Humeurs Humeurs

La belle au pied dormant

24 juin 2013

cendrillon

 

J’ai bien révisé mon petit Propp illustré – mais si, voyons, Propp, prénom Vladimir, celui qui a décrypté la structure narrative des contes – et je suis formelle : avec mon pied tout cassé, ma vie du moment n’est pas un roman mais un conte pour enfants.

Un conte dont je serais l’héroïne, et même qu’on aurait dit que j’étais une princesse, conviée par une gente dame à faire un soin gratuit deux jours plus tard au château du roi à la pharmacie. « Avec votre orteil fracturé, vous avez bien besoin de ça » m’a souri la gentille fée pharmacienne.

Le jour dit, je me mis donc en chemin avec mon petit pot de beurre. Ou juste mon sac à main, je ne sais plus bien.

De ma demeure à la pharmacie, il faut compter 2 minutes à cheval et 8 à pied, enfin à pied pas cassé. Oui, mais dans un conte, l’héroïne a mille dangers à affronter, sinon c’est pas drôle et tout le monde se fait chier et part regarder les Anges de la téléréalité.

Fort heureusement pour la structure narrative, donc, il y eut de nombreuses embûches sur la route de la belle au pied dormant, clopinant maladroitement sur ses béquilles, son sac coincé entre les dents, et tentant de slalomer entre les 284 clampins qui s’étaient donné rendez-vous dans le centre ville en ce jour de marché.

Et il faut savoir que le jour de marché, dans ma ville, c’est Struggle for Survive : pas de pitié pour les faibles, s’il faut te pousser pour arracher en premier ce magnifique tee-shirt fluo en tergal soldé à 2 euros, on n’hésitera pas : on te poussera, béquilles ou pas.

Et puis jour de marché dans ma ville, c’est aussi une épreuve morale redoutable, avec cette lancinante impression d’assister à un tournage live de confessions intimes mâtiné des Ch’tis à Mikonos, sauf qu’hors caméra, ça ne fait pas beaucoup rire tout ça.

Ayant triomphé de ce parcours miné, l’héroïne arriva enfin à sa destination, la salle des soins esthétiques de la pharmacie, où l’attentait son graal, sa récompense ultime : 20 minutes de chouchoutage par une démonstratrice Caudalie.

Bonheur, félicité, et palper rouler sur les ailes de nez.

Et comme dans tout conte qui se respecte, il y eut même un secret révélé à la princesse : attention, c’est du lourd, c’est-à-dire que sur l’échelle de la maison des secrets, c’est juste après je-suis-la-demi-sœur-cachée-du-mari-de-la-tante-de-Claude-François : sachez-le, donc, lorsqu’on a la peau sensible, il est préférable de diluer son gommage dans un peu de mousse nettoyante pour en atténuer l’effet…

Oui, je sais, c’est incroyable comme secret…

Enfin, la bonne nouvelle, c’est que tout est bien qui finit bien, l’héroïne a triomphé des vilains, des points noirs et des tee-shirts en tergal.

Et pour le pied dormant, il devrait bientôt se réveiller, dès qu’une grenouille l’aura embrassé…

chaperon-rouge

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

12 Commentaires

  • Répondre Marylin fait du Harlem Shake 24 juin 2013 at 9 h 55 min

    Mouahahahaaa !
    Très sympa, ce conte pour adulte du lundi matin ^^
    Et j’aime pas du tout les ballerines, mais ça a ‘air de bien t’aller à toi (surtout avec un pied cassé ^^)
    ++

  • Répondre anacoluthe 24 juin 2013 at 12 h 29 min

    @Marylin : merci ! C’est le côté « à plat » de la ballerine qui te dérange ?

    Je préfère 3 ou 4 cm plutôt que rien du tout, moi aussi, mais la ballerine est idéale en cas d’orteil fracturé, en effet, et aussi… de printemps/été dans le Nord !! (oublies le nu-pied, il fait trop froid^-^)

  • Répondre La vie en presque rose 24 juin 2013 at 18 h 45 min

    Moi j’aime bien tes ballerines, et on dirait même pas que t’as un pied difforme, bravo.

  • Répondre Albane 24 juin 2013 at 19 h 53 min

    J’ai bien ri. N’empêche, les ballerines à paillettes, c’est de la vraie chaussure de princesse ou je ne m’y connais pas.

  • Répondre Stelda 24 juin 2013 at 20 h 33 min

    Je vois le bon côté de la chose : on admire ta jolie collection de ballerines. Complètement craquantes!

  • Répondre anacoluthe 25 juin 2013 at 10 h 00 min

    @La vie en presque rose : ah mais mon pied a retrouvé forme humaine ! C’est juste que je dois encore marcher à plat jusqu’à ce qu’on soit sûr que la fracture est finie… (radio prévue bientôt, j’ai hâte !!!!!)

  • Répondre anacoluthe 25 juin 2013 at 10 h 01 min

    @Albane : c’est vrai ! D’ailleurs, il y a un signe qui ne trompe pas : mes filles en sont gaga…

  • Répondre anacoluthe 25 juin 2013 at 10 h 02 min

    @Stelda : merci ! je vois le bon côté des choses, je remets mes ballerines… si je m’écoutais, ce serait bottines tous les jours !

  • Répondre lutecewoman 25 juin 2013 at 22 h 17 min

    Et encore plus fou : le gommage avec un peu de citrate dans du lait démaquillant !

  • Répondre anacoluthe 25 juin 2013 at 22 h 19 min

    @lutecewoman : du citrate de quoi ? Le seul citrate que je connaisse, c’est celui de bétaïne, en cachet, pour les digestions difficiles…

  • Répondre lutecewoman 25 juin 2013 at 22 h 33 min

    😀 du bicarbonate !

  • Répondre anacoluthe 25 juin 2013 at 23 h 00 min

    @lutecewoman : ahhhhh ouf ! (je me voyais déjà broyer les cachets)

  • Laisser un commentaire