Beauté

J’arrête le shampooing : le no poo pour les nulles !

3 mars 2015

Comme je suis vraiment une fille très ambitieuse, dès qu’il s’agit de partager mes beauty tips, je préfère m’adresser aux bras cassés qu’aux pros. Parce qu’au moins, comme ça, j’ai une petite chance de vous apprendre un truc, hé hé hé…

Après Elle, Cosmo, le Chasseur Français et le Courrier de la Marne (liste non officielle), voici donc venu le temps de rédiger Mon Traité Définitif sur l’Art du No Poo !

NB. Pour info, mon parcours c’est : shampoing bio exclu il y a 15 ans, puis rhassoul il y a 2 ans et demi, puis no poo depuis plus d’un an…

 

C’est quoi, le no poo ?

Au début (quelque part entre le 7ème jour après la création de l’univers et avant-hier) on présentait le no poo comme « j’arrête de me laver les cheveux ». C’était choquant – donc accrocheur – mais totalement faux : le no poo, c’est se laver les cheveux avec d’autres produits que du shampoing. Et pour certaines, à terme, avec ‘juste’ de l’eau.

 

Pourquoi donc se lancer dans le no-poo ?

Il y a tout un tas de bonnes raisons – et aucune mauvaises ! – de commencer la grande aventure du no-poo. En vrac :

– Santé : Pour avoir des cheveux plus sains. Eh oui, le shampoing, avec ses produits chimiques divers et en particulier ses silicones, c’est le mal…
– Beauté : Pour avoir des cheveux plus beaux/plus brillants/plus volumineux/plus souples…
– Timing : Pour gagner du temps en se lavant les cheveux moins souvent…
– Financière : Pour économiser de l’argent en n’achetant plus de shampoing/après shampoing/masque magique à l’écorce de bananier du Guatemala ou autres mousse triple volume extra XXL qualité professionnelle…
– Ecologique : Pour consommer moins et/ou mieux et être en accord avec ses convictions écologiques…
– Ethique : Pour ne plus utiliser de produits d’origine animale si on est vegan…
etc etc

Il est rare qu’on veuille tout ça à la fois, hein, on a en général 3 ou 4 motivations fortes…
Mais ça me semble important de faire son auto-bilan avant de commencer, et de déterminer les motivations qui nous guident, afin de faire ses choix plus sereinement, et d’adapter son no-poo au fur et à mesure, selon ses propres critères.

Quelques exemples : l’usage de la brosse en poils de sanglier est souvent recommandé dans le no-poo, eh bien on cherchera une alternative si on est vegan.
Ou encore, si on est décroissante, on s’orientera vers des produits d’usage courant plutôt que de multiplier les tests & achats de différents produits.

(personnellement, je voulais des cheveux plus beaux et plus sains, en y consacrant pas trop de de temps et si possible moins d’argent… mais je ne me sens ni militante décroissante, ni vegan).

 

nopoo-cheveux

Le B-A-ba du no-poo

Voici quelques règles à maîtriser avant même de faire le grand saut aka supprimer vos shampoings chimiques :

– Passer aux shampoings bio : Là, franchement, tout le monde peut le faire, on trouve des shampoings bio vraiment partout, et ça permettra déjà à vos cheveux de se déshabituer des produits chimiques.

– Espacer les shampoings : L’engrenage fatal, plus on se lave les cheveux, plus ils regraissent vite. Tout simplement parce qu’en les lavant, on décape le sebum, cette substance produite par notre organisme pour protéger les cheveux. Donc plus on enlève le sébum, plus le corps en produit, CQFD. Du coup, espacer petit à petit, un jour de plus à chaque fois, c’est un petit pas qui finit par payer !

– Se brosser les cheveux : on croit souvent à tort que brosser « salit » les cheveux. Or, un brossage quotidien (voire 2 fois par jour) permet de répartir le sébum des racines vers les pointes. Le brossage des cheveux, tête en bas, quelques minutes, est vraiment crucial pour réussir son no-poo. On conseille souvent d’utiliser une brosse en poils de sanglier – qui répartit mieux – mais libre à vous de tester autre chose. Le peigne en corne est paraît-il très efficace également.

– S’écouter : autre point déterminant ! Le no-poo n’est pas une méthode « universelle ». Chaque personne a des cheveux différents, un mode de vie particulier, etc. Ce qui marche sur l’une ne marchera pas sur l’autre. Ce qui marche un jour ne marchera pas forcément les jours d’après (par exemple, l’état des cheveux varient selon le cycle menstruel, ou encore selon l’alimentation).
Il faut accepter de tester, d’apprendre petit à petit, et de ne pas avoir de certitude absolue. Et faire le point de temps en temps par rapport à ses motivations initiales, vous vous souvenez ?! Et puis après tout, ce ne sont que des cheveux, hein, no stress !

 

Les différents types de no-poo

Alors là, on rentre dans le vif du sujet ! Si on supprime le shampoing, avec quoi diable va-t-on se laver les cheveux ? Il y a beaucoup de possibilités, figurez-vous… et vous devrez probablement en tester plusieurs avant de trouver celle qui vous convient le mieux. Mais dans tous les cas, on termine par un rinçage au vinaigre (voir à la fin du paragraphe)

– Le bicarbonate de soude :
C’est l’ingrédient le plus connu, car popularisé par Antigone, la papesse française du no-poo.
Attention, on le choisit impérativement surfin, donc en pharmacie (bicarbonate à usage médical) et pas au rayon sel de son supermarché.
En pratique, on mélange 2 ou 3 cuillères à soupe de bicarbonate avec un peu d’eau, pour former une pâte qu’on applique sur cheveux mouillés (enfin, sur le cuir chevelu, pas sur les longueurs). On masse bien ; on rince avec soin.
L’avantage de ce no-poo : l’ingrédient est facile à trouver et peu onéreux. L’inconvénient, il est un peu agressif pour le cuir chevelu, d’ailleurs il ne faut pas l’utiliser plus d’une fois par semaine. Personnellement, je n’aime pas trop !

– Le rhassoul :
C’est mon chouchou, depuis que je sais mieux le préparer !
Il convient aux cheveux gras, mais pas si vous avez les cheveux très secs. Le secret de préparation : mélangez 2 ou 3 cuillères (en bois, jamais en métal) de rhassoul avec de l’eau chaude, ajoutez un peu de miel et quelques pressions de gel d’aloe vera : cela évite l’effet « cheveux de paille » du rhassoul. Ensuite, laissez poser 5 à 10 minutes sur cheveux mouillés.
Dans la famille des argiles, on peut aussi utiliser l’argile verte ou, encore plus doux, l’argile blanche.

– L’œuf :
Tout le monde (à part les vegan ^-^) en a dans sa cuisine, et c’est un excellent shampoing, nourrissant et très doux ! Il suffit pour cela d’utiliser un ou deux jaunes battus, appliqués soigneusement sur le cuir chevelu. Attention au rincage : surtout pas d’eau chaude, qui ferait ‘cuire’ l’œuf !

– La farine de pois chiche :
Vous ne le saviez peut-être pas, mais il y a de la « saponine » (un agent nettoyant) dans les pois chiches ! Comme pour le rhassoul, on mélange avec un peu d’eau chaude, on peut ajouter du miel et du gel d’aloe vera, on pose quelques minutes sur cheveux mouillés… et hop ! Attention, le rinçage doit être très soigné. J’ai testé ce no poo pour la première fois ce week-end, et j’ai été bluffée par l’efficacité de la farine de pois-chiche… un peu moins par l’odeur assez « spéciale » ! Ceci dit, l’odeur a l’air de s’atténuer au fil des jours. A 2,5€ environ les 500g en magasin bio, ce no poo présente l’avantage d’être très peu onéreux, pour un excellent résultat.

– Les poudres : shikakai, sidr, reetha, kapoor kachli…
Sur ma lancée du rhassoul, je me suis enfin décidée à tester ces poudres qui ont chacune des vertus propres. Je ne vais pas détailler ici, ce serait trop long, mais il suffit de chercher chacune sur internet.
A savoir : la méthode de préparation est à peu près toujours la même, avec de l’eau chaude, et ingrédients en plus si vous le souhaitez.
Attention, le shikakai est TRES irritant, il faut porter un masque.
On fait sa préparation au dernier moment, et ça ne se conserve pas.
On peut utiliser un mixer pour mélanger plus vite.
Et enfin, on peut se faire ses propres mélanges avec différentes poudres pour une formule vraiment personnalisée.
Bon à savoir aussi : pour toutes les poudres, le rhassoul, le henné, on peut commencer par rincer tête à l’avant dans un seau d’eau, qu’on jettera dans les toilettes, pour ne pas boucher ses canalisations !

– Le henné :
Eh oui, le henné est aussi une poudre lavante ! Pas encore testé dans mon cas… Et si vous ne souhaitez pas vous colorer les cheveux, sachez qu’il existe du henné neutre.
Je vous recommande de choisir des hennés de qualité, car il existe des produits mélangés avec tout un tas de substance cracra…

– Le rinçage au vinaigre :
Pour tous les no-poo, une fois que les cheveux sont rincés, on fait un dernier rinçage ‘au vinaigre’ : on dilue un peu de vinaigre de cidre ou de jus de citron dans une bouteille d’eau (ça rétablit l’équilibre acide du cheveux par rapport à l’eau calcaire). Perso, j’ajoute aussi 2 gouttes d’huile essentielle d’Ylang-Ylang dans cette bouteille d’eau, pour parfumer les cheveux…

nopoo-sidr

 

Les petites astuces en plus

Les conseils suivants ne sont pas obligatoires, mais ils vous permettent souvent d’optimiser votre no-poo…

– Laver sa brosse à cheveux tous les jours !
Eh oui, lorsqu’on se brosse les cheveux en mode no-poo, la brosse récupère les poussières et le sébum des cheveux. Il est donc préférable de la laver quotidiennement, par exemple avec du salon d’alep liquide.

– Changer de taie d’oreiller souvent !
Ca paraît un peu bête, mais vos cheveux passent 8h par jour (enfin, par nuit) en contact avec cette taie : si elle est propre, c’est plus simple de garder des cheveux propres !

– S’attacher les cheveux la nuit !
Les frottements contre la taie d’oreiller ont tendance à graisser les cheveux. La solution : le bun nocturne, ou la tresse, si vous préférez…

– S’attacher les cheveux le jour et les planquer !
C’est un des grands secrets quand on est dans la phase « espacement ». Attachés, les cheveux font moins sales. Et sous un bonnet ou un foulard, ils peuvent être gras ni vu ni connu !

– Les shampoings secs !
C’est une des grandes recommandations des adeptes du no-poo. Et par shampoings secs, on ne parle pas des shampoings du commerce souvent peu naturels, mais plutôt d’utiliser de la maïzena, de la farine de pois chiche, du rhassoul, etc, en guise de shampoing sec. Cette technique est utile pour espacer les shampoings en gardant à peu près le moral : le shampoing sec donne un aspect «propre » illico. Mais personnellement, je n’en suis pas fan, car je trouve ça irritant pour le cuir chevelu…

– Le water only !
Le water only est une autre technique permettant d’espacer les shampoings. C’est aussi, pour certaines, le but ultime : ne plus se laver les cheveux qu’avec de l’eau !
Ce n’est clairement pas mon but, mais je l’ai déjà pratiqué pour espacer les shampoings, et c’est étonnamment efficace (ça le sera d’autant plus que vous progresserez dans le no-poo).
La technique, c’est d’alterner les rinçages eau froide-eau chaude-eau froide-eau chaude. Après chaque rinçage à l’eau chaude, on masse bien le cuir chevelu afin de « décoller » le sébum. Les bienfaits se voient d’ailleurs plus le lendemain que le jour même…
Inconvénient de cette pratique : c’est un peu long, et ça utilise pas mal d’eau (écolo s’abstenir !)

– Le gommage du cuir chevelu !
Testé récemment, cette technique vous permet de nettoyer en profondeur le cuir chevelu et d’éliminer les peaux mortes, comme on peut le faire sur la peau.
Dans mon cas, j’ai fait une mixture avec du rhassoul, et j’ai ajouté 2 cuillères de marc de café, puis j’ai massé délicatement mon cuir chevelu, avant de procéder à mon lavage habituel. Effet douceur garanti (et anti-pelliculaire au passage !)

– Le mois sans rien !
Attention, cette pratique peut faire peur ! En fait, il s’agit de ne pas se laver les cheveux (hors shampoings secs et water only) pendant un mois, afin de ré-équilibrer la production de sebum. Ca permet souvent de gagner quelques jours d’espacement entre deux shampoings. Au delà de ça, je penser que ce ‘rite initiatique’ permet de faire de grand progrès dans sa pratique du no-poo, et de lâcher prise sur l’état de ses cheveux…
Je n’ai pas très envie de faire un mois sans rien, car je ne souhaite pas espacer d’avantage qu’une semaine entre 2 shampoings, mais j’ai déjà pratiqué un « 15 jours sans rien » qui a été plutôt bénéfique…

 

Voilà, j’espère que ce billet vous permettra un premier tour d’horizon pas trop compliqué de la technique du « no poo ». Pour aller plus loin, je vous recommande de vous inscrire sur le groupe Facebook « no poo and water only » sur lequel vous pourrez apprendre plein de choses, grâce aux fichiers et grâce aux conversations avec les autres membres.

 

***

Ah oui, et j’oublais l’essentiel : chaque cas est personnel, mais dans mon cas, le bilan du no-poo est plus que positif ! Je peux même dire que cette pratique m’a réconcilié avec mes cheveux que je détestais…

Désormais, je les lave une fois par semaine seulement et je ne souhait pas espacer plus, avec du rhassoul (le dimanche, j’ai plus de temps !). Le samedi reste encore un peu difficile (racines un peu grasses sur l’arrière du crâne) mais c’est gérable… et le reste de la semaine, mes cheveux sont plus épais et plus souples qu’avant, ils sont faciles à coiffer… Je trouve cela incroyable de réaliser que la nature des cheveux n’est pas une fatalité : oui, on peut avoir de « beaux » cheveux, alors même qu’on se croyait condamnés aux cheveux moches !

Conclusion : testez, vous serez peut-être surprise aussi !!

EDIT 15 mars 2016 :

On me signale en commentaire un autre groupe Facebook très utile : « communauté No Poo ». Je ne peux que vous inciter à vous inscrire sur un groupe Facebook, c’est souvent plein d’enseignements pour les petits problèmes qu’on peut rencontrer sur son cheminement no-poo !

Et à propos de cheminement, j’ai évolué de mon côté avec une nouvelle routine, la preuve qu’il faut suivre l’évolution de ses cheveux !

  • Lavage au shikakai avec un oeuf (5 minutes de pose)
  • Souvent précédé d’un masque hydratant : yaourt + gel d’aloé vera + miel, laissé posé 1 à 2 heures
  • Et j’ai totalement abandonné le rinçage au vinaigre qui ne convenait pas à mes cheveux…

 

nopoo-rhassoul

****

**************

****************************

119342beauthellocoton

(enfin dans le dossier « La tendance no-poo » de la sélection Beauté mais ne chipotons pas   😉  )

Rendez-vous sur Hellocoton !
36

Vous aimerez peut-être aussi ...

19 Commentaires

  • Répondre PetitDiable 3 mars 2015 at 10 h 50 min

    Je suis au shikakai depuis juillet dernier et j’en suis ravie!

  • Répondre Albane 3 mars 2015 at 10 h 59 min

    J’ai testé l’oeuf la semaine dernière… bien-sûr on n’obtient pas la brillance d’un shampoing chimique, mais ça lave vraiment. Depuis que je « no poo » aussi, mes cheveux ont vraiment gagné en volume, et ça c’est appréciable !

  • Répondre Sous Une Etoile 3 mars 2015 at 12 h 31 min

    Je suis au shampooing bio, je vais me mettre au shampooing maison pour commencer ! Merci pour ces infos !

  • Répondre Marie Pixies 3 mars 2015 at 13 h 11 min

    Je suis au shampoing bio depuis un an et demi environ, et je teste de temps en temps d’autres techniques. Le water only ne me convient pas, mais peut-être que je n’ai pas fait assez d’alternances eau chaude / eau froide… Le rhassoul marche super bien, ça m’avait surprise !

    Parfois quand je veux tenir le vendredi pour gagner le week-end, j’utilise de la farine de blé en tant que shampoing sec. J’avais vu ça dans une vidéo de Mad Gyver, et ça marche super bien !

  • Répondre Caroko 3 mars 2015 at 14 h 30 min

    Salut! Merci pour cet article génial!!! Ca éclaircit beaucoup de choses!!

  • Répondre gladys 3 mars 2015 at 18 h 28 min

    Excellent conseil par rapport au henné et les canalisations, j’en ai fait l’expérience malgré moi… 😉
    Perso j’ai bien le bicarbonate de temps en temps car ca éclaircit légèrement les cheveux (je suis blonde, donc ça me va, sur les autres teintes je ne sais pas ce que ca donne…)

  • Répondre eclectik girl 3 mars 2015 at 19 h 56 min

    un joli bilan finallement !

    J’en suis a 1 no poo tous les 15 jours.
    J’ai un peu tout testé (BDS, Rhassoul, alep …)
    Mais en ce moment, ma routine, c’est : le henné colorant,
    et 15 jrs apres : un mélange : blanc d’oeuf, compote de pomme, miel, farine de pois chiche.
    Ca lave et ca hydrate, c’est top !

    ++ tous les jours, un spray hydratant ( hydrolat+ aloe vera)

  • Répondre anacoluthe 3 mars 2015 at 20 h 34 min

    @PetitDiable : oui, j’ai lu beaucoup de retours très positifs sur le shikakai… mais je dois dire que je flippe sur cette histoire de « c’est très irritant si on le respire » !!
    C’est vraiment à ce point, ou c’est gérable sans appeler SOS médecins 😉 ?!

  • Répondre anacoluthe 3 mars 2015 at 20 h 39 min

    @Albane : oui, l’oeuf, ça lave super bien !
    Pour la brillance, celle des shampoings chimiques est un peu trompeuse, avec les silicones qui gainent (puis étouffent !) les cheveux. Ils sont brillants au début, puis de moins en moins…
    La poudre kapoor kachli est pas mal pour obtenir de la brillance, sinon…

  • Répondre anacoluthe 3 mars 2015 at 20 h 41 min

    @Sous une étoile : au shampoing maison, c’est quoi ça ? Des shampoings que tu fabriques toi-même ?
    (je débute là-dedans, je vais me lancer dans la mousse nettoyante visage faite maison, déjà…)

  • Répondre anacoluthe 3 mars 2015 at 20 h 45 min

    @Marie Pixies : Pour le water only, j’ai lu sur le groupe qu’il ne faut pas attendre que les cheveux soient trop sales pour que ça marche…
    et autre astuce (en plus d’alterner le chaud/froid, donc) se laver les mains 2 ou 3 fois au cours du no poo, car le sébum passe sur les mains, c’est logique… mais bon, c’est un peu compliqué, et je pense qu’il fait le faire si on est déjà un peu avancé dans la démarche no poo…

    Ah oui, de la farine de blé, pourquoi pas, ça doit marcher effectivement ! Après, ça dépend de la couleur de tes cheveux, pour que ce shampoing sec home made ne soit pas trop visible…

  • Répondre anacoluthe 3 mars 2015 at 20 h 46 min

    @Caroko : mais je t’en prie, super si ça te semble plus accessible, c’était l’objectif !

  • Répondre anacoluthe 3 mars 2015 at 20 h 49 min

    @gladys : oui, je dois investir dans une bassine, d’ailleurs…
    Sinon, il parait que le marc de café débouche le canalisations, ou aussi un mélange bicarbonate/gros sel, sur lequel on verse du vinaigre blanc chaud…

    Alors là, je ne savais pas du tout que le bicarbonate éclaircit les cheveux !
    Là, je teste le kapoor kachli qui éclaircit aussi, paraît-il…

  • Répondre anacoluthe 3 mars 2015 at 20 h 53 min

    @eclectik girl : ahhhh, le henné colorant, c’est ma prochaine étape, mais je flippe beaucoup, peur que ça soit moche ! J’essaie de chercher des infos, mais je m’y perds un peu, j’ai commencé un fichier synthétique en bonne flippe…

    Il a l’air bien, ton mélange ! Maintenant que j’ai testé la farine de pois chiche, je crois que je vais la mélange à d’autres poudres (sidr, rhassoul) pour obtenir MON shampoing idéal… et la compote de pommes, je voudrais tenter aussi, tiens…

  • Répondre Corinna 4 mars 2015 at 9 h 17 min

    Il sonne bien! Je voudrais essayer.

  • Répondre Emilie CH 15 mars 2016 at 11 h 51 min

    Bonjour, super article. Je me permet de compléter par un groupe FB « communauté No Poo ». C est très complet par les nombreux fichiers expliquant les techniques et ingrédients. N hésitez pas à vous lancer.

    • Répondre anacoluthe 15 mars 2016 at 12 h 04 min

      C’est un nouveau groupe Facebook ? Je vais le mettre en édit, car oui, c’est vraiment sur les groupes qu’on apprend plein de trucs !

  • Répondre Marie 15 mars 2016 at 15 h 43 min

    Salut merci pour l’article !

    Tu précises dans ton édit que tu fais poser un masque hydratant/nourrissant avec du yaourt du miel et du gel d’aloe Vera, or ces 3 ingrédients sont hydratants et non nourrissants. Il n’y a donc pas de gras dans ton masque. C’était pour la petite précision. :)

  • Répondre anacoluthe 21 mars 2016 at 23 h 30 min

    @Marie : hello, désolée ton commentaire était passé en indésirable, je viens seulement de le voir ! Mais oui, tu as parfaitement raison, je corrige…

  • Laisser un commentaire