Beauté

A même la peau

20 janvier 2014

 

Etre fauché, c’est arbitrer en permanence entre l’essentiel et le superflu, ce qu’on estime nécessaire ou pas d’acheter.

Le cas s’est posé très concrètement à moi quand je suis tombée en panne de parfum, mon parfum chéri, Ambre Sultan de Serge Lutens.

D’abord, j’ai pensé faire sans. Je me suis imaginé vagabonde des senteurs, testant enfin tous ces échantillons accumulés après de longues années d’achat beauté.

J’ai tenu quelques mois comme ça. Je sentais bon, je crois. Mais je ne sentais pas moi. Et ça, c’était troublant.

De tous les sens, l’odorat est pour moi le plus intime, celui qui en quelques secondes réveille les sensations, les bons et les mauvais souvenirs, et même – surtout – qui j’étais quand je le portais.

J’ai eu quelques années d’intolérance olfactive, et d’absence de parfum. Pendant et après mes deux grossesses, l’odeur chimique m’insupportait, particulièrement dans les produits de beauté et les parfums. Je suis passé au bio pour les soins de la peau. Et pour les parfums, plus rien.

Jusqu’à Ambre Sultan, il y a quelques années. J’avais entendu parler de Serge Lutens. Lillois. Sensible. Secret et différent.

Quand j’ai senti Ambre Sultan, je me suis reconnue. J’aime en lui qu’il ne s’impose pas par son sillage, comme tant d’autres importuns. Il faut pour le sentir, doucement s’approcher, à même la peau, au creux du cou, humer.

Alors on sent. L’ambre boisé, auquel se mêlent la vanille et le myrte, le santal, la coriandre.
Il a ceci de troublant qu’il est changeant au fil du temps.

Ambre Sultan, c’est un parfum de peau, la mienne, et j’ai jugé au bout de quelques mois qu’il m’était essentiel : je l’ai racheté, même fauchée.

ambre-sultan

Et puis – je ne sais pas si vous vous souvenez que j’avais participé à un concours sur le blog de Mai – j’ai reçu quelques semaines plus tard le parfum Si de Georgio Armani.

« Tu arrives tard, Ami » je lui ai d’abord dit.

Mais comme son flacon me plaisait, je l’ai posé-exposé dans ma salle de bain. Je lui disais bonjour tous les matins.

Et puis, un jour, l’idée : le vaporiser sur mes cheveux, un nuage dans les airs dans lequel je me glisse, en secouant la tête. Et l’alchimie a pris : « Patchouli entrelacé de bois blond, d’ambre et de nuances musquées », telles sont les notes de fond de Si.

Et alors que sur ma peau, je le trouvais trop présent, j’aime qu’il laisse dans mes cheveux son sillage discrètement.

Serge à même la peau – changeant selon les heures du jour – et le souvenir de Georgio qui s’échappe au gré du vent, c’est aujourd’hui ce que je suis, ce que je sens…

si-armani

***

**************

****************************

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

14 Commentaires

  • Répondre Ma Tribu et Moi 20 janvier 2014 at 10 h 14 min

    Comme une envie de me glisser dans ton sillage pour attraper fugacement une échappée de parfums :)
    Quant à moi, après de longues années à multiplier les partenaires olfactifs, je suis enfin fidèle, j’ai trouvé celui qui me colle à la peau : Very Irresistible de Givenchy, Je ne le porte pas tous les jours, mais par contre Fiston réclame régulièrement à ce que j’en laisse l’empreinte sur mon écharpe, qu’il garde pour dormir.

  • Répondre Albane 20 janvier 2014 at 10 h 19 min

    Tiens, tu me donnes envie de me parfumer ce matin (j’en ai un peu perdu l’habitude)… je suis fidèle à l’Air du temps de Nina Ricci, et en plus le flacon est très joli !

  • Répondre l'expat de biarritz 20 janvier 2014 at 10 h 40 min

    Pas un jour sans mon parfum. Mais jamais de sillage vaporeux. Comme pour toi, il faut entrer dans ma sphère privée pour le deviner. J’en vaporise aussi parfois un peu dans mes cheveux (mais bon, je mets tellement de trucs dans mes cheveux…)

  • Répondre anacoluthe 20 janvier 2014 at 11 h 40 min

    @Ma Tribu et Moi : ohhhh, c’est mignon ton fiston qui sniffe ton parfum…
    Ce petit rien qui nous évoque pourtant quelqu’un, c’est bizarre, hein…

  • Répondre anacoluthe 20 janvier 2014 at 11 h 42 min

    @Albane : ah oui, le flacon avec des oiseaux, c’est vrai qu’il est beau… Je ne connais pas son odeur, mais j’ai toujours adoré le nom de ce parfum, je trouve ça très juste, très poétique « l’air du temps »…

  • Répondre anacoluthe 20 janvier 2014 at 11 h 47 min

    @l’expat de biarritz : oui, c’est vraiment pas la même approche, parfum de peau ou de sillage…

    L’exemple type de sillage, pour moi c’est Angel, très puissant, très présent, limite envahissant (enfin, ça me faisait surtout ça quand j’étais devenue intolérante aux odeurs chimiques, ça passe mieux maintenant).

  • Répondre Marylin 20 janvier 2014 at 17 h 47 min

    Et ben c’est drôlement bien écrit, en tout cas !
    Et je t’y vois presque, entrant la tête dans le petit nuage olfactif….^^

    Chez moi aussi, l’odeur a une très grande importance, avec plein de pouvoirs magiques comme celui de te faire voyager dans le temps et l’espace.

    Tout ça pour dire que pendant longtemps j’ai mis « Rem » de Réminiscence : il me rapprochait de la mer à chaque vaporisation.

    Mais il me rend un peu mélancolique maintenant, sans doute parce que la personne qui me l’avait fait découvrir n’est plus là.

  • Répondre Stelda 20 janvier 2014 at 21 h 52 min

    On te sent un petit peu mélancolique : c’est vrai qu’un parfum, c’est un bout de soi. Et je comprends qu’il t’ait manqué.

  • Répondre Catherine 21 janvier 2014 at 1 h 25 min

    Je suis dans un désert olfactif..
    parfumée longtemps…il y a longtemps par Barinya d’Helena Rubistein
    impossible d’en acheter depuis longtemps la production est arrêtée. Je n’ai jamais retrouvé un parfum qui me convenait vraiment….

  • Répondre anacoluthe 23 janvier 2014 at 10 h 34 min

    @Marylin : rhooo merci, le parfum a ce pouvoir magique de m’inspirer tout plein de choses…
    Voyager dans le temps et l’espace, tu as tout à fait raison, ça peut faire revivre des instants, des personnes, évanouis, quelquefois c’est bien, quelques fois pas…

    J’aime bien les parfums Réminiscence, ils sont subtils, je ne connais pas Rem, tu me donnes envie de le sentir !

  • Répondre anacoluthe 23 janvier 2014 at 10 h 37 min

    @Stelda : je ne sais pas si je suis aussi mélancolique que ça dans la vie, mais par écrit, je tends souvent vers ça, je ne sais pas trop pourquoi… Je comprends maintenant les cinéastes qui disent que c’est + facile de filmer la tristesse que la comédie !!

  • Répondre anacoluthe 23 janvier 2014 at 10 h 40 min

    @Catherine : un parfum qui s’arrête, c’est terrible, ça, beaucoup plus que n’importe quel autre produit de beauté dont la production s’arrête…
    J’espère que Serge Lutens continuera longtemps !!

  • Répondre Pépée 23 janvier 2014 at 10 h 49 min

    hello, je découvre ton blog sur un appel de serge lutens. Mon parfum… mais moi, c’est « féminité du bois ».
    je suis profondément fan de serge lutens (sans les avoir jamais porté, j’ai plaisir à tous les sentir). c’est un parfumeur de génie !
    ta description de « si » m’intrigue beaucoup car je retrouve des notes de féminité du bois… je vais aller le sentir, histoire de…
    à très bientôt
    pépée
    http://www.manetattitude.wordpres.com

  • Répondre anacoluthe 23 janvier 2014 at 11 h 14 min

    @Pépée : tu veux dire que Serge Lutens t’a téléphoné pour te dire qu’il adorait mon billet ?!! 😉

    Je suis aussi ultra fan de ce parfumeur, il a vraiment une approche très personnelle, entre artisan et créateur…

    J’aime beaucoup sa manière de « raconter sans tout dire » : chaque parfum part d’une histoire, d’une expérience, mais il n’y a pas de communication classique autour (égérie-photos-positionnement), ce qui permet de s’approprier le parfum avec une part de mystère, je trouve…

    Et il me semble avoir lu aussi que les matières premières qu’il emploie sont plus recherchées que chez les autres…

    Pour le parfum SI, je le trouve très différent en notes de tête et notes de fond, tu me diras…

    J’ai découvert aussi ton chouette blog et tes chouettes illustrations.
    Je remets l’adresse ci-dessous, car petit bug dans celle que tu avais mise :

    http://www.manetattitude.wordpress.com

  • Laisser un commentaire