Maman

Je suis en plein ado-blues… (Maman d’ado#2)

10 février 2014

 

ado

Je suis en plein ado-blues.

L’ado blues, c’est comme le baby-blues mais en pire, parce qu’on ne peut même pas faire poutou-poutou-choubidou-sur-le-bidou de son ado quand il sort du bain.
(Et je vous déconseille fortement de tenter de le faire…)

Mais sinon, pareil.

Même sentiment de ne pas comprendre ce qui vous tombe dessus, même impression d’être débordé par les événements, de ne jamais faire ce qu’il faudrait, et au final, même énoooorme remise en question sur la maternité.

La grosse arnaque de la maternité. On t’a vendu l’amour inconditionnel et le sens de la vie, et tu te retrouves à enchaîner vomito et caca-pipi, sans même soupçonner que ce bébé qui te pourrit tes nuits est une bombe à retardement qui dans à peine 13 ans va en prime te pourrir la vie.

Je n’avais pas vocation à être ennemie numéro un par intermittence d’un être humain, moi.
« T’tes façons, vous comprenez rien, vous m’avez jamais aimé, vous faites rien qu’à m’embêter »

Je n’imaginais surtout pas devenir le modèle établi à abattre, moi qui ait si peu de certitudes quant à la conduite de ma vie.

Je n’aspirais pas plus à être grand gardien des petits règlements alakon – pas de PC après 21h et merci de débarrasser ton goûter – tellement alakon qu’il serait quand même plus simple de les respecter plutôt que de perdre son énergie à les discutailler.

Le mystère de l’énergie chez les ados : comment des êtres qui en sont si dépourvus la plupart du temps et particulièrement le dimanche matin entre 8 et 12h30 peuvent-ils ainsi la gaspiller dans des combats perdus d’avance ?!

Cherchez pas, c’est hormonal, ça leur passera un jour dans… longtemps !

Et c’est pour ça que l’ado blues, c’est pire que le baby-blues : c’est un big bazar hormonal mais dans la tête de quelqu’un d’autre, et qui dure 3 ans et pas 3 semaines seulement…

***

Bon, quand je vois comme j’apprécie la relation d’adulte à adulte que j’ai aujourd’hui avec mes parents, je garde un peu d’espoir sur ce qui, un jour peut-être, sera entre mon ado et moi…

 

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

12 Commentaires

  • Répondre Luna Part 10 février 2014 at 16 h 09 min

    Mais oui faut relativiser… tu te souviens comment elle pouvait t’énerver ta mère quand t’étais en 4ème et qu’elle comprenait rien à tes envies, à ta vie ? 😀
    (c’est mon antidote : repenser à ma mère il y a 30 ans)

  • Répondre l'expat de biarritz 10 février 2014 at 16 h 16 min

    Alors… 1° garder à l’esprit que l’ado s’oppose à ses parents POUR SE CONSTRUIRE et pas parce-que ses parents sont réellement « des cons qui font rien qu’à faire chier ».
    2° En parler avec nos parents, qui ont pris du recul sur le sujet. Quand je vois mon père (avec qui j’ai une super relation) me répondre hilare « c’est bien fait pour toi » quand je trouve que ma fille est dans l’opposition systématique… Il semblerait que petite je n’ai pas été qu’amour et obéissance.
    3° Affirmer avec un grand sourire serein : « il est normal que tu sois dans l’opposition à ton âge, ça fait partie de la construction de soi, néanmoins, et dans ton intérêt, je maintiens l’interdiction d’écran après 21h ». Ça ne va pas calmer ta fille, mais ça te fera un bien fou.

    Bon je dis ça, mais la mienne a quitté la période d’opposition de la petite enfance et n’est pas encore pré-ado… Nous sommes en pleine lune de miel. Je savoure 😉

  • Répondre Chris 11 février 2014 at 10 h 49 min

    Je garde en mémoire une phrase prononcée par ma pédiatre : nous pouvons être les meilleurs parents du monde, notre enfant aura toujours des reproches à nous faire. Ca m’a servi de mantra à l’adolescence des miens.

  • Répondre anacoluthe 11 février 2014 at 11 h 38 min

    @Luna Part : j’étais plutôt cool avec mes parents, heureusement pour eux, mais malheureusement pour moi : je n’ai pas trop de références, du coup !

  • Répondre anacoluthe 11 février 2014 at 11 h 42 min

    @l’expat de biarritz ; je suis totalement d’accord avec tout ce que tu dis.
    Mais c’est un peu comme avec le célébrissime « j’élève mon enfant » de L. Pernoud : entre le lire et le vivre, il y a une marge, et c’est dans ce p***** d’intervalle que se trouvent tous les problèmes !!

  • Répondre anacoluthe 11 février 2014 at 11 h 46 min

    @Chris : c’est un bon résumé, en effet, ça peut aider !
    Après, même si c’est « normal », il n’en reste pas moins que je trouve ça… comment dire ? « désagréable » de traverser cette période de conflits alakon !

  • Répondre clairou 11 février 2014 at 15 h 08 min

    huhu je compatis.

    J’ai une petite Terrible Two à la maison qui dit NON environ 60 fois par jour. Un petit tyran de seulement 10kg alors bon quand il y en a marre, je chope le petit gigot. hop …. dans le lit à barreaux et je ferme la porte!
    Il y a quelque chose qui m’inquiète, l’ado ne faisant plus 10kg, on fait comment?!?

    Je te souhaite une crise de très, très, très courte durée… courage ! Après la pluie vient le beau temps…

  • Répondre Liliba 11 février 2014 at 15 h 26 min

    Allez courage, il n’y a que quelques années à passer 😉

  • Répondre MissBrownie 11 février 2014 at 16 h 20 min

    Arf, ado, je ne me suis pas rebellée contre mes parents parce qu’ils ne m’en donnaient pas l’occasion. Enfin j’ai tout de même râler parce que c’était trop nul d’habiter à la campagne et de ne pas avoir de scooter.

    Par contre, je sens que mes doudoux auront plus de raisons de râler donc je redoute … Mais Chupa a déjà l’art et la manière de me faire sentir nulle.

  • Répondre anacoluthe 12 février 2014 at 12 h 41 min

    @Clairou : hu hu, eh bien je te retourne tes souhaits de bon courage, et j’espère aussi que ces terrible Two ne dureront pas trop ^-^

  • Répondre anacoluthe 12 février 2014 at 12 h 42 min

    @Liliba : oui, et quand ce sera passé, je chouinerai que mes ados sont partis de la maison et que c’est trop triste (jamais contente 😉 !)

  • Répondre anacoluthe 12 février 2014 at 12 h 43 min

    @MissBrownie : ah oui, l’enfant qui vous fait vous sentir nulle, c’est dur, ça… Et ils savent souvent appuyer là où ça fait mal, comme une sorte de 6ème sens !

  • Laisser un commentaire