Maman Vu !

(Mon) Odyssée de Pi (avec 6 enfants)

16 janvier 2013

affiche-odyssee-pi

 

Une fois par an, traditionnellement, on emmène au cinéma nos enfants ainsi que les enfants de nos copains « famille nombreuse ».

A la base, ça partait d’une bonne intention – parce qu’on est des gens-bons, au fond – mais j’ai bien peur que les enfants de nos copains finissent par nous soupçonner d’avoir été missionnés par leurs parents pour les dégoûter à jamais du cinéma, vu le choix foireux de film qu’on fait à chaque fois : Paul l’extra-terrestre (avec gros mots et allusions salaces inside), La clé des champs (1h30 de mare en gros plan et quasi sans dialogue), et enfin, l’Odyssée de Pi.

En plus, cette année, pour corser les difficultés, j’étais seule adulte à embarquer, de nuit, le 31 décembre et à pied, une petite troupe de 6 enfants, composée de :

# Deux pré-ados de 12 ans – Mini-Monstre Premier et sa cop’s – s’exprimant uniquement par borborygmes et cris hystériques,

# Gaston dit l’explorateur, aventurier urbain de 9 ans qui n’aime rien tant que courir seul dans la nuit 20 mètres devant,

# Georges dit le râleur, 6 ans, toujours prompt à dénoncer l’injustice surtout si c’est à lui qu’elle est faite,

# Pierre, angelot blond à croquer mais de 3 ans seulement, donc cible potentielle à protéger de tous les dangers (voitures, escaliers, frères),

# Et Mini-Monstre en Second, 8 ans, dite la Normande car coutumière de l’éprouvant « je-veux-je-veux-pas » (aller au cinéma/acheter des pop corn/m’asseoir à côté de toi).

L’Odyssée de Pi – pourtant choisi à l’unanimité après visionnage de la bande-annonce – c’est un excellent film mais absolument pas pour enfants : il s’ouvre sur une longue explication autour du nombre pi, se poursuit sur une étude comparée des différentes religions, avant l’apothéose « aventurière », à avoir 1 heure de huis clos métaphysique sur un radeau entre un jeune homme mystique et un tigre.

Au bout de 5 minutes, Pierre l’angelot s’endormait sur son paquet de pop corn, que Gaston l’explorateur décidait alors d’annexer, non sans déclencher la fureur de Georges le râleur.
Au bout d’un quart d’heure, Georges décrétait que bon, vu qu’il s’ennuyait, il allait rentrer à la maison. Borborygmes des pré-ados.
Au bout d’une demie-heure, Gaston explorait la salle.
Au bout de ¾ d’heure, Georges avait envie de faire pipi, et Mini-Monstre en Second aussi, et puis non, et puis si.
Au bout d’une heure, les pré-ados hurlaient hystériques sur les petits.
Et au bout de deux très longues heures, la salle entière me détestait.

Après l’Odyssée de Pi, mon Odyssée à moi n’était pas finie, puisqu’il nous restait le morceau de bravoure : traverser la ville de nuit, avec 5 rues, un parking et deux places à franchir, 18 murets à escalader, un angelot à porter, un explorateur à brider, et un râleur à motiver.
Je crois que je n’ai jamais autant apprécié la coupe de champagne qui m’attendait à l’arrivée telle un Graal sacré.

Parce que oui, j’y suis arrivée, au bout de mon odyssée !

tempete-2-pi

 

***

**************

****************************

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

12 Commentaires

  • Répondre Stelda 16 janvier 2013 at 14 h 35 min

    Respect. C’était bien Paul Valéry qui disait que les parents sont les aventuriers des temps modernes ?

  • Répondre Albane 16 janvier 2013 at 15 h 16 min

    Je ne suis encore jamais allée au cinéma avec mes enfants. Bah finalement je n’ai plus trop envie, tout d’un coup…

  • Répondre anacoluthe 16 janvier 2013 at 17 h 21 min

    @Stelda : ah bon, il a dit ça, Paul Valéry ? Bien dit mon Paulo !!

  • Répondre anacoluthe 16 janvier 2013 at 17 h 28 min

    @Albane : écoute, si tu n’as pas 6 enfants, ça peut-être jouable ! Et en fait, je pense que c’est + jouable avec les enfants des autres, qui sont en général + obéissants que les siens…

  • Répondre sosso 16 janvier 2013 at 17 h 46 min

    Tu es la femme des situations extrêmes, tu as ça dans le sang! Je te revois encore te battre au péril de ta vie pour nous offrir des hot-dog!

  • Répondre les cafards 16 janvier 2013 at 18 h 08 min

    de quoi sombrer tigre compris ! au secours ces sorties là !

  • Répondre anacoluthe 16 janvier 2013 at 18 h 42 min

    @sosso : ah ah, j’ai un master en « struggle for life » ! Ou alors, c’est que je suis prête à faire n’importe quoi plutôt que de regarder le foot ; )

  • Répondre lutecewoman 16 janvier 2013 at 19 h 05 min

    Bravo – crawling ovation.

  • Répondre anacoluthe 16 janvier 2013 at 19 h 13 min

    @lutecewoman : je ne connaissais pas la crawling ovation, une variation prosternée de la standing ovation, I guess ? C’est de ton invention ou c’est une vraie expression ?

  • Répondre electromenagere 17 janvier 2013 at 9 h 55 min

    C’est marrant parce que je suis actuellement dans une réflexion très sérieuse sur la culture cinématographique de ma plus grande. J’ai découvert une liste du British Film Institute qui donne les 50 meilleurs films à voir avant 14 ans.
    L’intérêt c’est qu’on peut les voir à la maison et on a déjà regardé Chantons sous la pluie et La vie est belle de Capra.
    Le constat est rapide : elle ne comprend absolument rien aux histoires. Par contre, la maman se régale et (re)fait sa culture (c’est déjà ça !)
    Juste pour dire que le cinéma de salon c’est quand même vachement plus simple, et au moins personne ne pleure pour du pop-corn :)

  • Répondre anacoluthe 17 janvier 2013 at 10 h 54 min

    Le cinéma à la maison, c’est + simple, mais dans ce cas précis, l’idée c’est aussi que les enfants en question soient justement LOIN de leur maison (et de leurs parents accessoirement !). Et disons que je me vois mal avec ces 6 enfants dans mon salon, je préfère encore le ciné !

    Mais à part ça, c’est vrai que j’adore l’idée de la transmission des grands classiques du cinéma… Enfin, devant Autant en emporte le vent, la petite a tenu 15 mn (et encore, parce que je lui disais toutes les 20 secondes qu’il y avait des super belles robes de princesse) et la grande a tenu 2 heures, en me disant que pffff, c’était naze, mais elle restait quand même devant l’écran…

  • Répondre anacoluthe 21 janvier 2013 at 11 h 07 min

    @les cafards : coucou les cafards, WordPress avait mangé ton com’, dis donc (et pourtant, ça doit pas être bien bon, les cafards, à avaler…)

  • Laisser un commentaire