de dossiers, sur ce qui a – ou pas – marché.
Tu oses brusquer un peu, titiller, sans te dire que c’est la chair de ta chair et que tu dois avant tout la protéger.

Et en face, l’enfant relou n’ose pas l’être trop. Parce que tu n’es pas son parent. Qu’il a un peu peur de toi, peur de te décevoir ou de se faire gronder, un peu les deux mélangés. Parce que lui non plus n’a pas des années de dossier, sur ce que tu lui as – ou pas – fait.

Non, franchement, c’est une révélation pour moi : la meilleure façon de s’occuper d’un enfant pénible, c’est ne pas être son parent !

Explication de texte et des gravures.
Les gars, peut-être que certains d’entre vous seront choqués par mes propos. Je sais bien que ces enfants relous sont avant tout des enfants en souffrance… Mais quand on porte ça toute l’année, vous ne pouvez pas imaginer le bien que ça fait de prendre de la distance, kilométrique ou humoristique…

Photo credit: theirhistory / Foter / CC BY-NC-SA

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

13 Commentaires

  • Répondre Mentalo 29 juillet 2015 at 16 h 25 min

    Mmmmouif, c’est souffrir de se lever à midi en répondant « oaaahhh chuis fatiguée » à ton enjoué « salut ma chérie, ça va? » (astuce -vaine- pour mettre l’ado de bonne humeur dès le, hum, matin), quand toi t’es levée depuis 6h et que tu as déjà fait 1000 choses et que tu irais bien te recoucher, du coup? :-)

    Moi, je pratique le prêt d’ado. Je la prête à une autre famille avec ado, il paraît qu’elle est charmante là bas, ça me fait des vacances. Puis je récupère les deux, et je ne m’en occupe pas du tout, ça me fait (presque) des vacances (oui presque: il faut juste penser à remplir le frigo 6 fois par jour et ranger tout ce qu’elles laissent traîner).

  • Répondre Au p'tit bonheur 29 juillet 2015 at 19 h 53 min

    Tu ne prendrais pas les miens par hasard ??? Quatre charmants bambins qui ne pensent qu’à s’étriper toutes la journée en s’assaisonnant de noms d’oiseaux tous plus jolis les uns que les autres. On me dit qu’ils se tiennent bien chez les autres, je voudrais pouvoir vérifier cette théorie si tu veux bien. Dis, tu veux bien ?

  • Répondre anacoluthe 29 juillet 2015 at 22 h 07 min

    @Mentalo : oui, c’est dingue comme l’ado est parfaitement capable d’être poli, serviable et agréable CHEZ LES AUTRES, hein… on peut se consoler en se disant que finalement, on a réussi notre éducation…

    Et oui, l’ado par deux ça fonctionne mieux, je confirme, on est tranquille 😉

    (pour ce qui est de la « souffrance » oui, l’ado classique a la souffrance diplomatique, je dis pas, mais là, je te parle d’enfants qui sont objectivement en souffrance)

  • Répondre anacoluthe 29 juillet 2015 at 22 h 09 min

    @Au p’tit bonheur : ah si c’est pour la science, alors, comment refuser ?!! 😉

    Mais sérieusement, faudrait généraliser cette pratique de l’échange d’enfants vu qu’ils sont toujours plus cool chez les autres : et si on inventait un site où tu échanges ta maison PLUS tes enfants ?!!

  • Répondre Amiral Dourakine 30 juillet 2015 at 14 h 22 min

    Et l’échange de parents, vous y avez pensé ? Surtout s’ils sont âgés, acrimonieux (oui je sais j’ai un vocabulaire foutrement étendu), acariâtres, ou tout simplement égoïstes. Tel ours ronchon redeviendrait, le temps d’un séjour au loin, primesautier (oui je sais, encore), badin, charmant en un mot. Et la digne mère, confite dans son aigreur ses médisances et ses reproches pourrait bien, en un autre herbage, ressentir des velléité d’être un peu plus indigne !

  • Répondre Slow Down 30 juillet 2015 at 19 h 17 min

    Un prêté pour un rendu, super principe !
    En fait, le mieux, c’est de récupérer un/une pré-ado relou pour accompagner sa/son pré-ado relou (la joie d’avoir des jumeaux!), car les moins faisant des +, comme par magie ils sont tout de suite plus enthousiastes, et s’occupent dans leur coin, et toi, tu branches le pilote automatique, tranquille !
    Et ensuite, tu envoies toute la petite troupe chez les parents qui t’ont prêté leur pré-ado relou… et toi, tu as une vraie semaine de calme!

  • Répondre anacoluthe 7 août 2015 at 10 h 58 min

    @Amiral Dourakine : mais je crois qu’il y a justement une émission de télé sur ce principe, deux mamans qui échangent leurs « familles » ! Bien entendu, à la fin, la morale est sauve, et elles se rendent compte qu’en fait leur famille est formidable et qu’elles veulent y retourner !! (ou alors, la production a censuré les cas où les mamans ne voulaient plus rentrer chez elle ??!)

  • Répondre anacoluthe 7 août 2015 at 11 h 01 min

    @Slow Down : oui, c’est un peu ce qu’on a vécu malgré tout, car on s’est retrouvé à la maison avec deux ados (la mienne et celle qu’on m’avait « prêté ») et c’est vrai qu’ils se neutralisent en s’occupant entre eux…

    enfin, presque, mon ado a quand même réussi l’exploit d’être encore plus geek que l’ado invitée chez moi – pourtant déjà bien geek – qui du coup était prête à tout pour sortir de la chambre, même se promener au bord d’un lac avec le chien (comble du naze en temps normal) !!

  • Répondre sosso 14 août 2015 at 0 h 38 min

    Comment on fait pour les empêcher de devenir des ados ? Peut-être la base du problème…

  • Répondre anacoluthe 15 août 2015 at 18 h 13 min

    @sosso : inéluctablement, tu vois arriver le truc, et tu ne peux rien faire, rien de rien… c’est terrible ! (et encore plus quand c’est ton 2ème et que tu SAIS que t’es partie pour une paire d’années pas fun ;-(

  • Répondre breizhfanfan 24 août 2015 at 10 h 51 min

    ah merci pour tes articles: j’en suis à ma 3è ados (il en reste un encore qui a 9 ans!!) et toujours pas le mode d’emploi! mais çà me rassure de te lire :)
    après ma prise de tête de ce matin (résultat d’un week-end désastreux) avec une geek en mode sale et je me lève pas; çà m’a fait du bien de lire tes péripéties et me redonne envie de retourner dans la bataille des mères qui vont réussir à en faire quelque chose de ces ados rebelles la bouche pleine et au chaud dans leur chambre!
    tiens je réfléchis à une mission au fin fond de l’afrique ou avec le see shepard pour sauver des baleines; çà nous reposerait non?
    quoique …………………………………

  • Répondre anacoluthe 25 août 2015 at 8 h 18 min

    @breizhfanfan : 3 ados déjà affrontés et encore une à venir, tu as toute mon admiration 😉 !!

    C’est terrible, ces moments où se sent découragée parce que ça se passe mal… je repense souvent à cette phrase qu’on entend sans y prêter attention « petits enfants petits soucis, grands enfants grands soucis » et qui prend tout son sens quand les enfants ont grandi…

    Pas bête, la mission humanitaire très très loin « désolée, maman doit partir sauver les baleines », et en plus on devient leur héroïne !

  • Répondre Amiral Dourakine 2 juin 2017 at 17 h 33 min

    Je tiens à signaler une erreur factuelle monstrueuse dans ce blog (habituellement d’une haute tenue scientifique et morale). Non les notices de montage Ikea ne sont pas rédigées par, je vous cite « un psychopathe serbo-croate ». Où avez vous été chercher pareille calembredaine ? Ces notices ne contenant pas un seul mot écrit je ne vois pas ce qui vous permet d’impliquer la responsabilité d’un personnalité balkanique. Par contre j’affirme en toute connaissance de cause qu’après leur élaboration sous forme de dessins ces notices sont envoyées dans une maison de santé en Chine où un panel soigneusement sélectionné de névropathes est chargé de les compliquer jusqu’à l’absurde.

  • Laisser un commentaire