Ecrit ! Vu !

Un barrage pacifique

5 octobre 2011

Oh je voudrais tant que tu te souviennes, cette rubrique était la mienne, mais bon, je l’avais un peu abandonnée depuis l’automne dernier…

Voir ou plutôt regarder ces petits riens croisés au hasard des jours, c’était pourtant une chouette idée !

Et puis, l’autre jour, au détour d’une rue, avec Mini-Monstre en Second, nous avons aperçu cette maison, tous volets baissés, et sur sa porte, ce panneau apposé, qui a aussitôt titillé notre curiosité.

Barrage du gaz… Barrage du gaz ?

Chut…. Entends-tu, derrière la porte close, ces braves petits soldats du gaz qui font barrage à l’horrible Fée électricité s’apprêtant à déferler dans le quartier ? Les journées n’en finissent pas de passer, tant ils attendent, attendent, attendent, le danger imminent, le danger en tremblant…

Car ils sont braves, enfin, mais démunis, isolés, dans leur petite maison de quartier général, face à l’inexorable électricité…

Petits soldats du barrage du gaz, qui osera leur dire que leur combat est vain, qui, hein ?

Nous n’avons pas osé tocquer, avec Mini-Monstre, mais longuement, silencieusement, nous avons regardé, devant la porte close, puis nous sommes parties, dans notre vie tranquille, notre vie pacifique…

Ouais, enfin, ma sérendipité, je dois te l’avouer s’applique aussi à des objets nettement plus quotidiens.

Comme ce piteux repas d’un mercredi midi, trop vite préparé, mais dont j’ai décrété qu’il s’agissait de Captain Igloo cuit à l’unilatéral, avec l’espoir fou mais vain que dans les yeux des Mini-Monstres, je verrais des étoiles au guide Michelin…

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

7 Commentaires

  • Répondre electromenagere 6 octobre 2011 at 9 h 44 min

    Un jour dans une forêt, avec ma fille, on a croisé un arbre qui avait une mini-porte, on a toqué mais la porte est restée close.
    Depuis on en reparle souvent des lutins de la forêt !

  • Répondre Cilaïne 6 octobre 2011 at 15 h 07 min

    En Indonésie, sur l’ile des Célèbes, il y a une tradition « d’enterrer » les jeunes enfants morts dans les troncs des gros arbres. La petite tombe, creusée dans le tronc, est bouchée avec une porte en bois. L’écorce de l’arbre, en poussant, se referme sur la petite porte. Ainsi l’esprit de l’enfant continue à grandir avec l’arbre. C’est très émouvant de voir ces arbres majestueux et de repérer, à différentes hauteurs de leur tronc, les légères cicatrices témoins de leur mission de passeurs d’âmes.
    (C’était la minute émotion, sorry – pas grand chose à voir avec le gaz, mais c’est le commentaire de l’électroméngère qui tout à coup m’a remis en mémoire cette expérience….)

  • Répondre electromenagere 7 octobre 2011 at 7 h 00 min

    @Cilaine
    Tu m’en voudras pas si garde la version lutins pour ma fille ? 😉 Ceci dit, ça ressemble étrangement à ce que j’ai vu dans les Alpes. Peut être que quelqu’un y a effectivement enterré quelque chose selon ce même procédé.

  • Répondre anacoluthe 10 octobre 2011 at 16 h 17 min

    @electroménagère : ça fait très Alice au pays des lutins, non ?

  • Répondre anacoluthe 10 octobre 2011 at 16 h 20 min

    @Cilaïne : oh mon Dieu non, pas désolée pour ta minute-émotion que j’ai adoré ! Déjà, imaginer qu’il existe un pays qui s’appelle « l’île des Célèbes »…
    Et puis, j’aime beaucoup cette idée, l’esprit de l’enfant qui pousse avec l’arbre, le symbole, ça me semble tellement important pour surmonter ce genre d’épreuves…

  • Répondre Blogueuse égarée 12 octobre 2011 at 10 h 27 min

    Ultramysterious, en effet. Une enquête s’impose. Tu ne peux pas nous laisser comme ça.

  • Répondre anacoluthe 12 octobre 2011 at 14 h 51 min

    @Blogueuse égarée : comment on fait pour « mener une enquête » ? On défonce la porte, chef ?!

  • Laisser un commentaire