Humeurs Humeurs

L’histoire de la fille qui devait faire une mammographie et qui avait un décolleté à faire pâlir d’envie Jane Birkin…

4 juin 2015

mammo

C’est l’histoire d’une fille qui se consolait de sa poitrine XXS en contemplant les décolletés vertigineux de Jane Birkin : toujours sexy, jamais vulgaire, le privilège des petits seins !

Toute ressemblance avec une blogueuse dont le nom commence par Ana et finit par Luthe serait purement fortuite et involontaire.

Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu’au jour de sa première mammographie.

Le principe de la mammographie, comme chacun ne sait pas, c’est de comprimer le sein entre deux plaques rigides, afin d’en faire une radiographie.

« Mais enfin, qu’est-ce que vous allez pouvoir comprimer exactement entre ces plaques ? » s’enquit la fille légèrement inquiète auprès de la technicienne radiographe.

Technicienne qui pour toute réponse, colla le corps de la fille contre-tout-contre l’appareil, saisit son bras gauche et le leva en l’air, saisit son épaule droite et la fit pivoter vers l’arrière, s’empara de son absence de sein gauche pour le placer entre les deux plaques qu’elle resserra au maximum.

A ce stade, le sein strangulé entre les plaques (le torse strangulé serait plus proche de la réalité) la fille en était à se dire que, dans son cas, « poumongraphie » serait un terme plus approprié que « mammographie »…

« Approchez-vous plus, oui encore plus, encore-encore-encore-encore, basculez-penchez, et surtout NE RESPIREZ PAS » crut utile de préciser la technicienne à celle qui était déjà en apnée depuis 45 secondes, parce que respirer quand on a le poumon comprimé entre deux plaques rigides relève d’une dangereuse témérité.

« Et maintenant, on passe au sein droit ! », énonça froidement la technicienne à la fille qui à ce moment précis rêvait d’être une amazone mono-sein, étant donné que – aussi impossible que cela puisse paraître – son sein droit était encore plus petit que son pourtant minuscule sein gauche.

C’est avec une joie non feinte que la fille accueillit la délivrance du « c’est fini ! » de la technicienne.

Et avec une joie bien-bien dissimulée qu’elle accueillit les conclusions du médecin radiographe, selon lesquelles « compte tenu de la structure compacte des seins, la lecture de la mammographie – même complétée d’une échographie – reste difficile. Par conséquent, il serait préférable de refaire une mammographie dans 6 mois ».

C’est l’histoire d’une fille qui se sentait définitivement plus proche de la loose de Pierre Richard que du sex-appeal de Jane Birkin…

690563humeurshellocoton

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

16 Commentaires

  • Répondre jeunevieillispas 4 juin 2015 at 11 h 10 min

    Pour te rassurer… C’est aussi très désagréable avec une poitrine plus généreuse que la fameuse technicienne aplatir tellement que l’on se demande si tout cela va reprendre une forme normale.

  • Répondre MissBrownie 4 juin 2015 at 11 h 43 min

    D’un seul coup, je suis bien contente d’avoir une poitrine ni trop petite, ni trop grosse …
    Bon courage

  • Répondre Cheesyrider 4 juin 2015 at 15 h 13 min

    Heu, ,’as t’on des résultats avec la palpation régulière des seins ?
    C’est pas pour foutre ma zone à la Siné , mais toutes ces machines là, ainsi que ces actes médicaux, ont un coût, des amortissements comptables à faire, les vacances aux Seychelles du radiologue, ah pardon, c’est pas des vacances c’est un congrès médical…
    Sans compter les inquiétantes statistiques qui sembleraient montrer une coïncidence entre cancer du sein ET mammographie.(source: Nexus)
    Apparemment, la meilleure manière de ne pas développer de cancer, c’est d’avoir une alimentation alcalinisante…
    Mais rassurons nous, le cancer fait vivre plus de gens qu’il n’en tue.

  • Répondre Sophie 4 juin 2015 at 23 h 18 min

    J’ai détesté cet examen ET l’échographie complémentaire (bien entendu sans être prévenue au prealalable sinon c’est pas drôle) avec l’interne qui fait l’examen et le médecin qui ne te regarde pas et discute de tes seins sans même un bonjour ni t’adresser la parole… On en parle du bonnet G dans la machine???
    Punaise on vit de ces galères des fois … Stressant, humiliant….

  • Répondre anacoluthe 5 juin 2015 at 9 h 12 min

    @Jeunevieillispas : je visualise tout à fait l’effet « crêpe » et la sensation pas glop que ça doit faire ^-^

  • Répondre anacoluthe 5 juin 2015 at 9 h 13 min

    @MissBrownie : peut-être que ça ne te fera pas trop-trop mal, alors ? Je croise les doigts pour toi !

  • Répondre anacoluthe 5 juin 2015 at 9 h 19 min

    @Cheesyrider : apparemment, la palpation est très compliquée dans mon cas (tous mes gynéco successifs me l’ont dit) du fait de la structure « compacte » : on ne sent rien !

    Oui, j’ai vu ça sur le danger potentiel des mammo, j’ai lu aussi que le danger était supérieur au risque… je ne sais pas, j’avoue que je ne sais pas trop quoi penser du coup.

    Oui, l’équilibre acido-basique, j’ai failli m’acheter un livre sur la question, le sujet m’intéresse. Sinon, j’ai lu aussi que les déodorants c’était moyen, du coup, je suis passé au déo home made avec un mélange huile de coco, bicarbonate, fécule de mais, HE de palmarosa.

  • Répondre anacoluthe 5 juin 2015 at 9 h 22 min

    @Sophie : on entend souvent parler de ces histoires d’interne dans les services gynéco, je trouve ça dingue : certes, il faut bien qu’ils apprennent, mais on devrait aussi apprendre aux internes à prendre en compte la pudeur du patient, on n’est pas des bouts de viande, quoi !

    (j’ai jamais vécu ça, heureusement…)

  • Répondre val1603@hotmail.fr 5 juin 2015 at 14 h 13 min

    J’ai vécu la même chose, avec même prescription : on recommence dans 6 mois.
    J’ai fait… et là je dois encore faire… 1 an après…pour voir si on y voit mieux…
    Comme si j’allais prendre des seins à mon âge :p

  • Répondre Virginie 7 juin 2015 at 21 h 17 min

    Si ça peut vous aider, j’ai une bonne adresse de cabinet sur Lille, spécialisé dans la mammo (avec appareil numérique DR) où on n’est pas traité comme une handicapée quand on n’a pas de poitrine. Ils ont été patients et compréhensifs avec moi, la folle flippée de la salle d’attente.
    Pour info, je ne trouve ma ligerie que sur le site internet Ysé… ailleurs je ne rentre dans rien…

  • Répondre anacoluthe 8 juin 2015 at 10 h 10 min

    @val1603 : argh, pas cool… d’après cet que j’ai compris, la visibilité dépend plutôt de la densité que de la taille… peu de chance qu’on prenne des seins, mais peut-être qu’on perdra en densité 😉 (enfin, je ne sais pas s’il faut le souhaiter !!)

  • Répondre anacoluthe 8 juin 2015 at 10 h 14 min

    @Virginie : ah oui, ça peut m’intéresser en effet ! (et au passage, je suis allée voir l’essor Ysé, sympa !)

  • Répondre Chris 13 juin 2015 at 20 h 38 min

    Comme je compatis car je me reconnais bien dans ton récit (mais j’en ai un petit peu plus que Jane B.). C’est la galère tout les 2 ans. Et malheureusement ils ne perdent pas en densité avec le temps.

  • Répondre anacoluthe 14 juin 2015 at 16 h 30 min

    @Chris : ah bon, ils ne perdent pas en densité… pas cool pour les mammos !

  • Répondre lilu 15 juin 2015 at 14 h 47 min

    Mais c’est de moi que l’on parle….

    BOn je reconnais que la radiologue a été tres correcte et professionnelle. Mais avec mes antécédents familiaix si j’avais pas un minimum d’explication je lui collais la tete dans la machine et l’échographe dans les fesses!!! LOL

    je m’y colle dans 5 ans à nouveau…et j’ai déjà pas envie!!!
    😉

  • Répondre anacoluthe 15 juin 2015 at 15 h 06 min

    @lilu : ben décidément, on est beaucoup à avoir de mauvaises expériences de mammographie… J’imagine que le décalage vient du fait que c’est leur quotidien, quand pour nous c’est un moment exceptionnel et déjà stressant en soi…

  • Laisser un commentaire