Humeurs

La ride

21 mars 2012

L’embêtant avec la ride, c’est qu’on la voit venir – oh à peine, mais quand même – et que pourtant, on ne pourra rien faire.

On se réveille un matin, on voit ce pli, là au coin, sur le front, ou près du nez, et on sait : 6 mois, un an plus tard, le pli sera ride, et rien ni personne n’y changera quoi que ce soit.

La ride nous place fasse à l’inéluctable, l’irréversible de la vie : quand on est petit, on grandit. Quand on est grand, on vieillit.

Pour ce qui est de la ride du front, passe encore. Qui pourrait en vouloir à une ride qui porte un nom si grrrrraou que ride du lion ? Et puis, la ride du lion, c’est ce paradoxe de l’animal-mental, ride non pas d’expression mais de concentration.

Je-ride-donc-je-pense-donc-je-suis…

Je suis prête aussi à beaucoup pardonner à une ride aussi malicieuse que la ride du coin de l’œil. On est myope, elle est moi, ce qui nous donne un je-ne-sais quoi dans le regard, l’indéfinissable charme de celle qui ne voit queutchi à plus d’1 mètre…

Mais le pompon de la ride d’expression, la palme de la sournoiserie, l’oscar de la fourberie, revient sans conteste au tristement nommé « sillon naso-génien ». Je ne connais pas le dermatologue psychopathe qui a eu l’idée de l’appeler ainsi, mais comment a-t-il pu penser qu’on la prendrait bien, cette ride au nom de génisse à naseaux ?

Et puis voilà une ride qu’on attrape à sourire perpétuellement à la vie « que bella vita ! » et qui vous donne une fois installée le faciès d’une fille perpétuellement déprimée, les joues pendantes, les traits tirés.

En même temps, quand je songe que je me dirige tout droit vers les rides du cou qui pendent et les ridules du rouge à lèvres qui file, je dois dire que je souris moyen, ces jours-ci.

C’est tout bénéf pour mon sillon naso-génien…

 

Autoportrait avec crayon et sans rides...

 

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

10 Commentaires

  • Répondre l'expat de biarritz 21 mars 2012 at 18 h 45 min

    Je dois être (un peu) dingue mais j’aime bien mes rides, je trouve qu’elles me racontent en quelque sorte.
    (c’est pas un brin mégalo ça ?)

  • Répondre anacoluthe 21 mars 2012 at 23 h 22 min

    @l’expat de biarritz : toutes, tu les aimes toutes ? C’est parce qu’elles te racontent encore des jolies choses ! Le sillon naso-génien, il raconte rien de sympa, crois moi…

  • Répondre Camille 21 mars 2012 at 23 h 48 min

    J’espère que ta ligne de sourcils n’est pas fidèle à la réalité, sur le dessin. (Je préfère parler de sourcils que de rides, oui)

  • Répondre Mikl 22 mars 2012 at 2 h 25 min

    Pour ma chance, je n’aime ni le ferme, ni le rebondi, ni le caoutchouteux. Ça me rappelle trop les bulots. J’aime le froissable, le soyeux, je raffole du plissé soleil. Parfois, je me souris à fond, excessivement, juste pour voir se froncer cinq ou six petits plis verticaux en guise de fossettes. Il n’est que de regarder Elizabeth Badinter, pour se convaincre de la douceur fragile de ses joues. Allez j’avoue : je milite pour la ride. (Et sinon, quelqu’un sait qui était cette femme orange, maquillée à la feuille d’or, derrière Sarkozy? )

  • Répondre l'expat de biarritz 22 mars 2012 at 9 h 33 min

    @Mikl : moi aussi ça fait 48h que je me demande qui est cette femme orange avec les cheveux jaunes et les lèvres en double-knacki ???
    (au vu du costume, peut-être quelqu’un de la préfecture ?)

  • Répondre anacoluthe 22 mars 2012 at 12 h 45 min

    @Camille : à toi je peux bien l’avouer : en réalité, ce n’est pas un auto-portrait mais un dessin griffonné pendant que je téléphonais… (ceci dit, je suis un peu une Sourcil Queen, j’aime le sourcil fourni, tant que je ne ressemble pas à Frieda Kahlo !)

  • Répondre anacoluthe 22 mars 2012 at 12 h 49 min

    @Mikl : à mon avis, il y a un cap difficile, quand la ride est « éparse ». Passé ce stade, on atteint la phase de la pomme toute frippée à la peau ultra douce, c’est vrai, et qui a beauuucoup plus de charme que les femmes du même âge qui ont retendu tout ça !

  • Répondre anacoluthe 22 mars 2012 at 12 h 52 min

    ah, et pour cette histoire de femme orange, je n’ai aucune piste, vu que je ne l’ai même pas vue (et que là, j’ai déjà perdu trop de temps sur Google à tenter de trouver l’image en question !!

  • Répondre bergamote 22 mars 2012 at 19 h 11 min

    J’ai la solution: enlever les lentilles avant de se regarder dans la glace…. on ne voit rien… on ne voit pas les rides… c’est ma technique de grande myope !

  • Répondre anacoluthe 22 mars 2012 at 19 h 26 min

    @bergamote : je suis myope aussi mais quand même, de près, on voit, non ?! La bonne nouvelle, c’est que + on vieillira, + on aura de rides, et – on les verra because presbytie !

  • Laisser un commentaire