Vu !

Pourquoi « Loulou » Dujardin n’aurait jamais eu l’Oscar !

27 février 2012

Jean Dujardin Oscar du meilleur acteur, c’est sur l’échelle du rêve, l’équivalent du gros lot au loto. Ca n’arrive jamais, et pourtant c’est arrivé, et chacun se prend à imaginer cette baguette magique de l’avant-après.

Touché par la chance, et plus rien ne sera jamais pareil…

Mais soyons lucide, un tel conte de fée n’aurait jamais pu se produire en France.

Je ne veux pas dire par là que Jean Dujardin n’aurait pas pu décrocher le César du meilleur acteur, parce que – argument 28b qu’on nous ressort chaque année – le cinéma français blabla petit milieu blabla méprisant prétentieux blabla le succès n’aime pas ça…

Non, franchement, Omar Sy césarisé prouve que le combo « humoriste télé + succès public » aurait permis tout aussi bien que l’académie décore Jean Dujardin.

Un César pour Jean, pourquoi pas, mais jamais ô grand jamais on n’aurait attribué d’Oscar à Loulou.

Oscar, consécration des stars d’Hollywood la mythique, attribut onirique des plus grands sex symbol, tapis rouge et dent blanches, l’Oscar donc, et Loulou, notre Loulou national, qui nous a fait rire tous les soirs pendant de si nombreuses années à l’heure du dîner… Non, soyons sérieux, ça n’aurait pas collé.

Il en aurait fallu des années de lavage de cerveau pour retirer de l’inconscient collectif des Français l’image du petit Jean, lancé par Graines de Star, parodiant la télé avec ses potes des « Nous C Nous », incarnation vivante du quotidien mesquin d’un Gars comme les autres, puis abonné au cinéma à l’emploi du benêt fier de soi, de Brice de Nice à Oss 117.

Formidable dans tout ça, je ne dis pas. Irrésistible, doué et drôle. Mais de là à endosser l’Aura inaccessible de l’acteur Oscarisé, il y avait un fossé quasi infranchissable dans son propre pays.

Mais là, magie : aux Etats-Unis, loin de chez lui, Jean Dujardin a repris la distance qui va si bien au teint des Stars.
Muet et mystérieux, inconnu talentueux, et puis français, tellement français avec son nom qu’on dirait inventé pour un manuel scolaire… il a pu apparaître aux yeux des américains comme ce brun ténébreux que nous ne voyons plus parce qu’à dire vrai, nous ne l’avons jamais connu.

Si lointain mais si proche, et là le coup de grâce : le bel inconnu s’est – ô surprise pour les Américains – révélé comme comme un homme accessible, au sourire contagieux, à l’humour ravageur.

Et voilà toute la différence d’appréhension, de celle qui bouleverse un destin :

Jôean DouJardin, un acteur talentueux qui – summum de l’élégance – ne se prend pas au sérieux, Oscar du meilleur acteur.

Loulou Dujardin, un gars qui ne se prend pas au sérieux, mais qui – ah tiens ? – se révèle talentueux, avec comme seul horizon d’Oscar un éventuel remake du film de Louis de Funès.

Nul n’est trop fête en son pays, et en voilà un à qui ça a plutôt réussi…

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

8 Commentaires

  • Répondre l'expat de biarritz 28 février 2012 at 9 h 23 min

    Jacques Capellovici a encore frappé !

  • Répondre anacoluthe 28 février 2012 at 11 h 37 min

    @l’expat : voilà ce que c’est de rédiger ses billets tard le soir ! Le lendemain matin, ma conclusion me paraît effectivement très Capello…

  • Répondre l'expat de biarritz 28 février 2012 at 12 h 14 min

    Écoute, ça vaut ce que ça vaut, mais moi ça me fait marrer de bon matin 😉

  • Répondre Blogueuse égarée 28 février 2012 at 15 h 52 min

    Moi, je say « Bravo, John OfTheGarden ».

  • Répondre anacoluthe 28 février 2012 at 17 h 34 min

    @l’expat matinal : écoute, comme dit le proverbe, araignée du matin, chagrin, mais Dujardin du matin, fou rire…

  • Répondre anacoluthe 28 février 2012 at 17 h 35 min

    @Blogueuse égarée : il doit encore un peu bosser son accent tonique, notre John national (et son « th » particulièrement utile pour ne pas savonner les « thank you » !)

  • Répondre bergamote 1 mars 2012 at 23 h 33 min

    Et Brice de Nice, il l’aurait eu l’Oscar- César lui? faudrait que le jury réussisse à voir le « film » en entier. Moi j’ai pas réussi… En plus je n’ai pas vu non plus The Artist, pourtant diffusé et rediffusé dans Mon Village (5 € la place dans un cinoche tout neuf, classé Art et Essai, 4 € si tu prends la carte, c’est pas beau ça?hors sujet, pardon). vivement qu’il passe sur canal.

  • Répondre anacoluthe 1 mars 2012 at 23 h 53 min

    @bergamote : ah non plus, c’est ce que j’ai mis sur FB, mon titre aurait peut-être été plus clair avec « Brice Dujardin n’aurait pas eu l’oscar » !

    Pas vu The Artist non plus, maitenant qu’on se fait des ciné « en famille », le « muet noir et blanc » ne pesait pas lourd face aux Chip-Munks !

    5€ la place, qui dit mieux ?!

  • Laisser un commentaire