Humeurs Humeurs

Rendez-moi mon prénom rare !

16 avril 2012

L’année de ma naissance, 46 bébés ont été baptisés du même prénom que le mien.

46 petites filles seulement à travers toute la France, contre 20 000 pour le prénom le plus donné, pour vous donner un ordre d’idées…

J’ai donc passé les 10 premières années de ma vie à épeler-répéter mon prénom. « Mais si, ça existe » j’expliquai aux incrédules « dans les livres, il y a plein de princesses qui s’appellent comme ça ! ».
Des princesses, une reine, une ville, une vertu romaine, et même une Bienheureuse. Une Bienheureuse mais pas encore de Sainte, ce qui laissait le champ libre à toutes mes ambitions d’apprentie catholique (la première communion, la confirmation, la canonisation et autres trucs en ion).

Enfin… quand j’ai appris que ma Bienheureuse était une carmélite montée sur l’échafaud en louant Dieu, et que par conséquent, la barre de Sainte était placée très haut, ma vocation tourna court.

Entre 10 et 16 ans, j’ai maudit mes parents de m’avoir donné un prénom si différent. A l’âge où l’on rêve de rentrer dans le rang – jean pareil, trousse pareil, coiffure pareil – un prénom rare, c’est un stigmate à même la peau. C’est prêter le flanc à ce qui est pire que la mort même quand on est adolescent : la hooooonte.
J’aurais tout donné pour m’appeler Céline-Sandrine-Séverine, la trilogie des « ine » qui l’était tant – « in » – quand j’étais enfant.

Passé 17 ans, j’ai béni mes parents de m’avoir donné un prénom si différent. Avant même d’avoir parlé, avant même d’avoir à le prouver, j’étais unique, j’étais rare. Mon prénom était moi et j’étais mon prénom, mon prénom d’exception.
La preuve : je n’ai jamais trouvé de bol breton gravé à mon nom !

Oui, aussi incroyable que cela puisse paraître, j’ai passé les vingt-cinq premières années de ma vie sans jamais croiser quelqu’un qui s’appela comme moi.

Et puis, la terrible tendance est arrivée. Ça, j’aurais dû me méfier, quand ma meilleure amie m’a demandé si cela ne me dérangeait pas qu’elle prénomme sa fille comme moi.

Et puis, et puis… Mon prénom – mon prénom à moi – a été donné par centaines, chaque année, à de nouveaux bébés. J’ai commencé à m’entendre héler dans la rue, ah non tiens, c’est une petite fugueuse que ses parents appellent...

Et puis, et puis voilà : Mon prénom – mon prénom qui était moi – existe désormais dans sa version chanteuse, chroniqueuse, journaliste, comique, mannequin, etc, etc, etc. Pire que Martine danseuse, Martine à la plage ou Martine à la mairie de Lille !

Et moi, c’est comme si on m’avait dépossédé de mon identité. Oui, je sais que c’est curieux à dire, mais cet apprentissage que chacun fait normalement dans les premières années – « Pierre, je te présente Pierre, Marie, voici Marie » – je dois le faire maintenant, brutalement, irrémédiablement, et je déteste ça.

J’ai passé des années à regretter que mon prénom soit rare, et je crois que je passerai les prochaines à regretter qu’il ne le soit plus.

Jamais contente, voilà au moins qui n’a pas changé !

***

**************

****************************

690563humeurshellocoton

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

27 Commentaires

  • Répondre Stelda 16 avril 2012 at 9 h 06 min

    Un prénom différent mais qui a des racines, voilà le bonheur. Comme toi, j’ai un prénom de reines, de princesses et de vieilles religieuses… Un prénom que je trouvais affreusement dur à porter à 7 ou 16 ans et qui me ravit depuis mes 20 ans… et je bénis mes parents de m’avoir offert cette « stigmate », dans un monde uniformisé…

  • Répondre sabine 16 avril 2012 at 11 h 23 min

    moi je suis dans la catégorie « ine » mais mon prénom n’a jamais été in. C’est marrant parce que j’en connais quelqu’unes de ta génération qui portent ton prénom…

  • Répondre sosso 16 avril 2012 at 12 h 20 min

    Et les malheurs des 3 Sophie dans la même classe ou des 2 Sophie dans le même bureau ou des 8 Sophie dans le répertoire téléphonique de tes amis?
    hein, hein ?

    Et puis, autre problème, comme je suis une des dernières à ne pas avoir d’enfant autour de moi, tous les prénoms que j’aimais ont été pris!

  • Répondre Colinette 16 avril 2012 at 13 h 19 min

    Tout comme toi, j’aimais pas, maintenant j’aime, il y en avait peu, je me sentais unique, orignale, il y en a beaucoup maintenant et ça m’irrrriiiiiiiitttttteeee !

  • Répondre Rose-Amoureuse 16 avril 2012 at 13 h 45 min

    J’ai aussi un prénom rare pour m’appeler Roselyne, à 17 ans. Je ne l’ai pas toujours bien vécu, ca m’a fait chier et je dois avouer que je n’ai jamais beaucoup aimé ce prénom… Aujourd’hui, je ne le kiffe toujours pas mais j’accepte ce prénom. Quand je le dis, je sais que c’est rare, mais en plus, les gens me le disent et disent que c’est joli. Et là, je me dis « Ouais, c’est bien en fait ». Alors, certes, c’est pas forcément simple à retenir mais au moins, ca me donnes aussi de jolis surnoms comme Rose ou Rosy. Alors, au final, j’aime assez et j’aimerais pas qu’il soit connu.

  • Répondre Ingrid 16 avril 2012 at 14 h 01 min

    On dirait tout à fait moi ! Je n’aimais pas mon prénom car j’étais la seule à l’avoir. Je voulais m’appeler Julie ou Emilie. Puis au lycée, j’étais contente de mon prénom. J’en étais presque fière. J’ai même pesté lorsque j’ai rencontré pour la première fois une Ingrid. J’voulais être l’exclu… Et aujourd’hui, j’ai l’impression qu’on le voit et l’entend partout. J’suis dég’ car j’ai l’impression de perdre une partie de moi qui était spécial… rare.

  • Répondre MissBrownie 16 avril 2012 at 15 h 59 min

    J’adore ton prénom depuis mon enfance à cause de la série « Nord et Sud » 😉

  • Répondre Cilaïne 16 avril 2012 at 17 h 56 min

    Ah mais oui, moi aussi j’adore ton prénom ! (si jamais par miracle j’avais un jour une deuxième fille……)
    je fais partie des celles en « -ine » et on était régulièrement 3 dans la classe pendant tte ma scolarité : pénible.
    Et encore aujourd’hui, dans mon entreprise nous sommes 2 avec le même prénom + le même nom de famille : super pénible (erreurs de mails, d’appels, et jusqu’au chèque de remboursement du CE pour mes cours de Yoga…reçu et encaissé par « l’autre » !…)

  • Répondre anacoluthe 16 avril 2012 at 18 h 29 min

    @Stelda : un prénom de vieille religieuse, j’aime beaucoup cette expression !
    Et quand je pense qu’un jour, les prénoms qui nous semblent aujourd’hui « vieux » (genre Martine, Françoise, Jeannine…) seront au top de la tendance, fatalement, car tout n’est qu’éternel recommencement dans ce domaine…

  • Répondre anacoluthe 16 avril 2012 at 18 h 32 min

    @Sabine : attends, c’est vraiment « Sabine », ton prénom ? J’étais persuadée que c’était un pseudo…
    Hum, pas sûre qu’elles soient vraiment « de ma génération » tes copines… ou alors tu me penses + jeune que je ne le suis ! Alors qu’en réalité…
    http://www.anacoluthe.fr/?p=3543

  • Répondre anacoluthe 16 avril 2012 at 18 h 35 min

    @sosso : j’imagine tout à fait que ce n’est pas très drôle… d’autant que mes parents sont de sacrés petits farceurs qui ont donné un prénom assez « répandu » à ma grande sœur (et rare à moi cherchez la logique !) donc on avait les 2 cas de figures – et de lamentations – dans ma famille ! Jamais contente, on y revient !

    Oh oui, pas facile quand la copine a donné le prénom dont on rêvait, ça m’est arrivé…

  • Répondre anacoluthe 16 avril 2012 at 18 h 38 min

    @Colinette : je pense que ça doit être un grand classique des reproches faits aux parents, le prénom ! En même temps, c’est normal, le prénom, c’est un peu la matérialisation des projections des parents sur leur enfant, et on n’est pas toujours d’accord avec ce que nos parents veulent qu’on soit !

  • Répondre anacoluthe 16 avril 2012 at 18 h 39 min

    @Rose-Amoureuse : peut-être qu’à 17 ans, tu sors tout juste de la phase « tout ce que mes parents ont fait est naze » pour rentrer dans la phase « moui, enfin, sauf ça et ça et ça, en fait » ?!
    En tout cas, le transformer en Rose-amoureuse, je trouve ça très joli !

  • Répondre anacoluthe 16 avril 2012 at 18 h 41 min

    @Ingrid : remarque, il y a le plan B du surnom ! J’y pense en lisant ton com’, j’ai un surnom hyper original inventé par mon frère petit… Incopiable, peut-être que tu en as un aussi ?

  • Répondre anacoluthe 16 avril 2012 at 18 h 43 min

    @MissBrownie : mais je ne connaissais pas cette série, tu viens de me la faire découvrir ! C’est vrai que je retrouvais souvent mon prénom dans des bouquins, parce qu’il n’est pas si « rare » que ça en fait, il est connu mais a juste été peu donné pendant quelques décennies…

  • Répondre anacoluthe 16 avril 2012 at 18 h 45 min

    @Cilaïne : je croise les doigts pour toi, alors !
    aïe pour le coup du chèque, et de la fille qui s’appelle pareil que toi…
    Remarque, dans le genre, uncredible – malgré un prénom rare + un nom de famille (de jeune fille) rare – j’ai une homonyme exacte !! (qui en plus truste internet car elle a une activité publique très active…).

  • Répondre Mikl 17 avril 2012 at 15 h 13 min

    Je ne connais pas d’autre fille portant mon prénom; ça, c’est la bonne nouvelle. La
    mauvaise : c’est dingue le nombre de garçons qui le portent depuis une vingtaine d’années. Du coup, quand je l’épelle, on s’exclame : « Ah! comme un garçon! » (… j’ai les cheveux longs…).
    – Voui! Avec un « e » à la fin, sans vous commander.
    – Un quoi?…

  • Répondre sabine 17 avril 2012 at 20 h 29 min

    j’ai lu qq articles sur toi, la star (ELLE, Femina..) et donc je sais ton âge et donc oui les filles que je connais sont de la même génération! et oui Sabine c’est mon prénom! Toi aussi tu le trouves moche !

  • Répondre anacoluthe 18 avril 2012 at 9 h 30 min

    @Mikl : on a un peu le même souci avec le prénom (version raccourci car c’est un prénom composé) de notre fille aînée, qui est considéré par certains comme un prénom de garçon…

    (enfin, avec ton com’, forcément, je cogite sur ton prénom potentiel : Mickaëlle d’après ton pseudo ?!)

  • Répondre anacoluthe 18 avril 2012 at 9 h 33 min

    @sabine : hé hé, fais moi penser de ne plus dire mon âge dorénavant, parce que je suis à l’âge où c’est LA coquetterie de base de ne pas le dire (surtout pour une « star-même-pas-reconnue-par-son-boucher » comme moi !)
    Meuh non, j’ai pas dit que je le trouvais moche ton prénom, moi ça me fait penser à l’enlèvement des Sabines par les romains, donc au contraire, j’imagine une nana bombasse !

  • Répondre Liliba 20 mai 2012 at 18 h 21 min

    J’ai un prénom peu porté et j’adore ça depuis toujours. Je connais quelques « doubles », mais assez peu et n’ai jamais eu personne dans ma classe ni au bureau qui s’appelait comme moi… et je crois que je détesterais aussi entendre mon prénom à tout bout de champ ! (surtout s’il est devenu « à la mode » !)

  • Répondre Blogueuse égarée 21 mai 2012 at 18 h 43 min

    ‘tain, ils sont fous les parents s’ils appellent leurs filles ‘Anacoluthe’ !

  • Répondre Blogueuse égarée 21 mai 2012 at 18 h 44 min

    En vrai, c’est quoi ? Frédégonde ? Lola ?

  • Répondre anacoluthe 25 mai 2012 at 9 h 33 min

    @Liliba : ah, tu me comprends, alors ! c’est vrai que je n’ai jamais entendu personne prénommé Liliba :-)

  • Répondre anacoluthe 25 mai 2012 at 9 h 35 min

    @blogueuse égarée : tu sais que y’a des lecteurs qui pensaient que je m’appelais « Anna » (enfin, plus après la lecture du billet, j’imagine…)
    Je m’appelle Yseult, voyons, c’est écrit sur le papier !!!

  • Répondre Lottie 9 juin 2012 at 20 h 09 min

    J’ai aussi un prénom extrêmement rare étant très timide, j’ai toujours eu du mal. faut répéter, épeler, supporter les regards ébahis des gens qui te regardent comme une extra terrestre. J’ai encore du mal aujourd’hui, j’aurais aimé un prénom facile et court du genre Léa ou Julie…mais non, et puis finalement, je commence à comprendre que le soucis vient de la réactions des autres, alors oui j’ai aussi un prénom rare et tu as raison, faut en être fière :-) Merci pour ton article qui m’a fait bien réfléchir!

  • Répondre anacoluthe 11 juin 2012 at 15 h 21 min

    @Lottie : maintenant que tu me le dis, je pense qu’il y a beaucoup de rapport entre la timidité et la façon dont on accepte (ou non) son prénom rare… (j’étais très timide enfant, ceci explique cela pour mon prénom, donc)
    Contente que ce billet t’ait un peu réconcilié avec ton prénom, en tout cas !

  • Laisser un commentaire