Culture Tourisme & Sorties Vu !

« Passions secrètes » : la nouvelle expo d’art contemporain du Tri Postal à Lille !

24 novembre 2014
Jacob Kassay - Untitled - 2010

Jacob Kassay – Untitled – 2010

 

A Lille, on a nos petits rituels artistiques : l’été à la Gare Saint-Sauveur, l’hiver au Tri Postal, c’est le grand cycle de la vie… culturelle !

Et je dois dire que j’aime bien ces rendez-vous avec l’art contemporain… L’an dernier, j’avais visité l’expo Perrotin du Tri Postal avec Mini-Monstre en Second. Un moment fort, pour elle comme pour moi, que cette confrontation avec ses émotions fortes ressenties face aux œuvres.

Cette année, j’ai découvert l’expo Passions Secrètes dans un autre contexte, à l’occasion d’une visite spécial blogueurs où nous étions guidés par un médiateur culturel.
Après les œuvres majeures sélectionnées par le célèbre galériste Emmanuel Perrotin, ce sont cette fois pas moins de 18 collectionneurs belges qui nous invitent à découvrir leurs plus belles pièces.

Deux saisons, deux expositions, deux visites diamétralement opposées, qui m’ont fait réaliser qu’il y a je crois  deux manières d’apprécier l’art contemporain :

Comme l’enfant, se laisser porter d’œuvre en œuvre au gré de ses émotions et de ses sensations, se laisser surprendre par l’intriguant, le monumental, le répugnant, l’amusant, le terrifiant, le coloré, le plat, le grand, le blanc…

Et puis, emmené par un guide, analyser et disséquer le fond et la forme, mettre les œuvres en perspective dans l’histoire de l’art, tenter d’en percer la signification, se poser de grandes questions : Où commence la réalité, où finit l’art ? Quelle est la place du spectateur dans l’oeuvre ? Quel est notre regard sur la vie, la mort ?

Ressentir ou comprendre ? Déambuler ou analyser ? Je ne sais pas trop quelle approche je préfère, un peu des deux sans doute, et peut-être idéalement l’une puis l’autre… Dans tous les cas, je sais que je ressors toujours des musées comme apaisée, le regard lavé, des émotions et des questions plein la tête…

Et vous, ça vous parle, l’art contemporain ? Comment l’abordez-vous ?

 

****

Visiter l’exposition Passions Secrètes :
Le Tri Postal, 105 Centre Euralille, juste à côté de la Gare Lille Flandres (coucou les parisiens, c’est juste à 1h de chez vous !)

Du 10/10/14 au 04/01/15
www.lille3000.com

A noter dans vos agendas culturels :
Les Nuits du Tri Postal : DJ’s, VJ’s & art contemporain au programme, entre 22h et 4h du matin… Nuit #1 A nous York, vendredi 28 novembre – Nuit #2 Christmas Soul Party vendredi 12 décembre.

Et la grande folie de Lille 3000 recommence en septembre 2015 pour 4 mois avec des très nombreux événements : après Bombaysers de Lille, Europe XXL et Fantastic, place cette année à Renaissance, hâte d’y être !

****

 

 

Juan Munoz - Stockholm - 1986

Juan Munoz – Stockholm – 1986

Dan Graham - Rectangle inside cylinder - 2008

Dan Graham – Rectangle inside cylinder – 2008

Thomas Struth - Le public, galerie de l'Académie, Florence - 2004

Thomas Struth – Le public, galerie de l’Académie, Florence – 2004

Jan Fabre - The hanged - 1979

Jan Fabre – The hanged – 1979

Lili Dujouri - Impérialisme américain - 1972

Lili Dujouri – Impérialisme américain – 1972

****

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

4 Commentaires

  • Répondre MissBrownie 24 novembre 2014 at 16 h 28 min

    Elle est interdite au moins de quel âge cette expo ??? 😉

  • Répondre anacoluthe 25 novembre 2014 at 10 h 58 min

    @MissBrownie : ah ah, en référence au pendu ? Mais attends, c’est un pendu en habit de boule à facettes, les enfants vont adorer !!

    Non mais peut-être qu’il y a quelques oeuvres où on ne s’attarde pas, mais globalement, ça va, je pense…

  • Répondre Calou 26 novembre 2014 at 16 h 52 min

    Franchement, l’art contemporain, j’ai essayé, souvent, beaucoup, à Paris, en province, à l’étranger, dans des musées ou des galeries, avec des guides ou en laissant parler mes sens ou mes émotions et je dois avouer que je suis réfractaire, perdue pour la cause. Et après avoir beaucoup réfléchi à cela, il me semble que c’est parce que, pour moi l’art doit être une embellie, il doit magnifier, l’art, c’est le beau. Or, l’art contemporain, je trouve ça laid ou anecdotique et je ne parviens pas à dépasser cela.

  • Répondre anacoluthe 27 novembre 2014 at 18 h 48 min

    @Calou : je comprends ce que tu veux dire… c’est amusant, parce qu’en sortant de l’expo, je me suis justement fait la réflexion que j’appréciais l’art contemporain parce que je sais qu’il n’y a pas QUE l’art contemporain, qu’il existe aussi des oeuvres dont le beau est l’intérêt principal…
    Mais c’est vrai que dans l’histoire de l’art, l’esthétique est devenu anecdotique, limite antinomique avec l’art aujourd’hui !

    (je pense que le basculement a eu lieu avec Kant, quand on est passé de la beauté comme norme éternelle et objective à la beauté comme jugement subjectif du spectateur sur une oeuvre… et aujourd’hui, on en est carrément à : c’est le spectateur qui transforme n’importe quel objet – beau ou moche – en oeuvre…)

  • Laisser un commentaire