Humeurs

Poupoule WC, héroïne de blog paysan urbain

11 mai 2011

Bon là, c'est pas exactement Poupoule, mais c'est mon projet de blog paysan urbain...

Bloguer, c’est parfois un peu compliqué, parce que ça implique distance et légèreté, et quand on est lasse, hélas…

Et puis, ça l’est, aussi, quand on manque d’idées, et que le quotidien s’avère très quotidien.

Heureusement, dans ce genre de cas et cas – blague cachée à l’usage des moins de 5 ans – il y a les amis.

Et justement, il semblerait que mes amis – ceux-là même qui font profession d’élevage d’enfants et de lapins sur-numéraires – aient pour vocation d’inspirer mes écrits par leur vie.

Je ne vois pas d’autre explication à leur comportement étrange, sinon. Ma théorie est que leur but secret serait de me propulser en tête du classement Wikio de la catégorie « blog paysan urbain ».

Comment ça, ça n’existe pas ? Je proteste contre cet ostracisme, il y a bien des catégories « Scrapbooking » et « SEO », je suis sûre qu’il y a un fort potentiel sur la « ruralité en ville »…

Bref.

Une fois la copulation de lapins achevée, donc, mon amie s’est avisée qu’elle rêverait d’entendre des poules caqueter chaque matin dans son jardin.

Personnellement, tant qu’à entendre des animaux à la con dans mon jardin tous les matins, je préférerais encore ouïr des cygnes trompetter, des piverts pleupleuter, des alouettes turlutter ou des huppes puputer, mais bon, il paraît que l’œuf de huppe fasciée, c’est très surfait…

Comme mon amie a un mari adorable, il s’est aussitôt mis à lui construire un poulailler.

Mais comme mon amie a aussi des amis adorables, ils lui ont aussitôt avant offert une petite poule rousse, engendrant un problème de concordance des temps entre la petite poule rousse et son poulailler inachevé.

Qu’à cela ne tienne, la poule sans poulailler fixe dormirait dans le jardin en attendant.

Le lendemain matin, Poupoule rousse avait disparu. La famille au complet se mit à la chercher dans le jardin en vain. Et puis, tendant l’oreille, on entendit le caquètement déjà familier de la petite poule aimée.

Muriel – puisque c’est ainsi qu’elle avait été baptisée – était rentrée dans la maison par la porte entrouverte, et s’était installée tranquille peinard dans la cuvette des toilettes du rez-de-chaussée. « Cot-cot-cot-cooooot » qu’elle caquetait de plaisir en prenant son mini-bain…

Depuis, Muriel est la petite poule rousse la plus fashion du quartier, avec son panache de plumes vertes sur la queue. Oui, parce que dans les toilettes, il y avait du canard WC, et comme on a coutume de dire entre nous, dans les blogs influents paysans urbains :

« Bleu canard WC sur poule rousse, provoque le vert tige »

On est un peu poètes à nos heures perdues, dans les blogs paysans urbains…

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

16 Commentaires

  • Répondre annick 11 mai 2011 at 16 h 04 min

    je n’aurai qu’un mot: cocorico 😉

  • Répondre l'expat de biarritz 11 mai 2011 at 18 h 29 min

    Du grand art !

  • Répondre Sosso 11 mai 2011 at 19 h 39 min

    J’adore la chute!

  • Répondre electromenagere 11 mai 2011 at 22 h 15 min

    Je milite pour le blog paysan urbain et par souci de parité pour le blog citadin rural, y’a pas de raison !

  • Répondre Camille 12 mai 2011 at 1 h 15 min

    Muriel.

    Seriously?

  • Répondre anacoluthe 12 mai 2011 at 11 h 05 min

    @annick : oui, enfin, je préfère la douceur du cot-cot-cot au cocorico qui me réveillait !

  • Répondre anacoluthe 12 mai 2011 at 11 h 06 min

    @l’expat de biarritz : comme je lui ai dit, c’est une carrière officielle de muse de blog qui commence, à m’inspirer autant !

  • Répondre anacoluthe 12 mai 2011 at 11 h 07 min

    @Sosso : c’est parce que tu sais apprécier l’art poétique à sa juste valeur !

  • Répondre anacoluthe 12 mai 2011 at 11 h 08 min

    @electromenagere : tu as raison, pensons à toutes ces villes installées à la campagne…

  • Répondre anacoluthe 12 mai 2011 at 11 h 09 min

    @Camille : c’est en hommage à un « membre de leur famille très apprécié », paraît-il… (j’espère qu’ils ne m’apprécient pas trop, parce depuis, ils ont racheté 3 autres poules)

  • Répondre la frangine 13 mai 2011 at 13 h 45 min

    Viens Poupoule, viens Poupoule, viens…

  • Répondre anacoluthe 13 mai 2011 at 16 h 52 min

    @frangine : ben on va où ?! (je te préviens, je quitte pas la France…)

  • Répondre bergamote 16 mai 2011 at 11 h 11 min

    J’adore! Ici on est sur du rural paysan, et c’est du lourd!
    Hors sujet: j’ai adopté et adapté ta technique mode de l’écharpe fleurie qui va avec la chemise à rayures! C’est top!

  • Répondre anacoluthe 16 mai 2011 at 15 h 06 min

    @bergamote : tu veux pas devenir muse bis, je suis à court d’histoires ?!

    Fleurs + rayures : Des photos, des photos !!

  • Répondre Callie 1 juin 2011 at 18 h 35 min

    J’ai eu un hamster qui avait réussi à ouvrir sa cage, descendre un étage et se réfugier sous l’escalier (où on rangeait évidemment plein de bazar). On l’a retrouvé en mettant des cacahouètes un peu partout dans l’appart. Le lendemain, on n’avait plus qu’à suivre les épluchures!

  • Répondre anacoluthe 2 juin 2011 at 9 h 46 min

    @Callie : Futé, votre hamster qui arrive à ouvrir sa cage, mais futé aussi le coup des cacahouètes… Ca confirme donc l’expression, « tel maître, tel hamster » (comment ça, elle n’existe pas ? Ben, elle devrait)

  • Laisser un commentaire