Beauté Mode & Beauté

Ma vie, mon oeuvre, mes ongles…

12 octobre 2012

***

 

Simone de Beauvoir avait coutume de dire que l’on devinait l’âme d’une femme à la couleur de ses ongles. Ce à quoi Jean-Paul Sartre lui répondait « Ah ouais ?? »

Bien, j’ai peut-être légèrement déformé leurs propos afin d’optimiser le potentiel crédibilité de mon billet, mais l’idée générale est là : souvent femme varie, conséquemment on ne se peint pas les ongles pareil à tous les âges de sa vie.

Démonstration en 3 actes, ceux de ma vie, mon œuvre, mes ongles…

Acte I – La jeunesse timorée

C’est le temps où l’on n’ose pas se faire les ongles, parce que les ongles, c’est un truc de grand, un truc de Môman, et que Môman, on ne se le sent pas encore vraiment…

On n’ose pas puis on ose peu : le rouge timoré pour commencer, comme Môman justement, comme n’importe quelle femme de bonnes mœurs se doit de le faire, laissant aux filles de joie les couleurs improbables telles que le noir, le jaune, le bleu…

Le bleu, mon Dieu, révoltons-nous contre la tyrannique tradition, et arborons des ongles bleu horizon ! Mais comme on est encore raisonnable, on joue le blue en total look, assorti à sa tenue de la tête aux pieds.

« La Femme Respectable assortit ses ongles à son aspirateur » Nadine de R.

« La Femme Française assortit ses ongles à la ligne bleue des Vosges » Georges Clémenceau

Acte II – L’entre-deux Portnawak

Il est un temps où l’on se cherche. Sans se trouver, généralement, parce que c’est un vrai bordel là-dedans. Alors, on erre de couleurs en couleurs, et puis un jour pour simplifier on se dit qu’on n’a qu’à toutes les mélanger. Sur une seule main. C’est moche, mais drôle.

Et puisqu’on est passé du côté obscur de la Force Moche, on tente le tout pour le tout, le doré boules à facettes un jour de pluie tout gris, et même le pointillé au coton-tige, enseigné par sa fille de 11 ans, avant de se souvenir que, ah tiens oui, on n’a plus 11 ans depuis longtemps.

 

Pouffe-Pouffe. Ce sera toi la couleur à côté de moi…

 

Il y a de l’idée. Mais c’est poche. Un point – voire 15 points – c’est tout.

 

Comment dire…. Conceptuel, peut-être ? Ou Ceptuel tout court, j’hésite…

Acte III – Le temps de l’accomplissement

Un jour, quelqu’un a inventé qu’en vieillissant venait la maturité. C’était très futé pour éviter à tout le monde de déprimer sur la peau qui flétrit (version femme) et les cheveux qui tombent (version homme). Mais la supériorité de la Femme sur l’Homme en matière de maturité, c’est qu’elle peut l’appliquer à TOUS les domaines de sa vie, ongles compris.

Trouver ce subtil compromis entre classicisme et fantaisie, qui fera qu’on se sentira, enfin, une Femme Barbara Gould ?

C’est chose faite quand on atteint le temps de l’accomplissement : tous les ongles en gris souris, sauf un en bleu tendre, quel trait de génie ! (oui, on s’auto-congratule quand on a atteint la maturité, car on a compris que personne ne nous féliciterait aussi bien que nous-mêmes).

Et puis, décliner ce principe colorimétrique au gré de ses inspirations : tous les ongles kaki, sauf un mais un seul doré, voilà, on tient le Graal, après ça, on peut mourir tranquille…

Mes ongles gris sauf un bleu, photographiés par David Hamilton (c’est joli mais on ne voit rien, quoi)

Un zoom pour mieux voir les nuances. Et les défauts d’application.

Ca, ce sont les ongles d’une Femme Barbara Gould. Encore un peu Gourde côté application, mais bon…

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

21 Commentaires

  • Répondre electromenagere 12 octobre 2012 at 9 h 27 min

    Ce serait pas plutôt « Hum » qu’il aurait répondu Jean-Paul ? :)

  • Répondre Stelda 12 octobre 2012 at 10 h 10 min

    La maturité, y a que ça de vrai, en particulier sur nos ongles 😉 Qu’est-ce que c’est bon!

  • Répondre anacoluthe 12 octobre 2012 at 10 h 26 min

    @electromenagere : puisque tu me pousses dans mes retranchements, je vais te livrer ce que Jean-Paul a VRAIMENT dit.

    Quand Sartre a entendu cette sentence de Beauvoir, il lui a répondu : « nan, tu déconnes, Simone ? »

  • Répondre anacoluthe 12 octobre 2012 at 10 h 27 min

    @Stelda : mais tu es sûre que ce n’est pas juste un gigantesque complot pour nous faire accepter, les rides, plutôt ? J’ai comme un doute…

  • Répondre sabine 12 octobre 2012 at 10 h 59 min

    des fois (pas souvent) je me vernis TOUS les ongles et enlève tout 5 mn après. J’assume pas du tout! et comme je me bouffe les petites peaux c’est pas jojo. Donc on peut dire que j’en suis avant le stade 1?
    :)

  • Répondre anacoluthe 12 octobre 2012 at 11 h 31 min

    @sabine : eh bien, d’après ma théorie, tu es en début de phase I, tu ne te sens pas encore vraiment môman… Hem hem, pas vraiment môman avec 4 enfants, je me dis que ma théorie a ses limites, en fait…

  • Répondre MissBrownie 12 octobre 2012 at 11 h 34 min

    Ce qui me fait plaisir, c’est de voir que tes ongles ne sont pas plus beaux que les miens et que tu n’es pas plus douée que moi pour poser ton vernis 😛

  • Répondre anacoluthe 12 octobre 2012 at 11 h 44 min

    @MissBrownie : ah mais tout à fait, j’ai des ongles pourris ! Mais un jour j’ai arrêté d’attendre que mes ongles poussent pour mettre du vernis dessus…

    Et mon petit secret pour l’application : en fait, je m’en fous, j’en mets partout, je dépasse… et ça s’en va naturellement après s’être lavé les mains 2 ou 3 fois; magie ! (sauf si on prend une photo juste après l’application, là, bon…)

  • Répondre liliba 12 octobre 2012 at 12 h 29 min

    Et le taupe ? Il est où le taupe ?

  • Répondre Cilaïne 12 octobre 2012 at 14 h 20 min

    J’adore les kaki et gris bleu de l’acte III
    Mais comme Sabine, parfois je me lance puis j’enlève tout dans la foulée. Enfin je me suis mise à l’incolore….un grand pas pour la maturité !

  • Répondre 4enfants2bras 12 octobre 2012 at 14 h 50 min

    J’adorerai me vernir les ongles…. mais je crois que j’en suis encore stade « j’ose pas »… et que la dernière fois que je me suis appliqué un truc sur les cuticules, ça devait être en 1987 (oh ! pétard !!!) et même que ça devait être du blanco (eh ouais…)

    Bon, tu crois qu’il faut que consulte, que j’ai un problème avec ma mère ???

    (rôh, en plus, je trouve ça trop drôle toute ces couleur… crotte, je vais peut-être passer au stade Portanawak… suis très, très loin de accomplissement dont j’ai l’âge pourtant 😉 )

  • Répondre anacoluthe 12 octobre 2012 at 16 h 48 min

    @liliba : le taupe, c’est Jacques… « You don’t know Jacques » ?? (quelle habile manière de replacer le nom improbable de ce vernis taupe OPI) mais je le porte exclusivement pour aller faire du bowling :
    http://www.anacoluthe.fr/?p=2064

    (en vrai, le flacon est presque vide…)

  • Répondre anacoluthe 12 octobre 2012 at 16 h 49 min

    @Cilaïne : l’incolore pour ne plus se les ronger ?!
    En vrai de vrai, je trouve que mes ongles sont mieux avec du vernis… mais pendant 2 jours, parce qu’après, il s’écaille, j’ai la flemme de l’enlever, c’est dégueu…
    Donc c’est peut-être toi qui as raison, finalement !

  • Répondre anacoluthe 12 octobre 2012 at 16 h 52 min

    @4enfants2bras : oui, enfin, le portnawak, c’était il y a 3 mois, hein, j’ai une notion des « Grandes Etapes de La Vie d’Une Femme » qui est très approximative quand j’écris un billet !
    Mais ceci dit, au fond, il me semble qu’il y a du vrai dans l’idée qu’on se fait de ce qu’est « être une femme », et que cette idée-là n’est pas la même à tous les âges de la vie, et que donc, on se « pare » différemment selon les âges de sa vie. Non ? (vous avez 4 heures !)

  • Répondre La vie en presque rose 13 octobre 2012 at 12 h 02 min

    Belle évolution ! Rigolo, ma prochaine chronique portera sur mon Prix Nobel de vernis à ongles. Si. C’est moi qui l’ai eu.

  • Répondre anacoluthe 15 octobre 2012 at 9 h 59 min

    @La vie en presque rose : et le Prix Nobel de créativité de pseudo, tu l’as eu ?! (la blogueuse égarée s’est-elle donc définitivement perdue ?)

  • Répondre La frangine 5 novembre 2012 at 17 h 03 min

    Ben tu vois, y’a des jours ou le seul que je voudrais peindre en rouge, c’est le majeur, histoire que ca se voit mieux, quand j’exprime mes sentiments a ceux qui m’e….t, ben en fait, la maturite, celle qu’on atteint a 46 ans, elle se manifeste par le fait qu’on ose aussi ecrire « ceux qui m’EMMERDENT » a la place des points de suspension. (Et demain, je me fais les ongles)

  • Répondre anacoluthe 13 novembre 2012 at 20 h 22 min

    @La frangine : rhoooo, je ne peux pas commenter ça, c’est trop… pas toi ! Pas le doigt d’honneur, pas ma grande sœur so zen so chic, nooooon !

  • Répondre bayouchka 15 novembre 2012 at 21 h 06 min

    Moi, je souligne ma féminité par un coup de stabilo sur les ongles, suis-je une Barbara Gould ?

  • Répondre anacoluthe 17 novembre 2012 at 19 h 55 min

    @bayoucka : toi, ma chère, quoi que tu fasses, tu es une femme talentueuse, tu es une femme Glenn Gould !

  • Répondre Margaux 5 mars 2013 at 17 h 46 min

    J’aime les deux premiers « looks d’ongles » !

  • Laisser un commentaire