Tourisme & Sorties

Dans les coulisses de Gulli…

3 novembre 2011

L’autre soir, nous étions invités par les Kinra Girls* à assister au tournage de la nouvelle émission de Gulli « Le tour du monde en 40 questions ».

(*Oui, enfin, si tu as plus de 6 ans, tu seras sûrement très déçu d’apprendre que ce ne sont pas les Kinra Girls qui nous ont personnellement invités vu que ce sont des poupées, mais la marque Corolle, partenaire de l’émission. Et au passage, je vous reparle bientôt des Kinra Girls qui sont des super hyper giga chouettes poupées-mais-pas-seulement que mes filles ont aussitôt reçues aussitôt adorées)

Dans la série « de l’autre côté du miroir et de la boule à facettes » – série amorcée avec notre shooting-photos pour Elle – j’étais contente que les Mini-Monstres voient les coulisses d’une émission de télé. Parce que derrière les ah ah ah et les bravissima, je peux te dire que ça bosse sacrément dur, pendant un tournage.

C’est ainsi que j’ai découvert une foule de petits métiers inconnus comme le sabotier du Larzac (Jean-Pierre Pernaud, sors de mon corps !) comme par exemple :

> Le chauffeur de salle

Celui-là, il faudrait le rebaptiser, parce que c’est totalement inapproprié de s’évertuer à « chauffer » un endroit où il fait déjà un bon 38° degrés sous les projecteurs.

C’est là qu’on comprend comment les déesses du petit écran peuvent être si sensuelles dans leur robes d’été même en plein hiver, pendant que nous simples mortelles, on cumule collant en laine et col roulé. Moi aussi, à la télé, je serais une bombasse en décolleté. Enfin, si j’avais un décolleté…

Fouteur d’ambiance, on devrait l’appeler. Le vrai mec qui anime ta soirée, quand tu assistes au tournage d’une émission de télé, ce n’est pas l’animateur-vedette, mais lui, le faiseur-chauffeur d’ambiance. Et vas-y que je t’apprends à applaudir des heures durant à t’en déboîter les poignets, et vas-y que je te fais rire, pour pas que tu réalises que 6 heures à applaudir, c’est un chouia long. Et que je te fais chanter, et puis tiens allez aussi danser, pendant les – longs, très longs, très très longs – interludes.

Et à vrai dire, avec Luis, notre animateur d’ambiance, on s’est bien marré, surtout à partir du moment où il avait repéré qu’on venait du Nord, ouééé (Tu peux pas imaginer le capital sympathie des Ch’tis depuis le film Dany Boon. Aujourd’hui, tu dis « je suis ch’ti » hop les gens te sourient) (alors qu’en vrai on est méchant méchant méchant nous les ch’timis !)

> L’animateur

Testez le pouvoir du simple nom « Joan Faggianelli » sur les moins de 12 ans et vous pourrez vous faire une idée de l’effet produit sur une salle remplie d’enfants par l’apparition en chair et en os de l’animateur d’In ze boîte.

Une fois les tympans détruits par l’hystérie, on réalise que ce jeune homme – apparemment si désinvolte à l’écran et limite énervant – est en réalité un bosseur acharné, coutumier du « Nan, j’ai bafouillé on la refait », et extrêmement disponible pour les enfants. Du personnage télévisuel à la réalité, il y a parfois un énorme pas, mais là, pas. (vous me relirez ça 3 fois, vous verrez que cette phrase est parfaitement claire)

>Les assistants

Officiellement, les assistants assistent, c’est-à-dire que – sur le modèle de l’organisation du travail dite « à la stagiaire » – ils font tout le boulot. On les voit courir 6 heures durant pour faire sortir-rentrer les invités, apporter des bouteilles d’eau et les cacher aussitôt (On ne DOIT PAS voir une bouteille d’eau à l’écran. Jamais jamais. Ca détruirait ce mythe selon lequel les gens filmés n’ont pas soif et ne font pas pipi. Comme les princesses, oui.)

A noter, l’assistant ment comme un arracheur de dent voire un arracheur de gens, parce qu’il vous dit toujours que « le tournage est bientôt fini, ne partez pas promis » alors que la moitié seulement de l’émission a été tournée.

Au bout de 4 heures de tournage – quand la moitié du public se rebiffe et que l’autre moitié décide de s’en aller – le travail des assistants consiste essentiellement à jouer au Tetris avec les gens : « Oh, un trou, il me faut 3 gens au premier rang ! », et aussi à recouvrir les sièges rouges vides de tissu noir, pour que ça fasse moins vide à l’écran.

>Les maquilleuses

Plus rapides que l’éclair, elles surgissent de la nuit des coulisses sur le plateau à chaque « coupez » et elles dégainent leurs outils à matifier. J’aurai tellement rêvé de découvrir ce qui se cachait dans leur petite trousse noire… Pourquoi ça ? Vous voulez vraiment qu’on parle sébum et front luisant maintenant ?

>Le photographe de plateau

Je n’avais jamais compris l’utilité de ce métier avant de le voir à l’œuvre : non, son job ne consiste pas à préparer les soirées diapos de la prod’, mais à réaliser les clichés qui seront utilisés par la presse télé pour parler de l’émission. Surréaliste quand il te demande d’air-applaudir à l’arrière plan, pendant qu’il prend une photo soi-disant en pleine émission (pendant les coupures en réalité).

Tu remarqueras que le photographe de plateau, c’est le seul que je n’ai pas photographié, because arroseur arrosé…

>Les ingés sons dit Gégé

Avec les p’tits gars de l’informatique, les ingénieurs du son sont les « Oh non, Gégé, ça merde total là » qu’on appelle à la rescousse quand il y a un problème en plein tournage.

Gégé (qui s’appelle en réalité Charles-Antoine, si ça se trouve) est prié de réparer ça fissa, parce qu’on est déjà en retard de 2 heures sur le plan de tournage, et que le producteur est dans un état proche de l’Ohio.

>Les techniciens plateaux

Ceux-là, ils sont facile à repérer grâce à leur uniforme jean-moulant-tee-shirt-noir. Et aussi parce qu’ils se déplacent toujours par groupe de cinq : quatre à genoux pour scotcher le gaffeur (qui masque les câbles) et un debout pour… regarder les quatre autres ?!

>Le public

Un bon public, c’est la condition sine qua non d’une bonne émission, l’ingrédient déterminant qui peut changer la face du petit écran, la vraie star de… Oui, bon, j’en fais un peu trop, mais c’est comme ça qu’on nous l’a vendu sur place, à grand renfort de « Vous êtes le meilleur public qu’on ait jamais vu et pourtant on en a vu ! ». Bien entendu, cela n’avait aucun rapport avec le fait que – pour tourner cette émission d’1h30 – on a du rester 6h dans un siège sans bouger, soit 3h30 de plus que ce qui nous avait été annoncé au début hem hem !

Mais bon, au final, l’expérience est plutôt intéressante, dans la proximité que toutes ces heures passées ensemble finissent par créer avec l’équipe de tournage. Ce sentiment que « Yeees, on l’a fait, malgré les pannes, les bafouilles, la faim, la fatigue, on y est arrivé tous ensemble, les gars !! (et surtout grâce à vous, les ch’tis !) »

Alors, à vous de juger si on a été bon, avec les Mini-Monstres, dans notre rôle de public en transe ; on est juste derrière l’équipe des « américains » (qui en fait sont des ch’tis, comme par hasard)

Oui, parce qu’en fait, « Le Tour du Monde en 40 questions », c’est une émission au cours de laquelle 5 familles – représentant chacune un continent – s’affrontent pour gagner un voyage au bout du monde. Chaque famille fait aussi une démonstration liée à son continent, genre cheerleader ou aka (très très impressionnant)

Et d’ailleurs la famille gagnante est… suspense ! Et réponse lors de la diffusion, samedi 26 novembre, à 20h30, sur Gulli.

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

8 Commentaires

  • Répondre Camille 4 novembre 2011 at 0 h 42 min

    Ben y’a pas de petits fours?

  • Répondre anacoluthe 4 novembre 2011 at 11 h 16 min

    @Camille : je te reconnais bien là ! Ecoute, il y avait un pot de fin de tournage, parait-il, mais bon, à 22h45, on a décidé de rentrer dîner à l’hôtel… chez Mama Shelter hé hé !

  • Répondre sosso 4 novembre 2011 at 14 h 41 min

    6h de tournage???
    quand même…

  • Répondre anacoluthe 4 novembre 2011 at 15 h 58 min

    @Sosso : 6h dans notre siège, mais ils ont commencé avec 1h de retard le vrai tournage, donc 5 heures « seulement » ! Ceci dit, je crois que c’est un peu la norme, les tournages interminables…

  • Répondre electromenagere 4 novembre 2011 at 18 h 47 min

    Ok t’as gagné un voyage à l’autre bout du monde donc ! J’y crois moi !

  • Répondre anacoluthe 6 novembre 2011 at 21 h 30 min

    @electromenagere : eh mais j’ai dit « une famille ch’ti jouait » pas « ma famille ch’ti jouait », on n’est pas interchangeables entres famille ch »tis (ou sinon j’échange ma vie sous la pluie avec la tienne au soleil !)

  • Répondre bergamote 11 novembre 2011 at 0 h 02 min

    Très drôle! J’adore ton expression de bombasse en decolleté! Ça va comme un gant aux animatrices télé! Tes filles ont tenu le coup???? Pendant 6 heures? Bravissimo!

  • Répondre anacoluthe 11 novembre 2011 at 23 h 44 min

    @bergamote : c’est-à-dire que la carotte au bout des 6h, c’était de pouvoir faire une photo avec « Jooooooaaaaan » !!! Et autant te dire qu’on a fait un paquet, des photos, pour rentabiliser l’attente ! Photo, autographe, et on est même reparti avec le « plan de tournage » donné par l’ami Luis en souvenir !

  • Laisser un commentaire