Comment j’ai passé les fêtes à masser un presque poulet…

Tu sais que je n’aime pas les animaux. Mais j’aime encore moins les marchands d’animaux.

Si je retrouve le premier vendeur d’animalerie qui a osé conseiller à des parents le cochon d’Inde comme animal de compagnie idéal, je le butte.

« Le cochon d’Inde, meilleur ami des tout-petits », c’est une légende urbaine, si on considère tout ce qui nous est arrivé depuis que Cookie est entrée dans notre vie.

Déjà, au bout de 15 jours, elle a eu la gale. Il paraît que c’est fréquent chez cet animal. Un problème de stress quand il quitte l’animalerie pour rejoindre son nouveau lieu de vie.

En même temps, rejoindre une maison peuplée par deux Mini-Monstres comme les miens, je peux comprendre que cela occasionne une dose de stress insoutenable. Je m’étonne de ne pas avoir développé moi-même une gale carabinée depuis toutes ces années…

Une injection plus tard – et un chèque au vétérinaire plus loin – il n’en était plus rien…

Hein qu'on dirait un peu un St-Bernard assis dans une gamelle géante ? Alors qu'en fait, c'est un cochon d'Inde assis dans sa gamelle, soit sa position préférée number one...

Puis, il y a eu l’épisode « testons les lois de la gravité avec Mini-Monstre en Second ».

Ce n’est pas pour rien que « cobaye », c’est l’autre nom du Cochon d’Inde. Et donc, oui, après une expérience en situation, je peux vous confirmer qu’un cobaye qui tombe d’un mètre de haut, ça casse un peu. Contrairement au Zou Zou Pet. (d’où la célèbre expression : « Debout les Zou Zous »)

Nous sommes donc partis en expédition chez un vétérinaire spécialisé en Nouveaux Animaux de Compagnie, afin d’éviter une autre humiliation auprès du premier vétérinaire, légèrement agacé d’avoir à examiner un vulgaire rongeur au lieu d’un chien de race, fut-ce pour un beau spécimen de Démodécie du Follicule Pileux.

Au pays des NAC, entre les perroquets et les serpents, nous avons été accueillis à bras ouverts. Après palpation détaillée des papattes à Cookie et triple radio de son squelette trop chouchounet, la véto nous a annoncé que les pattes avant étaient probablement fendues.

Avec un peu d’amour, un fortifiant, et beaucoup de foin, tout devait rentrer dans l’ordre sous peu.

10 jours plus tard, Cookie était paralysée des pattes arrières, passait ses journées prostrée dans un coin de la cage, ne pouvait plus s’alimenter et se faisait caca et pipi dessus…

« C’est horriiiiible, on nous a confié un petit être vivant et insouciant, et on l’a cassé… » j’ai chouiné auprès de mon homme…

« - Mais non, mais non, pas d’affolement » a-t-il dit pour me rassurer, fort de sa longue expérience en animaux domestiques, 5 chiens, 3 chats et 1 tortue au compteur.

« Mais elle fait même plus cuy-cuy, elle va mouriiiir, jte dis ! » je continuais à beugler.

Non mais tu imagines ma réaction si j’aimais les animaux ?

Enfin… hem, il faut bien avouer que – arrivée à ce stade – je n’aimais toujours pas les animaux sauf un peu Cookie, trop craquante avec sa petite houpette et sa manière bien à elle de couiner « j’ai faim » (Mécréants, apprenez que le cochon d’Inde a 11 couinements différents plus un, spécialement destiné aux humains car émis par les seuls cochons d’Inde apprivoisés. Et toc.)

Number Two au hit-parade des positions préférées : la tête enfouie dans la gamelle, idéal pour pioncer peinard...

C’est donc un peu catastrophée que je suis arrivée à la clinique vétérinaire Nac pour la faire examiner.

« Oh oh » a émis le vétérinaire à la façon d’un couinement de cochon d’Inde inquiet « pour bien faire, et savoir si c’est neurologique, il faudrait faire une IRM… »

Pendant une demi-seconde – et alors même que j’avais déjà dépensé 2 fois et demi son prix d’achat en frais vétérinaires – je me suis dit banco, banquons pour l’IRM de Cookie. « Non mais, on ne fait pas d’IRM pour les cochons d’Inde, hein… » m’a asséné la véto sur le ton de l’évidence. « Bien entendu » j’ai répondu façon connivence je le savais, tu penses…

« Vous lui donnez bien sa vitamine C à la pipette ?! » elle m’a re-asséné re-évidence.

« - Euh… non, on lui donne dans son eau… »

« Ah ben voilà, cherchez pas, la vitamine C se détruit en 30 min dans l’eau ! »

Or, mécréants dans mon genre, apprenez que la supplémentation en vitamine C est vitale pour le cochon d’Inde, vu qu’il est incapable de la synthétiser. Une bestiole qui ne synthétise pas la vitamine C alors qu’elle en a besoin pour pas crever, non mais c’est quoi ce BORDEL, Dame Nature ?

« Bon » a repris la véto « je vais lui faire une injection de cortisone, et puis voilà ce que vous allez faire 2 fois par jour pendant 2 semaines… »

Elle a alors empoigné et retourné Cookie sur le dos, et a commencé à la nettoyer à la compresse stérile humidifiée avec de l’eau tiède.

Ensuite, elle a sorti un pot d’onguent homéopathique d’un placard, et m’a montré comment lui masser les pattes délicatement, en partant des griffes et en remontant jusqu’aux cuisses « Dans quelques jours, vous commencerez à lui faire des mouvements de kiné 2 fois par jour, une-deux, une-deux, comme ça… »

C’est à ce moment-là que j’ai repensé à mon copain le Péruvien, celui qui – souviens-toi – se régale avec ses brochettes de cochon d’Inde comme nous avec la dinde. Je l’imaginais brusquement télétransporté dans ce cabinet de vétérinaire, et nous observant tous, mes deux filles, l’assistante du véto, la véto et moi, disposées en cercle autour d’un rongeur.

« Mais kech que vous faites hi hi hi ? »

(Dans mon imaginaire, mon ami le Péruvien a l’accent de Garcimore. Parce que « Tac et Tac-Tac » les souris, j’imagine…)

« Vous massez les pattes du poulet, pour qu’il choit décontrasté, c’hest ça hi hi hi ? C’est pour attendrir la viande mais cha marche pas hi hi hi… »

Il a bien du se foutre de ma gueule, mon ami-péruvien-dedans-ma-tête, vu que pendant les fêtes, 2 fois par jour, je descendais de mon échafaudage pour nettoyer et masser consciencieusement les papattes arrières de Cookie. Et même que quand elle a recommencé à marcher, limite j’en aurais pleuré.

Sauf que… on n’en avait pas fini avec les ennuis…

A suivre !

Et position Trois, hop, extension sur les pattes avant, pattes arrière bien calées dans la gamelle, pour atteindre l'eau...

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !