Vu !

Légendes d’automne en presque hiver

21 décembre 2010

« Cette neige sur l’arbre, elle fait tellement vraie qu’on dirait qu’elle est fausse »

Tu te souviens, une des joies de ma vie, c’est regarder.

Eh bien, l’autre jour, j’ai écouté mon homme regarder.

« Cette neige sur l’arbre, elle fait tellement vraie qu’on dirait qu’elle est fausse »

Cette phrase de mon homme observant notre jardin m’a plongée dans une profonde perplexité, au point que je me suis demandé ce que Platon lui-même observant les ombres de sa caverne aurait pensé de cette argutie.

Le faux, ça fait plus vrai que le vrai, dis ?

Quand on est plus habitué à voir du faux que du vrai, quand par exemple, notre référence en matière d’arbre enneigé c’est le faux sapin du supermarché, ben oui, le faux nous paraît plus « réel » que le vrai…

Et quand la vraie-fausse neige s’étend à toute une ville, ça produit quoi comme effet ?

Parce que c’était ça, hier ma réalité.

15 cm de neige et soudain, ta rue n’est plus ta rue, mais un chemin d’embûches pour rejoindre ta voiture, garée là-bas au loin ; à peine 200 mètres, certes, mais 200 pas à soulever des Moon Boots, c’est juste interminable…

En chemin, tiens, un bonhomme de neige ? Ah non, c’est une poubelle. Et sous ce monticule, il y a ton véhicule. Dégager la neige, gratter le pare-brise, se demander comment rentrer quand les portières ont gelé. Souffler ?

Enfin, rentrer au chaud. Démarrer. Se demander comment on va quitter la piste noire qui tient lieu de trottoir.

Rouler. Se demander comment on fait pour s’arrêter si on ne peut pas planter de bâton. Réaliser que freiner, accélérer ou faire quoi que ce soit avec ses pieds, c’est impossible en Moon Boots.

Se dire « pas grave, je vais m’arrêter pour les enlever » et puis comprendre que se garer sur le trottoir-piste noire, c’est risqué. Et sur la seule demi-route déneigée, aussi.

Rouler à deux à l’heure. Se dire qu’on ne savait pas qu’il y avait tant de route entre chez soi et le refuge le travail. Tant de route glissante et tant de pédale de frein à écraser avec la délicatesse d’un éléphant dans un magasin de porcelaine.

Arriver. Inonder son bureau avec ses Moon Boots. Les enlever après 5 mn à se contorsionner. Avoir froid aux pieds.

Se dire que le RDV à l’autre bout de la ville, on ira en métro. Marcher jusqu’au métro, 897 pas. Descendre l’escalator et manquer de se tuer, car la Moon Boots n’est pas bonne alliée sub-urbaine.

Sortir du métro. Marcher 1659 pas au milieu des champs. Tiens que font ces champs en ville ? Ah non, c’est un parking. Observer les vaillants alpinistes tentant de pousser leur sherpa caddie jusqu’à leur voiture.

Se dire que cela est si beau, si étrangement beau, si fatiguamment beau qu’on voudrait se coucher sous la couette de neige et puis ne plus bouger. Rentrer chez soi. Se coucher vraiment cette fois.

Avant de s’endormir réaliser qu’à se dire et à se demander tout ça, on s’est beaucoup parlé dans la solitude glacée des neiges éphémères.

Et puis comprendre, enfin, que la vraie-fausse neige donne plus de réalité aux choses, en effet, car elle redonne corps à ce qu’on ne voyait plus, les arbres et les parkings et la rue.

Tout un monde nous entoure, on l’avait oublié.

"Watson, j'ai une certitude : le meurtrier portait des Moon Boots et il conduisait comme un pied..."

***

**************

****************************

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être aussi ...

33 Commentaires

  • Répondre sabine 21 décembre 2010 at 22 h 16 min

    C’est beau!!! Devant un paysage de montagne en hiver je me suis déjà dit « c’est tellement beau, on dirait un décor » 😉

  • Répondre laure 22 décembre 2010 at 2 h 06 min

    « Se demander comment on fait pour s’arrêter si on ne peut pas planter de bâton. »
    m.dé Rire
    :-àà
    ah, oui tout de même ! la dernière photo est une piste ! que dis-je une piste… une trace… une empreinnnte même ! c’est bon on l’tiend !

  • Répondre anacoluthe 22 décembre 2010 at 10 h 34 min

    @sabine : ah oui, un décor de cinéma sous la neige… Ca me rappelle que j’habitais au dessus du pont neuf pendant le tournage des « Amants du Pont Neuf », ils avaient mis de la fausse neige sur la moitié du pont seulement… C’était beau, comme un décor de cinéma !

  • Répondre anacoluthe 22 décembre 2010 at 10 h 36 min

    @laure : la dernière fois, c’est une piste… noire, oui ! Et encore, je n’ai pas fait cette photo le jour où il a tellement neigé chez nous, c’était incroyable, on se serait cru à la montagne…

  • Répondre Mélisse 22 décembre 2010 at 12 h 02 min

    Comment les moon boots qui sont vraiment des chaussures moches et pas pratiques pour marcher en sol glissants arrivent-ils à donner une impression hyper-réelle d’être les chaussures indiquées lors des « épisodes neigeux » ?
    sacs au fond, portables éteints, vous avez 4 h… ceux qui me réveillent en posant leur copie sur le bureau verront leur note divisée par 2…

  • Répondre Rebecca 22 décembre 2010 at 14 h 16 min

    C’est vrai qu’avec la neige, on redécouvre notre monde. Les sons ne sont plus les mêmes, les distances ne se vivent plus de la même manière… J’aime beaucoup regarder les cartes géographiques traitées par anamorphose, en fonction des temps de parcours des distances. Et bien on pourrait créer une anamorphose de la neige dans le Nord de la France, ce serait assez intéressant, drôle, beau peut-être.
    Merci pour cette blanche poésie.

  • Répondre anacoluthe 22 décembre 2010 at 16 h 09 min

    @Mélisse : Madame, je peux être dispensée de dissert’ si je portais pas des Moon Boots, en vrai ?!! En fait, c’était des grosses bottines de montagne imperméables MAIS hyper lourdes, prêtées par mon homme… Vu que je ne connais pas leur nom technique, j’ai dit moon boots, ça parle à tout le monde…

  • Répondre anacoluthe 22 décembre 2010 at 16 h 12 min

    @Rebecca : je ne connaissais pas ces cartes de transport anamorphosées selon le temps de parcours, c’est une bonne idée… Très utile pour un achat immobilier par exemple : OK, c’est à deux pas de tout, mais en vrai c’est à trois plombes de tout ! (pratique aussi pour l’aménagement du territoire)
    La carte de Paris les jours de neige doit faire la taille de la France entière, avec ce principe !

  • Répondre MissBrownie 22 décembre 2010 at 18 h 19 min

    Elle n’a même pas encore fondu qu’elle va revenir… dès demain!

  • Répondre anacoluthe 22 décembre 2010 at 18 h 56 min

    @MissBrownie : oui, il parait, j’en peux plus là… C’est beau, mais c’est épuisant au quotidien !

  • Répondre almira gulsh 22 décembre 2010 at 20 h 17 min

    waaa, la neige… moi j’en ai pas eu… pas un flocon… chuis verte.

  • Répondre bergamote 22 décembre 2010 at 23 h 17 min

    A l’autre bout de la France, c’est un autre monde!!! Je veux pas faire ma crâneuse, mais ici pas l’ombre d’une goutte de neige, pas de trottoir piste noire, et pas de yeti en chasse. Mais je compatis!! Avec 7 degrés suis déja couverte enfin recouverte de multiples épaisseurs!! Alors chez vous, je veux même pas imaginer! Et Fonelle qui nous parle de pieds nus!!!! Je bloggèle!

    Et le quotidien quel souci!!!

    La réflexion de ton homme, puissante! » Le faux ça fait plus vrai que le vrai!  » Mon vrai sapin dans tout ça?

    Je te livre celle de Mr Berga auj  » La procession n’est pas encore sortie de l’église! » proverbe portugais, traduit en italien et retranscrit ici en français! Tout ça pour me dire de ne pas me faire de souci!!!

  • Répondre Firemaman 23 décembre 2010 at 10 h 06 min

    J’aiemrais presque la neige si je pouvais rester derrière mes fenêtres, mais quand je dois me taper 2h de route au lieu de la demi heure habituelle pour le trajet maison-boulot, je déteste. Et demain c’est reparti pour un tour apparemment !

  • Répondre anacoluthe 23 décembre 2010 at 18 h 55 min

    @almira gulsh : ohhh, Miss « I hate Mondays », mais tu sais que j’aime beaucoup ton blog !! (je ne sais plus comment je l’avais repéré, mais je l’aime beaucoup)

  • Répondre anacoluthe 23 décembre 2010 at 18 h 57 min

    @bergamote : il y a une erreur dans mon karma, qu’est ce que je fous là : moi aussi, je voudrais être à l’autre bout de la France à me lamenter parce qu’il ne fait « QUE 7 degré » !

    Monsieur Berga est un homme qui parle d’or, pourquoi s’inquiéter, on peut encore rester au café à boire le calva en attendant la sortie de la messe, quoi ! (c’est ce que ça m’évoque, ce proverbe…)

  • Répondre anacoluthe 23 décembre 2010 at 19 h 01 min

    @Firemaman : mais tout à fait ! Mais c’est ce que je dis tout le temps : « la neige dans mon chalet à Megève, c’est sublime, mais l’embêtant c’est pour y arriver en hélico »
    :-)
    Ajout d’un smiley pour éviter la descente du fisc… « Mais je ne sais même pas skier, les gars, je plaisantais !! »

  • Répondre Cilaïne 27 décembre 2010 at 17 h 27 min

    EH, Joyeux Noël les amiches 2.0 !
    Plein de bonnes choses à toi anacoluthe, et à tes fidèles commentatrices et -teurs.
    J’espère qu’à cette occasion la neige vous fut douce.
    A très bientôt.

  • Répondre GlamGoofyGirl 28 décembre 2010 at 18 h 28 min

    « Le faux, ça fait plus vrai que le vrai, dis ? »
    C’est exactement ce que je me suis dit ce week-end en observant les nouveaux jouets de fiston : des aliments en plastique pour sa dinette. Une fausse tranche de pain de mie, c’est la quintessence de la tranche de pain de mie.
    Voilà, c’était ma minute philosophie du jour.

  • Répondre anacoluthe 28 décembre 2010 at 23 h 34 min

    @Cilaïne : Merciiiiiiiiiiiii ! Et c’est pas fini, youhouhou… bon, je fais un effort, parce qu’en vrai, je suis pas très festive pendant les fêtes, mais ça ne m’empêche pas, effectivement, de souhaiter plein de belles choses à tous ceux qui viennent par ici !

  • Répondre anacoluthe 28 décembre 2010 at 23 h 35 min

    @GlamGoofyGirl : philosopher devant de la dînette : mais tu as une vraie âme de philosophe, toi ! J’espère juste que ton fiston ne prendra pas sa fausse tranche de pain pour une vraie…

  • Répondre laure 29 décembre 2010 at 1 h 46 min

    D’avance, une très buena année, de tout évidence, il va falloir savoir en rire…

    Bize

  • Répondre sabine 5 janvier 2011 at 0 h 27 min

    youhou???

  • Répondre anacoluthe 5 janvier 2011 at 11 h 09 min

    @laure : oh, je t’avais zappé, Laure, bonne année à toi aussi, oui !!

  • Répondre anacoluthe 5 janvier 2011 at 11 h 10 min

    @sabine : oui, oui, je reviens, vacances, malade, boulot, tout ça, tout ça…

  • Répondre bergamote 6 janvier 2011 at 9 h 34 min

    Quelques mots rapides pour dire la Bonannée, que ouf tout ce bazar de fin d’année est terminé ( suis pas une grande festive moi non plus), que ouf les filles sont reparties à l’école, que je vais pouvoir retourner bosser! En espérant que tu ailles vite mieux….

  • Répondre Mélisse 6 janvier 2011 at 15 h 26 min

    Joyeuse année Ana !
    (enfin dès que tu sors du triptyque vacances / malade / boulot… faudra que tu m’expliques la concomitance vacances/boulot by the way)

  • Répondre boljo 6 janvier 2011 at 16 h 26 min

    Un comble, à Saint Pierre et Miquelon le soleil tient la route et le thermomètre refuse de descendre à la température idéale pour la neige. Par contre, j’ai expérimenté l’interminable et épuisant trajet de l’appartement au métro, à Brooklyn. Ben oui, il neige aussi plus à NYC qu’à SPM. Quarante minutes contre les dix habituels, entre congères, bus stoppés en plein élan, voitures et ambulances enfouies sous 60 cm de neige, comme un avant de goût de fin du monde. C’était beau, ça faisait vrai, on se serait cru dans un film catastrophe, la méga production Hollywoodienne et nous the last survivors bravant le blizzard perdu dans la tempête. Même le métro était fermé, il neigeait dedans ! Et les rares stations ouvertes, une luge aurait été plus pratique pour descendre les escaliers, la neige ayant escamotée toutes les marches. Et là, tu t’accroches à la rampe et tu comptes tes abattis arrivés en bas.

    Joyeuses années qu’elle soit remplie de vraies joies et de réels bonheurs.

    Je t’ai dédiée mon prochain article, en ligne demain sur tous les bons ordis.

  • Répondre La vie (où est le) mode d'emploi (?) 6 janvier 2011 at 19 h 16 min

    Moi, pareil, sauf que j’ai pas de moon boots, vu que je déteste le ski, et qu’il neige jamais à Paris (n’est-ce pas ?). Eh ben, c’est pas mieux. Tu glisses X 3, tu pourris tes pompes vitesse grand V…

  • Répondre anacoluthe 7 janvier 2011 at 10 h 30 min

    @Bergamote : oui, ouf, c’est passé, j’aime paaaas cette période ! Ca va mieux, merci, mais je dois bosser-bosser, du coup.
    De la bonne année aussi !

  • Répondre anacoluthe 7 janvier 2011 at 10 h 31 min

    @Mélisse : pas concomitant, successif. Ceci dit, ma big spécialité, c’est la concomitance vacances-hop-malade. Le relâchement fatal…
    Joyeuse mélisse Mélisse !

  • Répondre anacoluthe 7 janvier 2011 at 10 h 41 min

    @boljo : ah oui, c’est vrai que tu étais à New York, veinarde ! Je croyais qu’ils étaient habitués et hyper organisés pour lutter contre la neige, façon canadiens, les américains…
    Bonnes années à toi aussi (au pluriel, carrément, tu ne lésines pas, toi !)
    Et merci pour cette délicate attention à savourer sans modération !

  • Répondre anacoluthe 7 janvier 2011 at 10 h 44 min

    @la vie (où est le) mode d’emploi : entre une semaine au ski et une semaine à Barcelone (ou Rome), je n’hésite pas une seconde ! Ah oui, les chaussures, j’étais épatée de voir des gens avec leurs belles chaussures, « m’enfin, entre la neige et le sel, elles vont trinquer, vos shoes en daim, malheureux !)

  • Répondre Pull grande taille 18 février 2011 at 6 h 47 min

    Je soupçonne l’utilisation d’un iPhone pour la prise des photos ! <:o)

    La qualité des objectifs sur ces petits appareils est juste terrible…

  • Laisser un commentaire