Ecrit !

Les sens des choses

14 février 2012

Longtemps je me suis demandé pourquoi j’étais autant blessée quand on me pensait intellectuelle.

Quand on me disait Oh toi, de toutes façons constat non ne nie pas soupçon définitif dans la voix toi tu es une intellectuelle…

Rangé classé dans une petite case, voilà c’est plié, et circulez, il n’y a rien à voir. Intellectuelle, mot jeté comme un écran de fumée pour éviter de regarder en détails, derrière les apparences.

Mais ce n’est pas tant cela qui me blesse, nous tous rangeons, classons, je peux comprendre.

Ce qui je crois me trouble, c’est l’incompréhension.

L’incompréhension de mon rapport aux choses. Car pour moi les pensées, les penseurs, ne sont pas des mots désincarnés. Ils sont une facette du monde. Avec les sons, les couleurs et les pleurs, avec le bleu du ciel, avec la mer au loin, avec le baiser doux et la main sur la mousse.

Les idées, le surgissement d’une idée à laquelle je n’avais jamais pensé, la découverte de la fulgurance d’une pensée, la permanence des grandes questions qui font l’humanité, m’émeuvent, me touchent, me plaisent.

Loin de moi l’idée de retenir les mots pour ébahir ensuite l’autre avec mon savoir. Non. Soudain, dans l’instant, cela pense.

Et cela qui est, là devant moi, m’éblouit tout autant que l’harmonie surgie de quelques pierres ensemble, posées sur un plateau aussi beau qu’un tableau.

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

10 Commentaires

  • Répondre l'expat de biarritz 14 février 2012 at 21 h 02 min

    CQFD

  • Répondre electromenagere 15 février 2012 at 10 h 13 min

    Tu avoueras, même si je comprends la blessure, qu’il vaut mieux ça que « Oh toi, de toutes façons, t’es conne ! » 😉
    En tout cas, moi je veux pas que tu changes.

  • Répondre anacoluthe 15 février 2012 at 10 h 34 min

    @l’expat de biarritz : CQQuoi ?? :-)

  • Répondre anacoluthe 15 février 2012 at 10 h 36 min

    @electromenagere : c’est vrai que – vu sous cet angle – c’est beaucoup mieux !
    Ca ne me dérange pas trop quand ce sont des gens que je connais à peine, mais quand ce sont des gens dont je suis proche, alors…

  • Répondre Sosso 15 février 2012 at 14 h 29 min

    Toi aussi, t’es une bête au trivial Pursuit?!!! :)

  • Répondre anacoluthe 15 février 2012 at 15 h 14 min

    @Sosso : avant, je pensais me défendre, mais j’ai trouvé mon maître… (mes maîtres, d’ailleurs ; surtout, ne jamais jouer contre ces deux-là en équipe !)

  • Répondre l'expat de biarritz 15 février 2012 at 16 h 02 min

    C’est juste que ta façon d’exprimer cette réflexion, c’est déjà du haut vol. Mais je rejoins l’électroménagère, il est largement préférable de se faire « traiter » d’intello que de blonde.
    (et quand on voit le niveau ambiant, y compris dans la plupart des médias…)

  • Répondre anacoluthe 15 février 2012 at 16 h 21 min

    @l’expat : certes, « conne » versus « intelligente », je préfère le 2ème ! Sauf que « intellectuel » n’est pas exactement « intelligent », et – même si ce n’est pas honteux de l’être – ce n’est juste pas moi, tout simplement…
    Mais bon, y’a pas mort d’homme non plus, on est d’accord !

  • Répondre Mikl 2 mars 2012 at 2 h 42 min

    Et pourtant… Il n’y a que ça : Mort d’homme. Il y a quelque chose en soi qui se mure. Il y a une mise en échec – en règle – de la pensée, la fin mortifère de cette jubilation du surgissement. Celui-là même que l’on trouvait si joli, et aussi tangible dans sa forme, qu’un ongle bleu posé près d’une céramique en miettes. 😉

  • Répondre anacoluthe 7 mars 2012 at 15 h 12 min

    @Mikl : c’est le risque, oui, se murer devant l’incompréhension qu’on perçoit chez les autres, et partant, se nier… mais avec les années, je pense qu’on apprend qui l’on est vraiment, on apprend à ne plus se définir dans le regard des autres, et donc à ne pas se nier soi-même pour plaire à tout prix…

    La couleur de mon ongle avec ce plat en céramique que j’adore, c’est ça qui m’a bouleversé oui, quand je l’ai soulevé, l’harmonie qui se dégageait de cet ensemble a priori hétéroclite, et pourtant soudain, comme « ordonné par la beauté »…

  • Laisser un commentaire