Tourisme & Sorties

Carnets de voyage imaginaires, de Bruxelles à Buenos Aires…

19 décembre 2013

bruxelles

Un jour, un certain Georges Clémenceau a déclaré que le meilleur moment de l’amour, c’est quand on monte l’escalier.

103 ans plus tard, une certaine Anacoluthe LeBlog a déclaré que le meilleur moment d’un voyage, c’est quand on fait les préparatifs.

Conclusion : ce n’est pas parce que je ne pars pas en vacances que je vais me priver du plaisir de les préparer !

Alors, en numéro un des villes où je voudrais aller si je partais en week-end, on trouve… Bruxelles !

Bruxelles, c’est le dépaysement garanti juste à côté, une ville aussi tendance que cool. Et c’est clair qu’avant-gardiste ET sympa, ça nous change un peu de la capitale de la France ! Mais quel serait donc mon programme idéal – et surtout inédit ! – dans cette ville que je connais déjà assez bien ?!

> Dormir à Bruxelles : l’hôtel Pantone !

pantone-hotel

J’ai déjà dormi plusieurs fois à Bruxelles, mais mon fantasme absolu de graphiste contrariée, ce serait l’hôtel Pantone : beaucoup de blanc, une couleur par étage, un design cohérent des coussins aux tasses à café, j’adore !

 

> Déjeuner à Bruxelles : la librairie Cook and Book !

cook-book

Voilà un concept que j’aurais aimé imaginer : prenez une librairie, prenez un restaurant, mixez les deux, découpez en tranches selon les genres littéraires, saupoudrez de bonnes musiques et d’un zeste de tendance, et vous obtenez : Cook and Book !

On vient donc chez Cook and Book pour acheter un livre, et puis on reste déjeuner au restaurant, et puis on reste encore pour se promener à travers toutes ces ambiances originales et variées, une caravane AirStream pour les livres de voyage, une trattoria pour les livres de cuisine, etc.

Transformer l’achat d’un livre en expériences à vivre des bons moments, mais quelle idée de génie !

 

> Se cultiver à Bruxelles :la Maison Particulière

maison-particuliere

La Maison Particulière, c’est une association à but non lucratif rassemblant des passionnés d’arts, et qui nous invite à déambuler dans une maison de maître – particulière donc – pour admirer différentes œuvres, de la salle à manger au salon en passant par la bibliothèque…

Plusieurs accrochages sont proposés dans l’année, autour d’un thème différent à chaque fois.  Désacraliser l’accès à l’art : voilà un projet auquel je ne peux qu’adhérer !

****

 Mais si je devais partir en voyage au bout du monde, ma destination de prédilection serait… Buenos Aires !

Et ma simple et bonne raison pour aller là-bas, ce n’est pas juste le tango : Buenos Aires, dans ma famille, c’est une ville mythique !

C’est le lieu où mon arrière-grand-père – petit paysan savoyard parti de rien – arriva à faire fortune en quelques années dans l’hôtellerie de luxe. Et c’est aussi le lieu où cette immense fortune fut dilapidée en quelques mois par un gendre tête brûlée qui joua tout – et perdit tout ! – au casino : soit quand même l’équivalent d’un héritage de 10 millions d’euros d’aujourd’hui, il ne s’est pas loupé, le gendre !

Voilà pourquoi, depuis que je suis toute petite, je rêve d’aller voir la Calle Florida (apparemment l’équivalent de nos Champs-Elysées) où se situait ce Grand Hôtel, un palace pour millionnaires, et de faire un tour dans la Pampa pour visiter l’Estancia familiale, souvenirs évanouis d’une grandeur perdue…

Un jour, un certain Ernesto Sabato déclara que le tango est une pensée triste qui se danse pour méditer sur son sort.

50 ans plus tard, une certaine Anacoluthe LeBlog déclare que déambuler dans Buenos Aires est une scrogneugneu de pensée pour méditer sur son sort de pas de bol quand même !

buenos-aires

 

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

Pas de commentaires

Laisser un commentaire