Humeurs Maman

La maïeutique m’a tuée…

30 juillet 2010

Vacances obligent, c’est la saison officielle des rediffusions… Voici donc un Special Summer Remix, avec quelques-uns de mes vieux billets, à découvrir ou à re-découvrir, pour les (rares) lecteurs préférant l’écran PC à l’écran total… A très bientôt, les amis !

Oui, ceci est bien un cordon ombilical certifié sanguinolent...

Maintenant qu’on se connaît un peu, il est grand temps que je vous raconte mon accouchement.

Revenez, les gars, je déconnais !

Oui enfin, pas tant que ça, car il faut savoir que tôt ou tard et qu’on le veuille ou pas – et en général on veut pas – toute femme ayant accouché se doit de vous faire ce récit du plus beau jour de sa vie.

Bon, enfin, je vous épargnerais les détails Gore parce que si on savait avant comment ça se passe vraiment, la France se dépeuplerait en moins de 10 ans, comme Florence Foresti l’a dit si justement…

Pour la version expurgée de ma mise à bas, on se concentrera uniquement sur le fait que le Héros a complètement merdé ces deux jours-là, ou plutôt ces deux nuits-là.

La première fois, quand je l’ai d’abord réveillé pour lui dire que « Ca y était », il m’a grommelé un « Mais tu veux pas essayer de te reposer, plutôt, ma Chérie ? ».

Et quand je l’ai re-réveillé pour lui dire que « Bordel, ça y était vraiment, là » il s’est soudainement dit qu’il fallait absolument qu’il aille prendre une longue douche, histoire qu’un de nous deux au moins soit frais et dispo pour accoucher.

La deuxième fois et l’expérience aidant – l’expérience est mère de toute science, sais-tu pas – j’ai décidé qu’au lieu de somnoler le Héros allait participer.

Je lui ai confié une mission, une mission à la con : compter mes contractions. Oui, pendant que moi j’affrontais vaille que vaille tous ces détails Gore qu’on peut pas raconter, il devait simplement chronométrer, pour qu’on puisse se mettre en route à temps vers la maternité.

« On en est où, là ? » que je lui ai geint au bout d’un moment

Il a consulté son petit papier d’un air distrait « Oh, on est large, là, ma Chérie, t’es à 1 contraction toutes les 7 minutes… »

« TOUTES LES 7 MINUTES !! » j’ai répondu plus du tout en geignant « Mais Putain, je t’avais dit qu’il fallait partir à la maternité quand on en était à une toutes les 10 minutes !!! »

« Ah non, non, je suis formel, tu m’as dit une toutes les 5 minutes, je me souviens bien, quand je cherchais un crayon, tu as dit que… »

« Mais Bordel de Merde, on va discuter le bout de gras pour savoir qui a raison ou pas, JE SUIS EN TRAIN D’ACCOUCHER, LA » que j’ai hurlé comme une furie en m’extrayant du lit…

J’ai pas hurlé quand on est enfin arrivé à la maternité, et que l’anesthésiste m’a annoncé sans ciller que la péridurale fallait plus y compter « parce que vous êtes arrivé beaucoup trop tard, enfin Madame »…

J’ai pas hurlé mais je crois que le Héros a vu dans mon regard que je pensais très fort à le tuer dès la sortie de la maternité, et comme il voulait pas en baver pendant les 10 prochaines années, il s’est enfin bougé.

Il a pris l’anesthésiste à part, il a lui a murmuré un truc entre « divorce imminent » et « ma vie en dépend », et au bout de 2 minutes le gars est revenu enfin me faire une piqûre en soupirant.

Et puis voilà, après, y’a tous ces moments qu’on raconte pas aux gens parce qu’on a peur d’être Gore…

Et puis encore après, ce moment qu’on raconte pas aux gens parce qu’on a peur de pas trouver les mots :

Un petit d’homme sort de ton corps, et t’avais beau être au courant depuis 9 mois, c’est comme si tout à coup tu vivais une incroyable révélation, la magie et le mystère de la création…

Tu es ici et maintenant pour l’éternité, tu es toutes les femmes qui ont accouché, tu es la vie et la mort réunis… et alors que 10 minutes avant tu t’étais juré de ne plus jamais-jamais ré-accoucher, tu remercies en pleurant que la chance t’ait été donné de connaître un seul instant comme celui-ci dans toute ta vie…

Et voilà comment encore-encore après, des années plus tard, tu chiales en écrivant un Récit qui se voulait juste marrant.

Il serait peut-être temps que je vous raconte la version Gore, non ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

17 Commentaires

  • Répondre sabine 30 juillet 2010 at 9 h 30 min

    Le Gore, le Gore, le Gore!!!!!!!! (c’est pour cacher mon émotion!)

  • Répondre anacoluthe 30 juillet 2010 at 9 h 37 min

    @Sabine : dis-moi, même à la 4ème fois, ça fait ça, ou alors on est limite blasée ?! (question con, j’imagine la réponse !)

  • Répondre dahoé 30 juillet 2010 at 11 h 27 min

    dis donc le Héros, jamais 2 sans 3, j’espère que la prochaine fois tu seras un peu plus sur le coup ! bon, j’ai bien ri … mais dis moi Anacoluthe (dis à la nullipare ignorante et apeurée que je suis) les contractions, c’est comme un genre de douleur de règles en vachement plus intense ou bien c’est différend ? si oui, en quoi ? c’est dans les reins aussi, hein, c’est ça ? oh la vache, ce doit être terrible …

  • Répondre bergamote 30 juillet 2010 at 13 h 56 min

    Je viens de faire la lecture de ton billet à mon Homme on a bien rit! Merci de nous avoir replongé dans ces « joyeux » moments de notre existence.

    Donc je vais moi aussi te raconter nos expériences, tu vas voir que ton Héros est pas le seul à avoir foiré.

    Premier épisode, nuit d’un samedi à dimanche, je réveille mon Homme, qui lui aussi s’en va se faire beau (douche+rasage+choix d’une chemise+pantalon) pendant que je patiente devant la télé (la chaîne météo qu’il m’avait branchée au cas où je déciderais finalement d’aller à la plage!). Bref, une bonne dizaine d’heures plus tard, l’Homme accablé par la chaleur d’une journée de juillet étouffante, voit naître son premier Bout de Chou, mais le voilà qu’il se met à discuter technique de point de suture avec la Sage Femme. Je te laisse imaginer mon état d’énervement!

    Deuxième épisode, rebelotte pour un dimanche, de grand froid cette fois, et l’Homme n’avait même pas déplacé sa garde! Donc ce qui devait arriver arriva….. avant de câliner son deuxième Bout de Chou, le voilà qu’il s’en va de la maternité pour aller soigner un chien! Bon la Nature ne me faisant pas accoucher en moins de 15 heures, il est revenu à temps pour assister à la partie Gorre, et accueillir sa deuxième Princesse (le sosie de la première, ça me sidère encore!).

    Je t’envoie aussi un message Spécial Vacances sur ton adresse mail habituelle. Bises.

  • Répondre dahoé 30 juillet 2010 at 16 h 26 min

    @ anacoluthe et bergamote : mais … y sont au courant vos époux qu’ils vont à des accouchements et pas un défilé cerruti pour hommes ? c’est quoi cette manie de se mettre en beauté au coeur du moment critique ?

  • Répondre bergamote 30 juillet 2010 at 17 h 14 min

    Bizarre ce comportement! Faut peut être chercher du coté psy, genre je me retrouve seul avec moi même avant d’être en charge d’une petite chose hurlante et baveuse! En tout cas le mien a mouru de chaleur, il a regretté ses efforts de tenue pour acceuillir Fille Aînée!

  • Répondre anacoluthe 30 juillet 2010 at 18 h 00 min

    @dahoé : oui, c’est ça, comme les règles mais aussi dans les reins, c’est comme une vague, tu la sens arriver, monter, monter, et puis partir…
    MAIS :
    – on est super contente d’accoucher, en fait, parce que c’est après 9 mois de grossesse, et qu’on a hâte que ça se termine !
    – les contractions, ça s’apprivoise, si on arrive a se relâcher : sophro et yoga, ça aide !
    – et surtout, surtout, la péridurale, c’est miraculeux, d’un coup, hop, tu ne sens plus rien, même au fameux moment du « poussez madame » (moi je lisais un magazine 5 mn avant de pousser , pour te dire)
    – et puis, et puis… Un bébé, ton bébé, qui surgit d’entre tes jambes, c’est tellement hallucinant, que tu oublies tout le reste aussitôt !

  • Répondre anacoluthe 30 juillet 2010 at 18 h 08 min

    @bergamote : Ah ah, pas mal aussi, ton homme ! ouf, il a failli manquer la « mise a bas » mais il tout juste ! (imagine s’il avait assisté à la mise à bas » d’une chienne plutôt que de toi, la boulette !!

  • Répondre anacoluthe 30 juillet 2010 at 18 h 11 min

    @dahoé et Berga : je sais pas… Ma théorie, c’est qu’ils essaient jusqu’au dernier moment de garder un semblant de contrôle et de civilisation, avant de basculer dans la violence incontrôlable de Dame Nature (la p***)
    mais en tt cas, j’aimerai pas être a leur place, je préfère agir que regarder (je crois que je tomberais dans les pommes !)

  • Répondre dahoé 31 juillet 2010 at 10 h 44 min

    bon ben comme JE DOUILLE UN MAX pendant mes règles, voyons le côté positif, je serai déjà habituée à cette douleur … gros bisous les mamans et merci pour les infos !
    ps : anacoluthe, très chère, sais-tu que « miam-miam » est diffusé lundi soir sur France 2 ?

  • Répondre anacoluthe 31 juillet 2010 at 15 h 23 min

    @dahoé : (et puis, c’est que quelques heures dans toute une vie !)
    Merci pour l’info Miam Miam !

  • Répondre Mélisse 3 août 2010 at 14 h 24 min

    question de nullipare : pourquoi tu lui as pas collé un bourre pif ? y’a pas d’immunité parturiente ce jour là ?

  • Répondre Cilaïne 4 août 2010 at 17 h 28 min

    AAAAHHHH, je ne m’en lasse pas de ce billet !
    (mais quand-même, la photo……elle y étais, la dernière fois ?!….j’ai bien ri)

  • Répondre Cilaïne 4 août 2010 at 17 h 29 min

    (sorry, pas eu le temps de corriger ma boulette orthographique)

  • Répondre anacoluthe 5 août 2010 at 23 h 43 min

    @mélisse : il aurait fait peur au bébé, avec un œil au beurre noir !

  • Répondre anacoluthe 5 août 2010 at 23 h 44 min

    @cilaïne : ah non, la photo c’est nouveau !! (c’est le billet souvenirs- souvenirs)

  • Répondre Mon bébé, ma fierté, mon tout premier pain complet aux céréales et graines de pavot… | la vie est une anacoluthe 13 février 2014 at 10 h 56 min

    […] presqu’accouché sans péridurale à cause de la manière très personnelle qu’avait mon mari de compter les intervalles entre les […]

  • Laisser un commentaire