Ecrit !

L’homme invisible qui sourit

7 avril 2015

Il y a tous ces quelqu’uns que nous ne voyons pas, la femme de ménage, le gardien, la caissière, l’éboueur. Non par méchanceté, par absence d’attention.

L’habitude de ne pas voir sans même s’en émouvoir. Ces quelqu’uns comme interchangeables, et peut-être même qu’un jour ces quelqu’uns humains seront remplacés par des machines et nous ne verrons rien.

Et il y a ce quelqu’un qui me parle, me sourit, me demande si tout va bien aujourd’hui, si j’ai passé une bonne journée. D’abord, je n’ai pas compris. Les invisibles ne parlent pas, ou alors en mode automatique BonjourMerciAurevoir, alors, pourquoi ? Pourquoi me parlait-il, qu’est-ce que ça signifiait ?

Oui, j’ai pensé ça. Et quand au dessus de moi, mon double invisible a vu que je l’avais pensé, il a juste fait « tssss, tsssss… ».

Depuis, moi aussi, je lui parle, de tout de rien, je lui souris et en riant je remercie. Ce n’est rien, quelques secondes, et juste deux humains au milieu de la foule.

invisible

****

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

6 Commentaires

  • Répondre Rebecca 7 avril 2015 at 17 h 30 min

    J’essaie de ne rendre personne invisible autour de moi et puis parfois, je me sens obliger de me réfugier derrière d’invisibles barrières parce que voir c’est ressentir, ressentir que les quelques mots, le sourires sont si peu parfois. Aujourd’hui, devant la gare st-lazare, une femme m’a demandé de l’argent. J’avais été sollicitée 3 fois dans la matinée (ticket restau, quelques pièces) et là j’ai dit non, un non coupable, ça devait se sentir un peu. La femme m’a regardé droits dans les yeux me disant « madame, vous n’avez vraiment aucun cœur ». Je ne pouvais rien lui répondre. Voilà.

  • Répondre Slow Down 7 avril 2015 at 23 h 16 min

    C’est tellement vrai! On vit dans une bulle, trop pressé d’aller vers ce que l’on croit être notre essentiel, et on en oublie d’être simplement ouvert à l’autre. Que nous coûte un sourire, une parole anodine mais gentille ? Rien! Alors pourquoi en privons-nous les « invisibles »? Peur, peut-être qu’ils ne deviennent ainsi trop présents ?

  • Répondre Cheesyrider 7 avril 2015 at 23 h 36 min

    Un invisible t’aime !

  • Répondre anacoluthe 8 avril 2015 at 10 h 53 min

    @Rebecca : oui, il y a ces « invisibles » là aussi, ceux que nous ne voulons pas voir parce que c’est trop dur de se dire que la société laisse de côté tant de gens, et fait comme si ils n’étaient plus du domaine de l’humanité… alors quelquefois, on se protège, c’est vrai…

    Je ne donne pas toujours, mais je n’ignore jamais si je dis non, je le dis en regardant la personne, parce que je trouve ça terrible ce déni d’humanité… Et j’essaie aussi quand je donne quelques pièces de dire quelques mots, une petite phrase, un sourire… parce que je me dis que ça doit être très dur, ce sentiment que les autres ne vous parlent ou regardent même plus.

    Mais je pense que je fais moins attention avec les caissières, les gardiens… je suis en mode automatique, pas désagréable mais pas vraiment là.

  • Répondre anacoluthe 8 avril 2015 at 10 h 54 min

    @Slow Down : oui, en plus, c’est dommage, parce que quand on le fait, je suis persuadée que ça fait du bien à tout le monde, ces quelques mots échangées, ce sourire, cette petite blague… on se sent ‘humains’, et ça n’a pas de prix !

  • Répondre anacoluthe 8 avril 2015 at 10 h 55 min

    @cheesyrider : lecteur invisible mais pas du tout invisible enfin !

  • Laisser un commentaire