Maman

L’ado dans ma maison (Maman d’ado #1)

25 janvier 2013
parfum

L’ado a 4 parfums. Et en voudrait « un nouveau Maman, steup’ steup’ !! »

 

Ado déjà, je n’aimais pas les ados, que je trouvais tous « trop », trop moutons, trop cons-cons, par où l’on voit que je faisais moi-même preuve de grande modération en cet âge…

Mais avec l’aveuglement qui caractérise la maternité – l’aveuglement étant, après l’orgasme, la 2ème ruse de la nature pour nous inciter à enfanter – je n’avais pas présagé qu’un jour mon enfant adoré se transformerait en ado abhorré, vivant, qui plus est, au cœur de mon foyer, et que je devrais par conséquent continuer à chérir ce qui m’insupportait.

Alors, crevons l’abcès. Je vais vous dire ici ce que par ailleurs – oserais-je dire pas railleur – je tais.

***

Passe encore que l’ado, sitôt franchie la porte de ce qu’on persiste à appeler sa chambre (son antre serait plus proche de la réalité), que sitôt le seuil franchi, donc, il écoute à volume maximal NRJ, radio qui sert à ses auditeurs la même chose que TF1 à ses spectateurs : du temps de cerveau disponible.

Certes, on s’est un peu émue, au début, de voir ainsi saccagées des années d’efforts à éduquer l’oreille de son enfant aux subtils accords de la fine fleur du rock… mais bon, on croise les doigts en espérant qu’un jour, « ça » reviendra, que la graine musicale plantée repoussera au milieu de l’ivraie du boum-tchack-kata adolescent.

***

Passe aussi que la conversation se limite désormais aux garçons, les proches et les lointains – les vrais garçons du quotidien et les garçons rêvés de la télé – mais avec l’objectif commun de les approcher, de leur parler, de les… rhoooo, hihihihih, ben oui, quoi, Môman, tu vois…

Je vois, petite chérie, je vois, je me souviens si bien de cette fascination-répulsion pour cette chose étrange qu’on appelle garçon, l’étonnement, avant, qu’on puisse mêler sa langue à celle d’un être humain sans être dégoûtée, l’étonnement après, que ce ne soit pas si bien avec le garçon machin, l’étonnement enfin, que ça puisse transporter si loin, quand le cœur bat avec la langue, avec celui qu’on aime.

Je vois et je m’émeus, de ce que bientôt tu tairas, quand véritable ado tu seras, ayant franchi le pas.

***

bazar

L’ado range sa chambre. En déplaçant en hauteur ce qui se trouvait au sol.

 

Passent les rires gras, inattendus, interminables, rabelaisien, si loin de ces rires grelots qui émouvaient enfant, parce que finalement, ce rire immense entraîne toute la famille derrière lui, tant et tant qu’on en oublie qu’il est parti d’un fait lambda-bêta.

Passe l’effet mouton de mode, vouloir le même blouson absolument que les 137 autres moutons de la cour du collège, et puis les mêmes bottines, le même bonnet, oui, celui-là qui coûte un bras, mais c’est un Napa-chais-pas-quoi…

On tente de décrypter en vain : « mais enfin, tu n’en as pas vraiment envie, c’est juste parce cette marque est à la mode cette année, mais l’année prochaine, ce sera autre chose, et ainsi de suite, c’est sans fin… »

On aimerait faire comprendre que l’ado est unique et que son style aussi, et puis on réalise que ce serait brûler les étapes, oublier qu’il faut d’abord l’approbation du groupe avant d’oser exister par soi-même.

***

Mais le pas glop qui ne passe pas, le fatiguant lancinant, c’est l’humeur en dents de scie, déprime et hystérie, à fond puis apathie, montagnes russes tous les jours… Pour moi qui n’aime rien tant que le calme et l’harmonie, je suis constamment sortie de moi-même par l’ado hystérique, je ressors lessivée-programme 90°-essorage 800, par toutes ces émotions, toutes vécues à fond, et par procuration.

Oui non vraiment, pauvre parent, tu crois en baver avec les nuits hachées par les poussées dentaires, tu te leurres sur la difficulté de langer un bébé, alors que tu manges ton pain blanc, tandis que t’attend l’aventure réelle, le défi d’une vie : parent d’adolescent.

Et je suis désolée de te l’annoncer : en tout bébé, il y a un adolescent qui sommeille…

 

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

23 Commentaires

  • Répondre Ma Tribu et Moi 25 janvier 2013 at 11 h 53 min

    Oh comme je connais ! Et comme j’aime, je l’avoue ! Mes filles ainées (14.5 ans – et on sait comme compte le semestre chez l’adolescente – et 13 ans) sont ainsi faites, passent de l’exubérance invivable au désespoir le plus insoutenable sans crier gare ! Quoique ma toute première vit une période de grâce qui j’espère durera longtemps, où tout lui sourit, tout est beau et charmant. Bien-être qu’elle exprime par maints et maints gestes saccadés, envolées lyriques (hum…) et rires enrayés…Dire que trois autres marmots couvent sournoisement une adolescence future me présage un avenir maternel bien rempli ! Et à y bien regarder, le comportement de ma première ressemble étrangement à celui de son petit frère de 4 ans….Finalement, l’adolescence n’est qu’un terrible two qui n’en finit plus….
    PS : j’ai découvert votre blog il y a peu, et j’ai aimé à passer une nuit entière à tenter de tout lire….Peine perdue, il me faudra encore de longues heures pour me délecter de vos écrits. J’en suis ravie !

  • Répondre Stelda 25 janvier 2013 at 11 h 54 min

    L’ado nous rappelle agréablement que finalement, avoir 35 ou 40 ans, c’est confortable. Parce que les montagnes russes, c’est épuisant pour lui aussi, non ?

  • Répondre anacoluthe 25 janvier 2013 at 12 h 31 min

    @Ma tribu et moi : bonjour et bienvenue Nouvelle Lectrice mais attention aux nuits blanches, fatales en cette saison de grippe et peste bubonique (enfin, il paraît que la peste bubonique n’est pas trop méchante cette année !)

    A vrai dire, mon « ado » n’a que 12 ans, donc je ne sais pas bien si elle est seulement dans la phase « pré » ou déjà en plein dedans, enfin j’espère que ça n’empirera pas (trop !).

    C’est vrai que c’est parfois troublant, cette impression de retrouver des attitudes enfantines du terrible two, on passe du « je suis bébé » au « je suis adulte » en quelques minutes…

  • Répondre anacoluthe 25 janvier 2013 at 12 h 38 min

    @Stelda : exactement ! On peut se dire que vieillir, c’est pas mal, en fait…

  • Répondre electromenagere 25 janvier 2013 at 12 h 43 min

    Je savais bien qu’il fallait que je me contente d’un chat !

  • Répondre anacoluthe 25 janvier 2013 at 12 h 49 min

    @electromenagere : c’est pour ça que j’ai remplacé le 3ème enfant par un chien !

  • Répondre liliba 25 janvier 2013 at 12 h 59 min

    Ah ah nous devrions présenter nos ados respectifs !!!!
    Napa truc : reçu à son anniversaire. Perdu au bout de 10 jours… J’ai pourtant même cherché sous le lit, où j’ai trouvé plusieurs kilos de linge propre et sale mélangés, des emballages de sucreries, mon chargeur de téléphone que je cherchais partout et tout un tas de bazar…

  • Répondre 4enfants2bras 25 janvier 2013 at 13 h 00 min

    Voilà tout ce je redoute… depuis presque 10 ans…
    Arrrrrrrgh ! je ne suis pas sûre que je survivrais à 4 ados…
    Hé-là ! On aurait dit que mes 4 petits lapins (bon, j’aurais bien dit, mes 4 mignons petits lapins… mais ce matin, dire ça, ce serait vraiment, vraiment un gros mensonge).
    Donc, on aurait dit que mes 4 lapins, deviendront des des ado-râbles…
    (oh mon Dieu !!!!!! C’est terrible, c’est affreux… je crois que je viens de faire le jeu de mot le plus moche de… de… l’année… du mois… du jour ?????)

    Désolée !!

  • Répondre anacoluthe 25 janvier 2013 at 13 h 05 min

    @liliba : ah oui, les histoires se ressemblent, j’ai déjà retrouvé tout un tas de trucs en fouillant son bazar… et je me suis aussi lamenté sur le pull de je-ne-sais-plus-quelle-marque, troué au bout d’une semaine ! (j’étais tellement dég’ que j’ai décidé de recoudre une pièce dessus, alors que je suis naze en couture…)

  • Répondre anacoluthe 25 janvier 2013 at 13 h 06 min

    @4enfants2bras : ah mais non, c’est un jeu de mot très élaboré, il faut déjà connaître et manier le mot « râble » (mot interdit dans ma maison à cause du lapin domestique !)

    Je n’ose pas imaginer ce que vont être tes année ados, en effet !

  • Répondre Luna Part 25 janvier 2013 at 13 h 08 min

    Ma 1ère a 13 ans et c’est un peu l’inverse, le fait qu’elle ne suive pas le troupeau m’inquiète un peu (elle a très peu d’amis du coup), elle trouve la plupart de ses congénères déroutants et aucun garçon ne trouve grâce à ses yeux (ils sont tous stupides) en plus elle a honte de ses vieilles copines qui maintenant sont fans de « One Direction » ou pire Justin B (mais pourquoi elles écoutent une telle merde ?). Elle a toujours été très mature (elle fera sa crise d’adolescence à 30 ans) par contre l’humeur en montagne russe, on connait aussi, la faute au grand chambardement hormonal à mon avis…
    La 2ème par contre (à peine 11 ans), elle va tout faire pour rentrer dans le moule, je le crains fort…on sent déjà les prémices, vive la 6ème et les bonnes copines délurées 😉

  • Répondre anacoluthe 25 janvier 2013 at 13 h 22 min

    @Luna Part : c’est vrai que l’inverse doit être assez troublant, je peux imaginer ça, étant donné que ma 2ème est plutôt du genre solitaire « les jeux des autres sont nuls »…
    Oui, je pense qu’il y a une bonne part d’hormones dans ces humeurs montagne russe !

  • Répondre sosso 25 janvier 2013 at 13 h 23 min

    J’adore ta phrase sur l’aveuglement.
    et j’ai une vengeance toute faite: je fais un enfant très chiant et ton ado vient le garder !

  • Répondre sosso 25 janvier 2013 at 13 h 24 min

    vengeance toute faite, mais pas prête encore !

  • Répondre anacoluthe 25 janvier 2013 at 13 h 30 min

    @sosso : c’est machiavélique, au boulot pour fabriquer la vengeance ! (léger doute, néanmoins, l’enfant chiant l’est bizarrement beaucoup moins chez les autres…)

  • Répondre Alice 25 janvier 2013 at 17 h 30 min

    Je n’arrive pas à décider : est-ce que je préfèrerai avoir une ado qui a plein d’amis et qui a des goûts de chiottes, ou une ado intelligente et drôle qui n’a pas d’amis… c’est possible d’avoir les 2, vous croyez?

  • Répondre anacoluthe 25 janvier 2013 at 17 h 44 min

    @Alice : bien sûr que non, ce n’est pas possible, parce qu’alors ce serait AGREABLE. Et être parent d’ado n’est pas agréable. CQFD.

  • Répondre lutecewoman 29 janvier 2013 at 12 h 35 min

    Il y avait à côté de moi, une fois, dans la maison longue et réveillée de la nuit, une très petite femme. Elle tirait sr son T-shirt d’une main et recoiffait une mèche derrière son oreille avec l’autre. Cette grande petite fille me souriait sans trêve, parce que j’étais une alter toi, aurait aimé revoir ma fille grande, aurait aimé cumuler davantage d’années, avoir mon âge et puis le tien, enfin être grande quoi enfin. Elle caressait mon livre autant que le petit chien, me questionnait beaucoup, sans intrusion pourtant, avec une aisance bienveillante, une curiosité saine.
    Et quand j’ai fermé les yeux pour m’endormir, il y avait, toute parallèle, cette petite toi qui me souriait, si riche de ce trésor d’elle dans son devenir.

  • Répondre anacoluthe 29 janvier 2013 at 16 h 50 min

    @lutecewoman : joli joli… elle est ça aussi, oui…

    (mais beaucoup moins quand elle écoute à fond NRJ !!)

  • Répondre Marylin 29 janvier 2013 at 20 h 10 min

    Hahahahaaaaaaa !
    Extra , la complainte de la maman avec une ado à la maison !
    Extra, mais légèrement stressante aussi… moi qui n’en suis qu’à la pâte à modeler éparpillée un peu partout, j’avoue avoir le poil qui se hérisse d’un coup en pensant que ce sera bientôt mon tour…
    Bon courage !

  • Répondre anacoluthe 30 janvier 2013 at 17 h 39 min

    @Marylin : c’est le charme de l’enfance, à chaque âge ses chianteries ! (et ses moments sympas aussi, mais c’est moins drôle à raconter, c’est comme les trains à l’heure !)

  • Répondre Denis 8 février 2013 at 12 h 12 min

    Je suis en plein dedans. C’est le coup de la mode qui me fait rire. Quel intérêt à avoir exactement les même fringues. Mais bon, je joue le jeu, ça m’amuse.
    C’est l’état lymphatique surtout qui m’agace !

  • Répondre anacoluthe 8 février 2013 at 12 h 32 min

    @Denis : ah oui, le manque totale d’énergie, c’est épuisant pour celui qui est en face ! Et la mode, j’ai beau en être moi-même victime dans une moindre mesure – ça me sèche…

  • Laisser un commentaire