Mode Mode & Beauté

How do you Diy ?

1 octobre 2011

How do I diy* ? A vrai dire, pas très bien. Je suis tellement peu habile de mes 10 doigts qu’on croirait que j’en ai 8.

Ce qui ne m’empêche pas de rêver que j’en ai 12.

Oui, je fais partie de ces femmes qui fantasment leur style devant Vogue, leur vie sexuelle devant Glamour, et leur intérieur devant Marie-Claire Idées, que j’achète depuis des années « pour le jour où » j’aurai en ma possession – et en même temps – des ciseaux à bois, une scie sauteuse, une chignole, un pistolet à colle, une brosse plate, 3 rectangles de 27 x 15 cm de toile gros grain, 70 cm de tube fileté en laiton, un emporte pièces rond de 18 mm de diamètre… et une nouvelle paire de mains équipées de 10 doigts.

*Diy  ou Do It Yourself : nom masculin, activité féminine, et entourloupe linguistique permettant de transmuter les loisirs créatifs d’antan en trendy new be (souvenez-vous du coup de génie du vocable « leggings » remplaçant le so eigthies… mais comment ça s’appelait, déjà, avant ?!)

Extrait d’un texte en chinois véritable, intitulé « le coussin »...

L’innovation du web 2.0 a porté un coup fatal à mon moral.

Si le doute était permis sur papier glacé – « Non mais attends, c’est pas la vraie vie, ça… » – l’apparition d’une multitude de blogs avec des vraies filles dedans – dont certaines avec pourtant de vrais enfants en bas âge – possédant des intérieurs beaux, rangés et agrémentés de créations de leurs propres mains, a réveillé le démon du DIY qui roupillait en moi (peinard cool cool, le gars).

C’est ainsi qu’il y a une semaine, très décidée, je partis rencontrer les filles d’Etsy France au 48h des Maisons de Mode.

Quand je serai grande, je veux faire fille d’Etsy France, comme métier. Faire connaître au grand public ce super site où des centaines de milliers de créateurs de tous pays vendent leurs créations maison, c’est plutôt gratifiant, comme activité, vu qu’il suffit de surfer 10 mn sur Etsy pour avoir aussitôt envie de s’acheter 54 trucs aussi hiiiiii les uns que les autres.

Page d’accueil d’Estsyiiiiiiiiii ! (oui, bon, en qualité de photo pourriiiiiiiie !)

Pour faire leur travail que j’aime, les filles d’Etsy étaient donc venues au marché des modes de Lille, et proposaient aux béotiennes comme moi un atelier DIY autour du Traphilo.

Quesaco Traphilo ?

Le Traphilo, c’est une sorte de fil épais en coton, recyclé puisque fabriqué à partir de vieux tee-shirts, et qu’on peut ensuite tricoter, tresser, crocheter…

Sur le blog d’Etsy France, vous trouverez le tuto de Sew&Laine, qui explique très bien comment fabriquer sa propre bobine de Traphilo.

Ultra fastoche. Je peux certifier qu’à l’atelier de Lille, ma presque-fille de 10 ans (grande sœur de mon presque-fils) s’est fait sa bobine en moins de deux, puis a embrayé sur un bracelet crocheté au doigt avec autant de facilité…

Et je peux certifier que, même ça me paraissant trop difficile avec mes 8 doigts, j’ai choisi l’option encore plus facile qui était proposée, découper des tranches de tee-shirt horizontalement pour former des cercles de Traphilo, reliés entre eux pour faire le collier que voilà :

Incroyable mais vrai, c'est moi qui l'ai fait...

Mais c’était illusoire de penser que le démon du DIY qui s’était emparé de moi allait s’arrêter là…

Après cette première réalisation tellement facile, grisée, j’ai voulu me lancer dans la réalisation de bracelets en Traphilo.

Mais ceci une autre histoire que je vais te raconter bientôt (teaser)…

Incroyable mais juré, c'est moi qui l'ai imaginé...

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

12 Commentaires

  • Répondre Camille 1 octobre 2011 at 21 h 49 min

    C’est bien beau. les filles d’Etsy, c’est les meilleures.
    Mais sinon, quelqu’un avait apporté des gaufres?

  • Répondre anacoluthe 3 octobre 2011 at 17 h 02 min

    @Camille : On n’a rien mangé, scandale ! Pourquoi, elles savent AUSSI faire des super gaufres, les filles d’Etsy ?

  • Répondre Cilaïne 4 octobre 2011 at 15 h 10 min

    ça s’appellait des « caleçons », avant, les leggings !
    moi aussi j’ai eu été accro au Marie-Claire Idées (enfin plutôt aux reveries de DIY en le lisant…), j’ai fait des merveilles de cadeaux de naissance en points-comptés ma bonne dame (carrément tue-l’amour de voir sa femme broder dixit mon cher et pas tendre), et du pochon d’anniversaire en Liberty, et de la bague en perles qui gratte les doigts…
    Maintenant ça se résume à une belle écharpe en tricot qui n’en finit pas de ne pas avancer depuis des années….
    C’est chouette dis-donc le Traphilo (mais le nom est atroce, ça fait « traphilo-coq-doré », non ?)

  • Répondre maisquelbeautemps 4 octobre 2011 at 15 h 14 min

    mais il est très bien ce collier « t-shirt »!!
    sinon, pour l’entourloupe fashion-eighties : le Fuseau! on disait fuseau… ou collant sans pieds, tout bêtement (d’ailleurs, me souviens bien que mes copines et moi, dans notre bled du sud, on les coupait nous-mêmes nos collants…on les portait avec des stan-smith et un gros pull tricoté maison longueur mi-cuisses couleur vert mais vert très vert, hein…)

  • Répondre anacoluthe 4 octobre 2011 at 16 h 38 min

    Cilaïne : ah oui, c’est ça le mot que je cherchais, caleçon ! (mais j’avais vraiment totalement oublié, dingue !)
    T’étais accro dans le genre efficace, toi, dis donc ! Pas pathétique comme moi, j’achète mais je ne fais jamais rien… Enfin, si tu dis que c’est un tue-l’amour, je me demande si je dois insister (et une perceuse, ça tue l’amour aussi ? Pas enfoncé dans le crâne, hein, juste à la main ??)

  • Répondre anacoluthe 4 octobre 2011 at 16 h 40 min

    @maisquelbeautemps : le fuseau, ça aussi, j’avais oublié ! Mais c’était pas exactement pas pareil qu’un leggings, non ? Hyper casse-gueule, le fuseau, avec son lissage de genoux façon Photoshop…
    Tu l’as gardé, ton pull vert ? Nan, paske y’a peut-être moyen avec le color-block de l’hiver qui se recentre sur le vert.

  • Répondre Cilaïne 4 octobre 2011 at 21 h 41 min

    Alors pour la perceuse, je dirais risque éventuellement d’être perçu comme castrateur ? Mais tt dépend de la tenue et de l’attitude à mon avis : viser plutôt les Bricol’girls que Valérie Damidot…
    Et puis de ttes façon who cares ? Si ça nous fait plaisir….

  • Répondre Blogueuse égarée 5 octobre 2011 at 12 h 38 min

    Des « caleçons », ça s’appelait !

  • Répondre bergamote 6 octobre 2011 at 18 h 57 min

    Je confirme : le caleçon. Pour le fuseau il y avait pas un élastic qui passait sous le pied? Sinon côté adresse aux travaux manuels j’afgiche aussi un bon 0/20! Moi c’est deux mains gauches que j’ai l’impression d’avoir…

  • Répondre anacoluthe 10 octobre 2011 at 16 h 11 min

    @Cilaïne : tu sais que l’image « castration à la perceuse » ça me faire l’aprem (mais ouhhhh que ça doit faire mal !)

  • Répondre anacoluthe 10 octobre 2011 at 16 h 12 min

    @Blogueuse égarée : et voilà pourquoi ça ne faisait pas féminin du tout, un objet mode non identifié chipé aux mecs !

  • Répondre anacoluthe 10 octobre 2011 at 16 h 16 min

    @bergamote : quel dommage, je nous imaginais déjà faisant des swaps à nous deux (tu sais, ces petits cadeaux surprise -généralement faits maison – que s’échangent des nanas qui se sont rencontrées sur la toile ).
    Ou alors on lance le concept « swap pour les nullos » !!

  • Répondre à Cilaïne Annuler Répondre